Lu dans la presse
|
Publié le 26 Septembre 2019

Radicalisation - Un fiché S pour islamisme radical candidat aux municipales

Un homme se présentant à la tête d'une liste sans étiquette à Goussainville, dans le Val-d'Oise est surveillé depuis plusieurs années par la police.

Publié le 26 septembre dans L'Express

Le 14 mars 2019, en inaugurant son QG de campagne, l'homme se déclare candidat aux élections municipales à Goussainville, une commune du Val-d'Oise de 30 000 habitants. Conseiller municipal sortant, élu en 2014 sur la liste du vainqueur Alain Louis (divers gauche), avant de basculer dans l'opposition en cours de mandat, il se présente sans étiquette, avec un slogan, "L'audace du renouveau". Né dans la ville il y a 43 ans, "titulaire d'un master en droit des collectivités territoriales et locales à l'université de Paris VIII, il s'affiche comme "entrepreneur" et cadre associatif - il fut président du Football club de Goussainville. Il assure "agir en homme libre, en élu de terrain en phase avec les réalités du territoire et avec [s]es convictions chevillées au corps". 

Selon les informations de L'Express, l'homme a fait l'objet d'une fiche S, pour islamisme radical. De source policière, il est réputé proche du mouvement fondamentaliste Tabligh, une organisation dont le nom a été cité dans le dossier judiciaire de la filière djihadiste de Lunel, responsable du départ de plusieurs jeunes français pour la Syrie et l'Irak dans les années 2014-2015. L'homme avait éveillé l'attention des services de renseignement en raison de ses activités prosélytes et pour compter dans son entourage plusieurs personnes fichées pour radicalisme. Parmi elles, un individu s'était particulièrement fait remarquer en observant deux jours de jeûne au moment de la mort de Mohammed Merah, le terroriste ayant perpétré les tueries de Toulouse et de Montauban en 2012. 

En tête dans la commune de Goussainville aux législatives de 2017

Ce dernier s'est présenté aux législatives de 2017 dans la 9ème circonscription du Val d'Oise. Il a obtenu 5,76% des suffrages, mais il est arrivé en tête dans la commune de Goussainville, avec 22% des voix, devançant la future députée LREM Zivra Park. 

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, n'a pas souhaité commenter l'information. En juin, dans la foulée des élections européennes où, pour la première fois à l'échelon national, une liste musulmane communautariste s'était présentée, il avait évoqué le sujet en conseil des ministres. La séquence n'avait pas été mentionnée dans le compte rendu officiel, comme L'Express l'avait raconté (L'ombre de l'islam radical plane sur les municipales, 26 juin 2019). Christophe Castaner avait alors expliqué qu'il examinerait les outils juridiques à la disposition du gouvernement, mais il avait aussitôt souligné l'extraordinaire difficulté à agir sur le terrain du droit. Emmanuel Macron avait pris la parole pour réclamer une grande vigilance. 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.