Lu dans la presse
|
Publié le 9 Juin 2020

Monde - L'Argentine adopte la définition de l'antisémitisme de l'IHRA

Le ministère argentin des Affaires étrangères a qualifié la définition de guide pour déterminer quels comportements peuvent être considérés comme antisémites, afin de pouvoir les prévenir, les sanctionner et les éliminer.

Publié le 8 juin dans le Jerusalem Post sous le titre original Argentina adopts IHRA definition of antisemitism

Traduction proposée par le Crif 

L'Argentine s'est associée à un certain nombre de pays en adoptant la définition de l'antisémitisme de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste (IHRA), dans une décision officielle prise dimanche soir par son ministère des Affaires étrangères.

Le ministère argentin des Affaires étrangères a qualifié la définition de guide pour déterminer quels comportements peuvent être considérés comme antisémites, afin de pouvoir les prévenir, les sanctionner et les éliminer.

La résolution incite toutes les branches du gouvernement à utiliser la définition afin «de contribuer à la lutte de la République argentine contre l'antisémitisme sous toutes ses formes, de collaborer à la construction d'une culture de prévention de l'hostilité et de la violence à laquelle conduisent les préjugés et l'intolérance, de l'éducation à la pluralité et renforcer la tâche de garantir la réalisation de l'objectif d'éducation, de mémoire et d'enquête sur la Shoah et ses enseignements pour nous et les générations futures. »

Le ministre argentin des Affaires étrangères Felipe Solá a également invité les institutions publiques et privées argentines à commencer à utiliser la définition de travail de l'IHRA sur l'antisémitisme.

La définition de l'IHRA sur l'antisémitisme stipule : «L'antisémitisme est une certaine perception des Juifs, qui peut être exprimée comme une haine envers les Juifs. Les manifestations rhétoriques et physiques de l'antisémitisme sont dirigées contre les individus juifs ou non juifs et / ou leurs biens, vers les institutions communautaires juives et les établissements religieux. »

Les exemples d'antisémitisme de la définition de l'IHRA, qui ne sont pas mentionnés dans la résolution argentine, incluent appeler Israël une entreprise raciste ou comparer Israël aux nazis.

L'adoption de la définition intervient après la visite du président argentin Alberto Fernández en Israël en janvier dans le cadre du Forum mondial de la Shoah, son premier voyage officiel à l'étranger.

L'ambassadeur d'Argentine en Israël, Sergio Daniel Urribarri, a déclaré que la décision visait à «continuer à développer le souvenir de la Shoah en tant que décision politique officielle de l'État argentin».

Sergio Daniel Urribarri, qui a commencé à prendre ses fonctions en Israël jeudi, a souligné la nécessité d'une éducation sur la Shoah tout au long de sa carrière. En 2011, Sergio Daniel Urribarri est devenu le premier gouverneur d'une province argentine à exiger que toutes les écoles enseignent la Shoah à tous les niveaux, une politique qu'il a instituée à Entre Ríos.

Sergio Daniel Urribarri a fait remarquer que «lors du cinquième Forum mondial sur la Shoah [en janvier], plusieurs rapports ont été publiés concernant le manque de connaissances des jeunes. Je suis fier de dire que cela ne se produit pas dans ma province, et nous sommes déterminés à en faire une réalité dans toute l'Argentine», a-t-il déclaré.

Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement argentin a été critiqué pour avoir honoré Ramón Carillo, un médecin pro-nazi et ancien ministre de la Santé. Celui-ci a fourni un refuge au fugitif danois et au médecin du camp de Buchenwald, Carl Peter Vaernet, lui permettant de poursuivre ses expériences sur les homosexuels pour les «guérir». L'ambassadeur d'Israël en Argentine, Galit Ronen, avait alors critiqué la décision sur Twitter, écrivant que: «Quand nous disons 'nunca más' [plus jamais] en référence à la Shoah, il est incorrect de commémorer quelqu'un qui sympathise avec cette idéologie [nazie] . "

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.