Lu dans la presse
|
Publié le 28 Décembre 2017

#Monde #Attentat - Au moins 40 morts dans un attentat contre un centre culturel à Kaboul

Au moins quarante personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans un attentat contre un centre culturel chiite jeudi à Kaboul, où les attentats se multiplient, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Photo : Les forces de sécurité afghanes bouclent un périmètre après de multiples explosions à Kaboul, le 28 décembre 2017 - afp.com/Shah MARA

Publié le 28 décembre 2017 dans L'Express sous le titre Kaboul: au moins 40 morts dans un attentat contre un centre culturel chiite

Aucun groupe armé n'a encore revendiqué l'attaque, qui survient trois jours après qu'un kamikaze s'est fait exploser près d'une antenne des services de renseignement afghans dans la capitale, faisant six morts. 

Les talibans ont toutefois très rapidement affirmé qu'ils n'étaient pour rien dans l'attentat de jeudi qui a aussi frappé l'Afghan voice agency, un média situé à proximité. 

"La cible de l'attaque était le centre culturel Tabayan. Une cérémonie s'y tenait à l'occasion du 38e anniversaire de l'invasion soviétique en Afghanistan quand une explosion s'est produite", a déclaré à l'AFP le porte-parole adjoint du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi. 

Cette explosion a été suivie de deux autres, de moindre importance, qui n'ont pas fait de victimes, a-t-il ajouté. 

"Nous avons quarante morts, trente blessés, et ce n'est pas le bilan final, qui peut encore monter", a poursuivi le porte-parole.  

Le ministre délégué à la Santé Ghulam Mohammad Paikan a fait état sur la chaîne de télévision Tolo de "35 martyrs et de 20 autres blessés", "tous des civils" tués par les "brûlures" causées par l'attentat. 

- Des femmes et des enfants - 

"Nous étions dans le hall, au second rang, quand l'explosion a eu lieu derrière nous. (...) Après cela, il y a eu le feu et de la fumée dans la salle", a raconté Mohammad Hasan Rezayee, un étudiant, lui-même brûlé au visage et aux mains. 

"C'était le chaos. Tout le monde hurlait et pleurait. Les gens étaient paniqués. Tout le monde demandait de l'aide", a-t-il poursuivi, ajoutant que des femmes et des enfants faisaient partie des victimes. 

Des photos postées sur la page Facebook de l'Afghan voice agency, voisine, montrent la cour de ce média constellée de débris avec avec une demi-douzaine de corps alignés par terre, l'un d'entre eux en sang. 

Alors que le ministère de la Santé avait fait état d'un bilan initial de quatre morts et six blessés, un cadre hospitalier a indiqué à une télévision locale que 18 blessés avaient été emmenés dans son établissement. 

"Cinq d'entre eux sont dans un état critique et nos médecins essaient de leur sauver la vie", a déclaré Sabir Nasib, le directeur de l'hôpital Istiqlal. 

Lire l'article en intégralité

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.