Lu dans la presse
|
Publié le 18 Mai 2016

Mission du MEDEF en Israël conduite par Pierre Gattaz

Le président du MEDEF et une délégation de plus de 30 hommes d'affaires français sont venus à la rencontre du monde économique israélien.

Ces rencontres ont vocation à construire des partenariats, à conduire des expérimentations, dans le cadre d’une stratégie à long terme

Par Nathan Sarel, publié sur Israelvalley le 17 mai 2016
 
C’est dans le Malka Brender Hall of Justice de la faculté de Droit, au cœur du splendide Campus de l’Université de Tel Aviv que les représentants de Thalès, Alstom, Orange ont pu rencontrer les fondateurs de start-ups de l’impression 3D ou de stockage énergétique.
 
Des institutions confiantes en l’économie israélienne
 
Si Dan Catarivas (Fédération des Industries) a fait office de Maître de cérémonie, c’est Pierre Gattaz qui a introduit cette conférence “Growing Business – Israël-France” en évoquant sa bonne impression devant “un pays extrêmement innovant, dont l’éco-système est orienté sur l’entrepreneuriat”. Il a également affirmé qu’au delà des échanges d’idées et de la découverte d’Israël, ces rencontres avaient vocation “à construire des partenariats, à conduire des expérimentations, dans le cadre d’une stratégie à long terme.”
 
Par la suite, le Professeur Eugène Kendel, PDG de Start-Up Nation Central et ancien membre du Conseil national économique israélien, a expliqué qu’Israël faisait figure de “marché trop restreint” mais que le pays excellait dans la fourniture de solutions pour des marchés locaux ou internationaux. En guise d’exemple, Eugène Kendel prit en compte les partenariats économiques en Israël et l’État du Massachusetts : "Pour un emploi israélien, deux étaient créés aux États-Unis”.
 
Danny Tal a ensuite représenté le ministère israélien de l’économie en sa qualité de Directeur de l’administration des importations. S’il admet que les importations n’ont a priori pas d’impact positif pour un pays, notamment en terme de PIB et de balance commerciale, Danny Tal a tenu à mettre ses avantages en valeurs : Plus de compétition et un coût de la vie moins important. Il a alors exposé les efforts récents (depuis la crise sociale de 2011) réalisés par Israël en terme de gestion des importations. “Israël est ouvert aux grandes entreprises étrangères.
 
Si Carrefour envisageait d’ouvrir une branche en Israël, nous serions heureux de les aider, comme nous l’avons fait avec Ikéa.”
 
En terme d’emploi, le Président de la Chambre de commerce Israël-France, le Dr Daniel Rouach a rappelé l’ouverture du CCIIF Career Center, spécifiquement dédié aux immigrants professionnels, parmi lesquels de nombreux entrepreneurs et ingénieurs.
 
L’économie israélienne, propice à l’éclosion des start-ups
 
Suite à ces discours et présentations, Daniel Rouach a animé un “festival de start-ups” aussi innovantes qu’étonnantes.
 
Sonya Davidson a présenté H2Energy Now, dont elle est la présidente. Cette entreprise propose des solutions de stockage énergétique utilisant des ondes électromagnétiques. Cette technologie a pour objectif d’adapter au mieux le potentiel des énergies renouvelables vis à vis des demandes variables.
 
Joseph Seroussi, PDG de 3DShook, a quant à lui présenté le concept de son entreprise : Proposer des abonnements pour disposer de fichiers imprimables en 3D, appliquant le modèle des Deezer et Netflix à ce secteur en pleine croissance. 3DShook propose également de nombreux produits à l’unité dans les domaines de l’art, des jouets, de la mode…
 
Ce sont ensuite deux start-up spécialisées dans la gestion de la consommation énergétique qui se sont succédées. Sowillo représenté par son co-fondateur et directeur de la technologie Pavel Gurevich, propose l’établissement de systèmes d’accumulateurs de chaleurs à court et long terme pour répondre au mieux aux demandes des consommateurs... Lire l'intégralité.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.