Lu dans la presse
|
Publié le 20 Juillet 2016

#Terrorisme - Comment Israël combat le terrorisme permanent

Déploiement de blocs de bétons autour des arrêts de bus et de tram...

renforcement des gardes et vigiles autour et dans les gares routières, écoles, fouilles systématiques à l'entrée des grands magasins, de certains lieux publics, des principales administrations...

Publié dans la Dépêche le 19 juillet 2016
 
C'était il y a 48 heures, vers 9 heures du matin. Des vigiles postés à une station de tram du centre de Jérusalem repèrent un jeune qui s'apprête à monter dans un wagon. Il leur paraît suspect. Alors, ils l'interpellent. Bien leur en a pris.
 
Ce Palestinien d'une vingtaine d'années, originaire de la région de Hébron, transportait dans son sac à dos plusieurs charges artisanales et des couteaux, avec lesquels Il s'apprêtait à commettre une attaque à l'intérieur du tram.
 
En revanche, hier matin, à Goush Etsion, en Cisjordanie, les soldats n'ont pas réussi à arrêter à temps un Palestinien armé d'un couteau qui a blessé deux militaires avant d'être «neutralisé» par des tirs à l'abdomen. Cette quotidienneté du conflit avec les Palestiniens accompagne les Israéliens depuis des décennies, mais s'est aggravée à partir de l'automne dernier avec ce qu'on appelle «l'Intifada des couteaux».
 
Les mesures ont été renforcées : déploiement de blocs de bétons ou piliers de métal autour des arrêts de bus et de tram, renforcement des gardes et vigiles autour et dans les gares routières, écoles etc. Ce qui s'ajoute au dispositif plus classique : fouilles systématiques à l'entrée des grands magasins, de certains lieux publics, des principales administrations etc.
 
À noter que les fouilles à l'entrée des restaurants établis durant la seconde Intifada pour empêcher les attentats suicides ont été abandonnées depuis plusieurs années. Pour les grands rassemblements – par exemple sur la Place Rabin à Tel-Aviv ou lors des diverses manifestations du jour de l'Indépendance - il existe un dispositif sécuritaire adapté : fermeture des rues adjacentes, plusieurs barrages de contrôles et accès interdits à la circulation par des blocs de bétons ou des véhicules, voir un autocar, disposés en travers de la chaussée... Lire l'intégralité.
 
A lire aussi, sur ce sujet :

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.