Lu dans la presse
|
Publié le 30 Avril 2020

Religion - La Grande Mosquée de Lyon reçoit le soutien des responsables religieux juifs et chrétiens

Visée notamment par les Identitaires à la suite d'un appel à la prière, la Grande mosquée de Lyon et son recteur sont au cœur de la tourmente, en particulier sur les réseaux sociaux. Les responsables religieux des autres communautés leur apportent leur soutien.

Publié le 29 mars dans Le Progrès

La Grande Mosquée de Lyon et son recteur, Kamel Kabtane, sont dans la tourmente depuis la fin du mois de mars.

Depuis qu'un appel à la prière avait résonné à Lyon, le 25 mars. "Un geste de solidarité" envers les soignants, comme l'avaient fait les églises en faisant sonner leurs cloches selon Kamel Kabtane.

La Grande mosquée de Lyon a été visée par Marine Le Pen puis par les Identitaires, qui y ont vu "un appel à la prière islamique" qu'ils ont dénoncé en projetant, de nuit, des visuels sur le minaret, mardi soir.

Depuis, alors que le Ramadan a commencé, les messages de soutien se sont multipliés en direction de Kamel Kabtane.

Ce mercredi, les responsables religieux juifs et chrétiens de la métropole de Lyon ont réaffirmé leur "refus de la haine" et annoncé apporter leur soutien au recteur de la Grande mosquée.

 "Nous redisons notre détermination à oeuvrer ensemble pour le Bien Commun"

"La pandémie qui s'est abattue sur le monde depuis le début de l'année, bouleverse la vie de tous les humains, croyants et incroyants. Responsables religieux de la métropole de Lyon représentatifs des communautés juives et chrétiennes, nous voulons assurer tous nos concitoyens de notre solidarité et de notre prière, indiquent-ils dans un communiqué. (...)

La vie de nos communautés respectives, comme celle de toutes les composantes de notre métropole et de notre pays, a été et reste profondément affectée par les conséquences de cette pandémie. Nous avons dû renoncer aux prières et aux offices communautaires dans nos différents lieux de culte. Juifs et chrétiens n'ont pas pu vivre et célébrer comme à l'accoutumée les grands évènements de Pessah (Pâque juive) et de la Semaine Sainte (Pâque chrétienne). A présent, ce sont les musulmans qui vivent un mois de Ramadan amputé de toute sa dimension communautaire.

Comme toujours lorsque surgissent des épidémies, des «jardiniers de la haine» cherchent des coupables pour pouvoir laisser libre cours à leurs fantasmes meurtriers. Sur les réseaux sociaux, des vidéos de type «complotiste» sont diffusées largement, porteuses de messages ouvertement antisémites.

A Lyon, depuis quelques semaines, le recteur de la Grande Mosquée doit faire face à des campagnes de diffamation qui nous scandalisent absolument. Parce que, le 25 mars dernier, Kamel Kabtane a permis que se fasse entendre l'appel à la prière musulmane du haut du minaret de la mosquée, en résonance fraternelle avec les sonneries de cloches de toutes les églises et cathédrales catholiques de France qui célébraient la fête de l'Annonciation, le voilà accusé par certains de terrorisme !

Habitués de longue date à nous rencontrer et à entretenir des relations fraternelles (...) nous tenons à témoigner notre amitié et notre solidarité au recteur de la Grande mosquée, et nous redisons notre détermination commune à continuer à oeuvrer ensemble pour le Bien Commun. Nous sommes les témoins d'un Dieu miséricordieux qui refuse la haine et qui ouvre les portes sur l'espérance, et nous invoquons la Providence divine au bénéfice de tous."

Ont cosigné : le Pasteur Erwan Cloarec (Eglise Evangélique Baptiste), Monseigneur Michel Dubost (Eglise Catholique), le Pasteur Daniel Thévenet (Eglise Evangélique du Réveil), le professeur Etienne Tissot (Eglise Protestante Unie) et le Grand rabbin Richard Wertenschlag (grand rabbin régional).

Dès mardi soir, les politiques avaient réagi. Les élus Progressistes et Républicains de Lyon ont adresse un communiqué de soutien à Kamel Kabtane et à la communauté musulmane.

"Nous, élus du groupe Progressistes et Républicains, adressons notre soutien à la communauté musulmane face à ces nouveaux actes et propos haineux et racistes des identitaires dont elle a été victime à quelques jours de l’ouverture du ramadan.

En cette période difficile où le partage et l’entraide, la responsabilité et l’initiative citoyennes sont importants pour surmonter la crise sanitaire, l’action de division menée par les propagateurs de haine doit être condamnée et combattue sans relâche.

C’est forte de toute sa diversité, de ses volontés, de ses énergies que notre société parviendra à surmonter les épreuves que nous vivons. (…) Nous appelons les acteurs politiques, associatifs, culturels de notre territoire à porter ensemble ces valeurs de diversité, de respect et de solidarité". 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.