Tribune
|
Publié le 20 Avril 2015

« Je suis chrétien aussi »

Voici comme une terrible litanie, presque quotidienne, le sort qui est réservé aux Chrétiens dans certaines parties du monde.
 

Par Marc Knobel, Directeur des Etudes du CRIF, publié sur le Blog du CRIF le 20 avril 2015
La soumission ou la mort. C'est le message renouvelé de Daesh aux Chrétiens d'Orient et d'Afrique, raconte Le Monde dans son édition numérique du 19 avril 2015. Dans une nouvelle vidéo diffusée dimanche 19 avril sur les réseaux sociaux, l'EI met en scène l'exécution d'au moins 28 hommes présentés comme des « ressortissants de la croix » de « l'Eglise éthiopienne ennemie ». Sans doute des migrants  interceptés par le groupe en Libye, selon le Ministre éthiopien de la Communication, Redwan Hussein. Les 12 hommes d'un premier groupe sont décapités en Cyrénaïque (côte est), 16 autres victimes sont exécutées par balle dans la région du Fezzan (sud), prétend le groupe. Dans le premier cas, la mise en scène est similaire à une précédente vidéo – celle de la décapitation de 21 Coptes égyptiens, en février – : les 12 hommes, vêtus de combinaisons orange, sont amenés sur la plage avant d'être tués, selon Le Monde.
Voici comme une terrible litanie, presque quotidienne, le sort qui est réservé aux Chrétiens dans certaines parties du monde. Dans une cinquantaine de pays, surtout au Proche et Moyen-Orient (Irak, Syrie, Pakistan, Yémen), mais aussi en Libye, qu'ils soient catholiques, protestants, coptes ou de toute autre communauté, les Chrétiens peuvent être discriminés, pourchassés, emprisonnés, torturés, assassinés. Tous les moyens sont utilisés pour les contraindre à renier leur foi : posséder une Bible est devenu un crime, la célébration des cultes est interdite… Le résultat est là, c’est ainsi que de la Corée du Nord au Soudan en passant par le Nigéria, la persécution des Chrétiens dans le monde est une réalité. Pourquoi devrions-nous le cacher ? Au nom de quoi, devrions-nous le taire ? ... Lire l'intégralité.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.