Lu dans la presse
|
Publié le 20 Décembre 2017

#Monde - L'attaque de la statue de Sétif réveille le cauchemar des années du terrorisme de masse

À Sétif, l'attaque au burin de la statue d'Ain El Fouara rappelle les scènes de Daech détruisant les colosses de Bâmiyân. Tout un symbole bien loin de rassurer.

Publié dans Le Point le 19 décembre 2017

En cette froide matinée dans le centre-ville de Sétif, à 300 km à l'est d'Alger, A. A., 34 ans, en barbe et qamis, armé d'un marteau et d'un burin, s'attaque à la statue d'Ain El Fouara, la « source de la fontaine », une belle naïade, nue, de marbre, sculpté par l'artiste français Francis de Saint-Vidal en 1898.

Sur des vidéos qui ont fait le tour du Web algérien ce matin, on voit le forcené s'acharner sur la nymphe de marbre, rejouant l'horrible scénographie des daechiens détruisant les statues mésopotamiennes ou des talibans dynamitant les colosses de Bâmiyân. Des Sétifiens tentent de le stopper en lui jetant des pierres et des barres de fer, mais A. A., déclaré « 100 % déficient mental » par la police en fin de journée de lundi, enrage et s'attaque à la poitrine et au visage de la statue qui garde la « source de la fontaine », symbole de la ville et dont la légende raconte que, une fois qu'on a bu son eau, on y revient inéluctablement.

Lire l'intégralité

 
 

 

 

 

 

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.