Tribune
|
Publié le 3 Janvier 2014

Attentat terroriste de Bat Yam : des membres d'une cellule du Jihad islamique de Bethléem arrêtés

Par Hélène Keller-Lind

 

C'est à Bethléem, en Zone C, placée sous le contrôle de l'Autorité palestinienne, qu'une cellule terroriste du Jihad Islamique avait préparé deux attentats : celui perpétré à Bat Yam dans un bus le 22 décembre dernier, n'ayant fait qu'un blessé léger grâce à la vigilance d'un passager et du chauffeur, et un second qui devait être commis dans la région de Tel-Aviv Jaffa. Grâce à l'enquête menée conjointement par Tsahal et les forces de sécurité israéliennes, les quatre auteurs principaux ainsi que dix complices ont été arrêtés à ce jour. D'autres arrestations sont annoncées. Épisode qui montre qu'un Mahmoud Abbas ne saurait garantir la stabilité d'un éventuel État palestinien qu'il se refuse à voir démilitarisé. 

Attentat déjoué de Bat Yam salué par Hamas et Jihad Islamique

 

Le 22 décembre dernier, la vigilance d'un passager et du chauffeur du bus dans lequel il voyageait avec une quinzaine d'autres personnes a évité un bain de sang. Car après la découverte par ce passager d'un sac contenant un récipient métallique d'où sortaient des fils le chauffeur du bus l'avait fait évacuer. Une bombe contenant des clous et des écrous, pour provoquer le maximum de blessures, explosait une dizaine de minutes plus tard, alors qu'un sapeur tentait de la désamorcer, blessant légèrement un officier de police http://www.algemeiner.com/2013/12/22/israel-bomb-attack-thwarted-by-vigilant-bus-driver/.

 

Bien que l'attentat n'ait pas été revendiqué, le Hamas avait salué "l'opération", la qualifiant de "réponse courageuse et héroïque aux crimes de l'occupation", selon l'agence de presse palestinienne Maan News http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=659211 Une source du Jihad Islamique estimant que cet attentat "pourrait annoncer la reprise des attentats suicide" http://mfa.gov.il/MFA/ForeignPolicy/Terrorism/Palestinian/Pages/Tragedy-averted-in-bus-bombing-in-Bat-Yam-22-Dec-2013.aspx.

 

Quatorze suspects opérant à Bethléem, en Zone sous contrôle palestinien, arrêtés

 

Le 2 janvier, après enquête menée par les forces de sécurité israéliennes et Tsahal, l'arrestation de quatorze membres d'une cellule terroriste du Jihad Islamique opérant à Bethléem était annoncée. Les suspects ont avoué avoir préparé cet attentat et en avoir préparé un autre qui devait être commis dans les jours qui viennent dans la région de Tel-Aviv Jaffa. Vingt kilos d'explosifs ont été retrouvés cachés près du domicile d'un des suspects arrêtés.

 

La bombe avait été préparée par les deux frères Ta'amri, déjà arrêtés par Israël pour leur appartenance au Jihad Islamique, l'un d'eux étant pourtant dans la police palestinienne, et Yusef Nasser Yusef Slama. Elle avait été confiée ensuite à Sami Ovar Sami Harimi – qui avait travaillé illégalement auparavant dans des restaurants de Jaffa et Tel-Aviv -. Entré en Israël au sud du Mont Hermon par une brèche dans la barrière de sécurité, il a été conduit par un Bédouin à Jaffa. Il y a prié dans une mosquée avant de prendre un bus, d'y placer la bombe qui devait être activée par un téléphone portable, puis d'en descendre.

 

Des forces de sécurité palestiniennes inopérantes...

 

L'enquête n'est pas terminée et d'autres arrestations sont attendues. http://www.idfblog.com/2014/01/03/security-forces-arrest-executers-bat-yam-terror-attack/. L'agence de presse palestinienne Maan News rapportait d'ailleurs le 1er janvier que des raids suivis d'arrestations avaient été menés à Bethléemen en plein jour, se plaignant des dégâts occasionnés  http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=662135. Raids d'autant plus étonnants que Bethléem est en Zone C sous contrôle de l'Autorité palestinienne. Toute aussi étonnante est la présence de cette cellule du Jihad Islamique et sa facilité de manœuvre au nez et à la barbe des forces d'un Mahmoud Abbas qui prétend pouvoir garantir la sécurité et la stabilité dans un éventuel État palestinien après un retrait d'Israël des zones qu'il ne contrôle pas aujourd'hui. Un État qu'il ne veut accepter de voir démilitarisé comme le réclame le Premier ministre israélien pour qui la sécurité d'Israël est une priorité. 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.