Lu dans la presse
|
Publié le 9 Juillet 2018

#Monde - Le pape craint l'effacement de la présence chrétienne au Moyen-Orient

Le pape François a exprimé samedi ses craintes de voir "effacée" la présence des chrétiens au Moyen-Orient, "défigurant le visage même de la région", juste avant une prière commune au côté de presque tous les patriarches des Eglises du Moyen-Orient.

Publié le 8 juillet sur i24news

"Le Moyen-Orient est devenu une terre de gens qui quittent leur propre terre. Et il y a le risque que la présence de nos frères et soeurs dans la foi soit effacée, défigurant le visage même de la région, parce qu'un Moyen-Orient sans chrétiens ne serait pas un Moyen-Orient", a dit gravement le pape François sur le front de mer de Bari (sud-est de l'Italie).

"Nous voulons donner voix à qui n'a pas de voix, à qui ne peut qu'avaler des larmes, parce que le Moyen-Orient pleure aujourd'hui, à qui souffre et se tait, tandis que d'autres le piétinent en quête de pouvoir et de richesses", a ajouté le pape, évoquant une région "carrefour de civilisations et berceau des grandes religions monothéistes". 

"Cette tradition est un trésor à conserver de toutes nos forces, parce qu'au Moyen-Orient, il y a les racines de nos âmes mêmes", a souligné le souverain pontife argentin. "Mais dans cette région splendide s'est condensée, particulièrement au cours des dernières années, une couche épaisse de ténèbres: guerre, violence et destruction, occupations et formes de fondamentalisme, migrations forcées et abandon, le tout dans le silence de beaucoup et avec la complicité de beaucoup", a déploré le pape, qui a eu une pensée particulière pour Jérusalem "ville sainte bien-aimée de Dieu et blessée par les hommes".

Le pape -à la tête de 1,3 milliard de catholiques dans le monde- a réussi à faire venir à Bari la quasi totalité des chefs des différentes confessions chrétiennes au Moyen-Orient.

Le pourcentage de chrétiens au Moyen-Orient est passé de 20% avant la Première Guerre mondiale, à 4%, selon le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l'union des chrétiens.

Egypte

Les coptes orthodoxes constituent la communauté chrétienne la plus nombreuse du Moyen-Orient et l'une des plus anciennes. Ils représentent 10% des plus de 96 millions d'Egyptiens et sont présents dans tout le pays, avec des concentrations plus fortes dans le centre. Ils sont faiblement représentés au gouvernement et se disent marginalisés.

Les coptes sont depuis longtemps la cible de violences, aggravées depuis l'apparition d'organisations djihadistes comme le groupe Etat islamique (EI). Depuis décembre 2016, plus d'une centaine de personnes sont mortes dans des attaques anti-chrétiennes revendiquées par l'EI.

La communauté copte soutient le président Abdel Fattah al-Sissi, qui a fait du retour de la sécurité sa priorité. 

Irak

Les chaldéens représentent la majorité des chrétiens d'Irak. L'Irak comptait 1,5 million de chrétiens avant la chute de Saddam Hussein en 2003 et depuis la communauté s'est réduite, pour s'établir entre 400.000 et 500.000 personnes. Beaucoup de chrétiens irakiens ont fui les violences qui ont ensanglanté leur pays depuis 15 ans. 

Syrie

En Syrie, les chrétiens représentaient entre 5 et 9% des 22 millions d'habitants avant la guerre déclenchée en 2011. Mais selon l'évêque chaldéen d'Alep, Mgr Antoine Audo, la moitié des 1,5 million de chrétiens de Syrie auraient quitté le pays, fuyant la guerre.

Les chrétiens ont très souvent essayé de se tenir à l'écart du conflit, mais nombre d'entre eux ont pris le parti du président Bachar al-Assad, notamment par crainte de l'islamisme de certains groupes rebelles. Ils ont été pris pour cibles par l'EI, qui a eu recours aux enlèvements de masse et à la destruction d'églises avant qu'il ne soit chassé de tous les centres urbains d'Irak en 2017.

Liban

Les chrétiens libanais, essentiellement maronites, sont la deuxième plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient. Le Liban, où le partage du pouvoir est fondé sur des quotas communautaires, est le seul pays de la région à être traditionnellement dirigé par un président chrétien.

Depuis l'indépendance en 1943, le système politique garantit une parité entre musulmans et chrétiens, alors que la communauté chrétienne est devenue minoritaire au fil des décennies. Elle représente aujourd'hui moins de 35% de la population, même si aucune statistique officielle n'est publiée à ce sujet en raison de la sensibilité de la question.

Israël et Cisjordanie

A Jérusalem et en Cisjordanie, on dénombre près de 50.000 chrétiens, principalement implantés à Bethléem et Ramallah. Lieu de naissance du Christ selon la tradition, Bethléem, à majorité chrétienne il y a un demi-siècle, est aujourd'hui à majorité musulmane.

Mais les chrétiens ont un rôle central dans d'importants secteurs de l'économie palestinienne. Dans la bande de Gaza, leur nombre est en baisse régulière, notamment depuis la prise du pouvoir par le mouvement islamiste terroriste Hamas en 2007.

Israël compte environ 160.000 chrétiens (2% de la population), dont près de 80% d'Arabes israéliens.

Jordanie

Les chrétiens représentent 6% de la population jordanienne, évaluée à 9,5 millions d'habitants. Des chrétiens occupent des postes importants et cette communauté a droit à une représentation parlementaire.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.