Lu dans la presse
|
Publié le 31 Mars 2016

Reda Kriket préparait un attentat majeur

L'arsenal saisi à Argenteuil était susceptible de provoquer une attaque similaire à celle du 13 novembre, a expliqué le Procureur de Paris.

Par Christophe Cornevin, publié dans le Figaro le 31 mars 2016
 
Le Procureur de la République est intervenu, mercredi 30 mars 2016, lors d'une conférence de presse, et a donné les conclusions de l'interpellation du terroriste Reda Kriket et de la perquisition de l'appartement «conspiratif» d'Argenteuil (Val-d'Oise), que le terroriste présumé louait sous une fausse identité depuis l'été 2015 et dont il réglait les mensualités en espèces. François Molins a évoqué un «véritable arsenal d'armes et d'explosif d'une ampleur inédite».
 
Un véritable laboratoire clandestin
 
Sur le plan chimique, la «planque» abritait en effet trois bouteilles d'oxygène, de l'acétone, deux bidons d'acides, des thermomètres, des doseurs, des balances électriques, des seringues, des masques et des gants ainsi qu'un Tupperware renfermant 105 g de TATP, un puissant explosif artisanal communément appelé «peroxyde d'acétone» et que prisent les djihadistes du groupe État islamique (EI). Véritable laboratoire clandestin, l'appartement, situé au quatrième étage d'un immeuble, recelait en outre tout un attirail électrique, dont un détonateur à seringue, un sac rempli de guirlandes électriques découpées pouvant aussi rentrer dans la composition d'une chaîne pyrotechnique, quatre cartons de 10 cm3 bourrés de milliers de petites billes d'acier susceptibles de «polycribler» des victimes potentielles. Outre cinq passeports volés et sept téléphones mobiles neufs encore dans leur emballage, les policiers ont aussi découvert deux ordinateurs contenant de la documentation en lien avec des groupes djihadistes et des recettes de fabrication de bombes ainsi qu'un livre sobrement intitulé Le Laboratoire moderne.
 
Pas moins de cinq kalachnikovs, un pistolet-mitrailleur croate et sept armes de poing complétaient enfin cette étourdissante panoplie guerrière, sachant qu'un coffre-fort renfermait quant à lui 1,3 kg d'explosif industriel et six fioles de glycérines acides... Lire l'intégralité.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.