Lu dans la presse
|
Publié le 13 Octobre 2020

Monde - Les 34 pays membres de l'IHRA adoptent une définition de l'antitsiganisme

Après des années de consultations et de négociations, les 34 pays membres de l'IHRA ont adopté une définition de travail non juridiquement contraignante de l'antitsiganisme / discrimination anti-Rom, le 8 octobre 2020 lors d'une réunion extraordinaire des chefs de délégation.
Photo : Le 29 mars 2019, un rassemblement de soutien à la communauté Rom a eu lieu devant la mairie et la cathédrale de Saint-Denis. (Sipa )
 
Communiqué publié le 13 octobre 2020 sur le site de l'IHRA
 
Traduction proposée par le Crif
 
Cette décision représente une contribution importante à la mise en œuvre de l'article 4 de la Déclaration ministérielle de l'IHRA 2020. Dans ce document, les pays membres et les pays de liaison s'engagent à «se souvenir du génocide des Roms [et] reconnaître avec inquiétude que la négligence de ce génocide a contribué aux préjugés et à la discrimination que de nombreuses communautés roms subissent encore aujourd'hui».
 
Développer une compréhension commune sur la question clé de l'antitsiganisme / de la discrimination contre les Roms
 
La définition pratique de l'antitsiganisme / de la discrimination contre les Roms est le résultat des connaissances d'experts en la matière et de consultations approfondies avec les communautés roms, mais également de négociations approfondies au niveau diplomatique. En réunissant des experts, des représentants de la société civile et du gouvernement, l'IHRA a pu construire une coalition plus large et plus forte pour aider à résoudre ce problème.
 
Bien qu’elles ne soient pas juridiquement contraignantes, les décisions de l’IHRA - parce qu’elles sont prises par consensus - représentent une compréhension commune entre ses 34 pays membres sur des questions clés. Si la situation de chaque pays est unique, le problème de l’antitsiganisme / de la discrimination contre les Roms est international et appelle donc une réponse internationale.
 
La nouvelle définition de travail de l'IHRA: un outil utile dont le besoin était urgent
 
Cet outil aidera à guider l'IHRA dans son travail de promotion de l'éducation, de la mémoire et de la recherche sur le génocide des Roms. Il peut également aider à éduquer et à sensibiliser les politiciens, les médias, la société civile et les organisations de défense des droits de l'homme à l'existence de l'antitsiganisme / de la discrimination contre les Roms. Bien entendu, la définition de travail a le potentiel non seulement d'être un outil pédagogique, mais aussi pratique. .
 
L'adoption de la définition de travail, l'une des priorités de la présidence allemande, avait été rendue d'autant plus urgente en raison de la pandémie COVID-19, qui a vu une montée du sentiment anti-Rom. Si la nécessité de sensibiliser à ce phénomène inquiétant n’était pas évidente auparavant, la pandémie l’avait rendue indéniable.
 
La définition de travail de l’IHRA est considérée d’abord et avant tout comme un outil qui peut aider l’IHRA - et quiconque voudrait l’utiliser - à identifier l’antitsiganisme / la discrimination contre les Roms. Après tout, les problèmes qui peuvent être identifiés sont beaucoup plus difficiles à ignorer.
 
Pièce essentielle du puzzle, la définition de travail de l'antitsiganisme / de la discrimination contre les Roms est un outil qui peut être utilisé - avec beaucoup d'autres - pour sensibiliser à ce problème et contribuer à le combattre.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.