Lu dans la presse
|
Publié le 17 Mars 2016

Quand l'un des tueurs du Bataclan se faisait passer pour un sauveur du GIGN

Les otages n'ont pas cru au pseudo "supergendarme" qui leur demandait d'ouvrir la porte.

Par Jean-Marc Leclerc, publié dans le Figaro le 17 mars 2016
 
Réfugiés dans une loge de la salle de spectacle le soir du 13 novembre, des otages doutaient de la qualité du pseudo supergendarme qui leur demandait d'ouvrir la porte. Ils ont été sauvés par leur vote, où le non l'a emporté d'une courte majorité...
 
«Ouvrez la porte, c'est le GIGN, je viens vous sauver». C'est ce qu'a prétendu l'un des tueurs du Bataclan, le 13 novembre 2015. Il s'adressait à une quarantaine de victimes retranchées dans une loge de la salle de spectacle, 40 hommes et femmes entassés dans un cagibi de 9m2 à peine. Ils avaient bloqué la porte avec un canapé, un mini frigo. Impossible pour le tueur d'entrer de force.
 
Devant la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015, présidée par le député Les Républicains du Rhône, Georges Fenech, l'une des victimes prises au piège, ce soir-là, a livré ce témoignage incroyable, le 15 février dernier. Caroline Langlade, jeune femme courageuse, cheveux bouclés, voix posée, raconte: «À chaque coup donné par le terroriste, on a tous tenu la porte, tenu le frigo, tenu le canapé...»
Elle ajoute: «J'ai fait éteindre la lampe, fermer les fenêtres, afin qu'on ne soit pas vus, (...) pour pas que le terroriste voit combien nous étions en regardant par l'interstice de la porte, qui s'entrebâillait à chaque coup qu'il donnait». Moments d'effroi. Trois heures durant, les victimes sont restées ainsi dans le noir.
 
«Ouvrez la porte, c'est le GIGN, je viens vous sauver», a donc demandé l'un des terroristes, changeant de stratégie, après un long silence. Est-ce son accent ou simplement l'instinct de survie qui a dicté la réponse? Les victimes ont, en tout cas, refusé d'ouvrir. Mais, comme il y avait débat entre elles, elles ont procédé à un vote à main levée. Et le non l'a emporté d'une courte majorité. Un vote qui a sauvé leur vie... Lire l'intégralité.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.