Lu dans la presse
|
Publié le 12 Mai 2016

Restitution par la France d'un dessin de Degas spolié

Audrey Azoulay, Ministre de la Culture, a restitué, le 9 mai 2016, un dessin d’Edgar Degas aux ayants droit de Maurice Dreyfus.

Face à la disparition progressive des témoins directs, le ministère a décidé de rechercher les ayants-droits avant qu'ils se manifestent

 
Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, a restitué, ce lundi 9 mai 2016, un dessin d’Edgar Degas spolié en 1940, aux ayants droit de Maurice Dreyfus, qui en était alors propriétaire. Ce dessin figure parmi les œuvres couramment désignées sous l'acronyme de MNR (Musées Nationaux Récupération) qui, après leur récupération par la France à la fin de la Seconde guerre mondiale, ont été placées sous la responsabilité juridique du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, et confiées à la garde des musées nationaux, dans l'attente de l'identification de leur propriétaire ou de ses ayants droit.
 
« Trois danseuses en buste », dit aussi « Trois danseuses à mi-corps », fusain et estompe sur papier calque, dessin réalisé par Edgar Degas (1834-1917) est un bien spolié qui a été saisi par les forces d'occupation chez Maurice Dreyfus le 28 août 1940. En 1947, Maurice Dreyfus indique aux autorités françaises que, si deux pastels de Raeburn lui ont été restitués, le dessin de Degas manque à l'appel. Le dessin est retrouvé en 1951 dans un placard de l'ancienne ambassade d'Allemagne, occupée depuis la Libération par les services du ministère des Affaires étrangères. N’ayant alors pas été identifié comme l’œuvre recherchée par Maurice Dreyfus, le dessin est retenu par la 6ème « Commission de choix » de la récupération artistique, le 29 mai 1951, sous le numéro 252 et attribué aux musées nationaux (Musée du Louvre, Cabinet des dessins) par arrêté du ministère de l'Éducation nationale du 13 août 1951, sous la référence REC 133.
 
La restitution de ce dessin aux ayants droit de Maurice Dreyfus est le premier aboutissement d'un processus nouveau et complémentaire des demandes émanant directement des ayants droit. La procédure classique de restitution des œuvres spoliées, engagée uniquement sur la demande des ayants droit, n’est pas suffisante. Face à la disparition progressive des témoins directs et au faible nombre de requêtes, le ministère de la Culture et de la Communication a décidé, en parallèle, de lancer une nouvelle démarche, consistant, sans attendre que les ayants droit se manifestent, à identifier le propriétaire des œuvres MNR au moment de leur spoliation... Lire l'intégralité.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.