Lu dans la presse
|
Publié le 6 Janvier 2017

#Monde - Syrie : eau empoisonnée au diesel, l'ONU dénonce "un crime de guerre"

Les habitants de Damas sont à bout. En cause : le manque d'eau courante, conséquence des combats entre régime et rebelles pour le contrôle de la principale source d'eau alimentant la capitale syrienne. Une situation qui met à mal la trêve établie par Moscou et Ankara.

Publié par LCI le 5 janvier 2017

 
L'ONU a dénoncé ce jeudi comme un "crime de guerre" la privation d'eau potable qui touche durement Damas. "Le sabotage et la privation d'eau sont évidemment un crime de guerre, car ce sont les civils qui la boivent et ce sont des civils qui seront touchés par des maladies si elle n'est pas rétablie", a affirmé à Genève, Jan Egeland, chef du groupe de travail de l'ONU sur l'aide humanitaire en Syrie.
 
Selon l'ONU, les 4 millions d'habitants de la capitale syrienne sont privés d'eau depuis le 22 décembre, conséquence des affrontements à Wadi Barada, à 15 km au nord-ouest de Damas qui mettent à mal l'entrée en vigueur de la nouvelle trêve établie par la Russie et la Turquie.

Lire l'intégralité

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.