Inscrivez-vous à la Newsletter du Crif! : Recevez chaque jour une synthèse de l'actualité vue par le CRIF!
Afficher
Masquer

Inscrivez-vous en quelques secondes à la Newsletter du CRIF et recevez gratuitement chaque jour une revue de presse et des commentaires sur l'actualité préparés par le CRIF.

E-mail:

 

A l'issue de votre inscription, un e-mail de confirmation vous sera adressé.

Tribune
Publié le 22 Octobre 2012

Ennahda et les islamistes radicaux, des relations ambigües

Pendant longtemps, la majorité de nos médias nationaux a disserté sur un scénario rassurant : Ennahda, grand vainqueur des premières élections libres en Tunisie à l'automne 2011, serait un parti "démocrate musulman" comme nous avons des partis "démocrates chrétiens" en Europe ; son leader Rached Ghannouchi aurait bien changé depuis les années 90, où il était si proche du "Front Islamiste du Salut" algérien, et où il fut condamné par les tribunaux de son pays pour tentative d'infiltration de la police et de l'armée ; et si quelques observateurs relevaient le soutien d'islamistes radicaux à son parti - ainsi Youssef al-Qaradawi, prédicateur vedette d'Al-Jazeera (lire ici) -, la plupart des journalistes acceptaient sans broncher ses nouvelles professions de foi : son modèle serait désormais l'AKP turque et non l'application de la Chari'a, son parti était "islamique", mais non porteur du projet de l'islam politique - comme l'idéologie des Frères Musulmans, avec lesquels il n'aurait rien à voir.

« L'année 2012 aura été riche en graves développements en Tunisie »

L'année 2012 aura pourtant été riche en graves développements en Tunisie, où tous les observateurs ont noté, incident après incident, l'étrange inaction de la police face à quelques centaines de "salafistes" (*) s'attaquant à tous les symboles de la laïcité et de la liberté de la femme dans le pays : menaces, agressions physiques, actes de vandalisme ... Cette vague a culminé, le 14 septembre avec la prise d'assaut de l'ambassade des États unis à Tunis, menée par une foule chauffée à blanc suite au film débile "l'innocence des Musulmans", et encouragée par la passivité des forces de l'ordre. On trouvera ci-dessous un long et passionnant article publié sur un site tunisien, et qui décrypte les relations troubles du pouvoir tunisien avec les tenants de l'islam radical : on y apprend, notamment, que le groupe salafiste le plus militant, "Ansar al-Chari'a", a parmi ses leaders un ex-djihadiste rentré d'Afghanistan, ayant lui-même fait ses premières armes au sein de la branche armée d'Ennahda, dans les années 80.

 

Un éclairage intéressant et complémentaire est enfin à trouver dans l'affaire de la "vidéo cachée" de Rached el Ghannouchi, diffusée en Tunisie le 9 octobre dernier : sur les images, ce dernier demande à des visiteurs salafistes de faire preuve de "patience" et de "sagesse", le temps que les islamistes puissent imposer leur pouvoir aux laïcs. Une vidéo qui a fait l'effet d'une bombe, car elle révèle le "double discours" d'Ennahda !

 

Jean Corcos

 

(*) Le terme "salafistes" est couramment utilisé, pour la Tunisie et d'autres pays arabes, afin de désigner la frange la plus activiste des militants islamistes, celle qui par exemple demande l'application immédiate de la Chari'a. Pour rappel cependant, le salafisme est un mouvement sunnite réclamant le retour à "l'islam des origines", celui des "salafs" ou "pieux ancêtres". Ce courant comprend une mouvance djihadiste, mais aussi un courant piétiste : c'est pourquoi l'utilisation du terme "islamiste radical" est préférable, dans l'absolu, pour traiter de sa frange violente.

 

 

Qui a attaqué l'ambassade des États-Unis : retour sur Ansar al-Chari'a, Abou Iyadh et ses relations avec Ennahda

 

Alors que l’opinion publique s’interrogeait sur l’identité de la nébuleuse salafiste en Tunisie, nous avions mené une enquête publiée dans le magazine Réalités (N° 1327 du 12 avril 2012) dans laquelle nous révélions l’identité des leaders d’Ansar al-Chari’a, groupe salafiste à l’origine des attaques ayant visé le Cinéma Africart, la chaîne Nessma TV et l’Espace Abdelliya. À la lumière de l’implication de cette organisation dans l’attaque qui a visé le vendredi 14 septembre 2012 l’Ambassade des États-Unis à Tunis, il nous a semblé judicieux de revenir sur Ansar al-Chari’a, ses leaders et leurs liens avec le parti Ennahdha.

 

Le vendredi 14 septembre 2012, immédiatement après la prière, une foule immense s’est dirigée vers l’Ambassade des États-Unis sur les Berges du Lac de Tunis à l’appel du charismatique leader d’Ansar al-Chari’a, Abou Iyadh Ettounsi alias Seifallah Ben Hassine. La présence de ce dernier sur les lieux fut confirmée par Ridha Belhaj, dirigeant du parti salafiste Hizb ut-Tahrir, peu après que les troupes d’Ansar al-Chari’a ont saccagé et brûlé plusieurs bâtiments de la mission diplomatique face à des forces de l’ordre qui se sont illustrées par leur passivité.

 

L’attaque de son ambassade a mené la diplomatie américaine à recommander à ses ressortissants et à ses entreprises d’évacuer sans délai le territoire tunisien. Un signal fort adressé au gouvernement tunisien, suspecté d’avoir une part de responsabilité dans l’échec de la défense des locaux de la mission américaine. En effet, tandis que le ministre de la Santé affirmait sans ciller qu’il s’agissait d’une « intervention réussie » pour la police tunisienne, et que le ministre des Affaires étrangères Rafik Bouchlaka tentait de minimiser en prétendant que l’attaque de l’ambassade n’était qu’une conséquence normale de la transition démocratique, des images mises en ligne ont permis d’affirmer que les forces de l’ordre et les militaires sur place n’ont pas déployé les efforts nécessaires pour assurer au mieux la défense du bâtiment. Selon un témoignage recueilli par Riadh El Hammi, l’un des assaillants aurait prétendu que des militaires lui ont dit « Faites ce que vous voulez, du moment que vous ne nous touchez pas ». Le coordinateur de la sécurité de l’École américaine elle aussi visée par l’attaque salafiste, a quant à lui affirmé sur son blog « Le spectacle dont nous avons été témoins à l’Ambassade américaine était planifié et approuvé », avant de recommander à ses compatriotes résidant en Tunisie « Il ne faut pas faire confiance aux forces de sécurité tunisiennes ». Sans aller jusque-là, il semble capital d’examiner les relations entre Ansar al-Chari’a et le parti Ennahdha pour faire la lumière sur l’attitude du gouvernement suite à ce grave incident.

 

Abou Iyadh et la genèse d’Ansar al-Chari’a

 

L’organisation salafiste Ansar al-Chari’a, dirigée par un trio composé du prédicateur de Oued Ellil Abou Ayoub, de l’idéologue  Al-Khatib al-Idrissi  et de Abou Iyadh Ettounsi, fut fondée par ce dernier au cours du printemps de l’année 2011. Abou Iyadh, dont le vrai nom est Seifallah Ben Hassine a hérité son nom de guerre de ses aventures afghanes, interrompues par son arrestation en 2003 en Turquie pour l’organisation dumeurtre du leader de la résistance afghane face aux talibans, le Commandant Ahmed Shah Massoud. Mais avant de fonder en 2000 avec Tarek Maaroufi (récemment relâché par la justice belge et revenu en Tunisie) le Groupe Combattant Tunisien, cellule terroriste proche d’Al Qaïda, basée à Jalalabad, Seifallah Ben Hassine a fait ses premières armes au sein de la branche armée d’Ennahdha, le Front Islamique Tunisien fondé en 1986 par le Cheikh Rached Ghannouchi qui était son mentor. Pas étonnant alors de voir le guide du parti islamiste au pouvoir faire l’accolade à Abou Iyadh, et de proclamer l’inoffensivité de la mouvance salafiste.

 

L’ambiguïté des relations entre Ennahdha et Ansar al-Chari’a

 

À la fois rival d’Ennahdha et « frère » de la tendance islamiste selon Rached Ghannouchi, Abou Iyadh entretient des relations ambiguës avec le parti au pouvoir. Il n’a par exemple pas été inquiété après avoir publiquement ordonné la violente attaque qui a visé l’Espace Abdelliya en juin dernier. Mais les relations avec le parti Ennahdha ont connu un virage significatif, qui n’a rien fait pour lever l’ambiguïté persistante, lorsque Abou Iyadh et son lieutenant Abou Ayoub ont organisé une manifestation géante en face de l’Assemblée constituante au Bardo afin d’exiger d’Ennahdha qu’elle se rétracte après avoir renoncé à l’inscription de la Chari’a dans la future Constitution. Avaient répondu à l’appel, dans le cadre de cette démonstration de force, des milliers de militants et de sympathisants d’Ennahdha. Abou Iyadh, qui tente d’étendre son influence sur la base militante d’Ennahdha, bénéficie également d’appuis haut placés dans l’organigramme du parti islamiste. En effet, Sadok Chourou qui vient d’affirmer au journal Essarih que les salafistes d’Ansar al-Chari’a étaient innocents et n’avaient rien à voir avec l’attaque de l’Ambassade américaine, est pourtant l’un des principaux soutiens du djihadiste Abou Iyadh au sein du parti au pouvoir. Le député Chourou, qui s’est illustré l’année dernière par sa proposition de crucifier et de démembrer les opposants au parti au pouvoir, fut l’invité avec Abderraouf Ayadi du CPR, d’Abou Iyadh dans le cadre du congrès fondateur d’Ansar al-Chari’a qui s’est tenu à Sidi Bouzid en mai 2011. Nul ne s’étonnera donc de voir le député nahdhaoui tenter de couvrir son allié au moment où la vidéo de son discours de l’année dernière en compagnie d’Abou Iyadh a été supprimée. Mais une autre vidéo, tournée à Tunis à la même période permet d’attester de ses liens avec Ansar al-Chari’a.

 

Le déni complice de Sadok Chourou illustre bien l’embarras des dirigeants d’Ennahdha suite à l’incident de vendredi qui risque d’éclabousser leur image de modérés. Ces derniers, manifestement au courant du rôle joué par Abou Iyadh dans l’attaque de l’Ambassade des États-Unis et de sa présence sur les lieux, sont tiraillés entre l’envie irrépressible d’occulter les liens confraternels qu’ils entretiennent avec le terroriste, et la pression de l’opinion publique, désormais avertie de l’existence et du rôle d’Abou Iyadh.

 

Une tragédie prévisible que l’on aurait pu empêcher

 

Outre l’incompétence voire la malveillance du gouvernement de transition de Mohamed Ghannouchi, qui a fait bénéficier d’une amnistie Abou Iyadh, dont le passé afghan était connu de la justice tunisienne, et les terroristes de l’affaire de Soliman qui ont plus tard rejoint Ansar al-Chari’a, c’est au gouvernement actuel que revient une part importante de la responsabilité des évènements du vendredi 14 septembre. C’est la peur de voir ses liens avec le terroriste Abou Iyadh révélés sur la place publique, qui a empêché Ennahdha de sévir contre cette organisation qui représente la plus grande menace pour la liberté, la stabilité et la sécurité nationale. Pourtant, une déclaration d’Abou Iyadh datant de mars 2012 aurait du être le signal approprié pour mener l’offensive contre son organisation. Dans cette interview accordée à la chaîne de télévision Nessma, le leader d’Ansar al-Chari’a s’est exprimé « au nom de la mouvance salafiste djihadiste », rompant ainsi avec son discours initial selon lequel son organisation prônait le « salafisme de prédication », c’est-à-dire non-violent. Quelques semaines plus tard, il ordonnera le saccage de l’exposition du « Printemps des Arts » à la Abdelliya à La Marsa. Au moment des faits, Ansar al-Chari’a, venait de recevoir l’onction du numéro un d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri, ainsi que la bénédiction de l’influent idéologue djihadiste mauritanien Abou al-Moundhir al-Shiniqiti, lequel a émis une fatwa autorisant les musulmans à s’engager dans le djihad aux côtés d’Abou Iyadh au sein d’Ansar al-Chari’a. Mais au lieu de se décider à mettre fin à la terreur exercée par l’organisation salafiste, le gouvernement dominé par le parti islamiste Ennahdha a préféré profiter de l’incident pour blâmer les artistes qui seraient responsables du déclenchement de la confrontation, et – de manière surréaliste – les membres de l’ancien régime ainsi que les réseaux de contrebande d’alcool.

 

Ce n’est que la pression exercée par la diplomatie américaine, et par l’opinion publique tunisienne désormais moins ignorante du rôle d’Abou Iyadh, que le gouvernement a décidé de mener, à contrecœur, une offensive contre Ansar al-Chari’a, tandis que des pages Facebook liées à l’organisation djihadiste ont promis au Ministre de l’Intérieur Ali Larayedh une guerre sans merci si jamais il tentait de procéder à l’arrestation d’Abou Iyadh. Alors que le combat contre Ansar al-Chari’a s’annonce plus rude et sanglant que jamais, on ne peut aujourd’hui que regretter l’angélisme passé de la diplomatie américaine qui a soutenu l’ascension des islamistes prétendument modérés d’Ennahdha sans exiger de garanties s’agissant d’Ansar al-Chari’a, dont le leader au passé terroriste était bien connu des services américains. Ces derniers avaient même découvert que, durant sa détention entre 2003 et 2011 en Tunisie, Abou Iyadh avait livré des informations à Ben Ali concernant ses anciens compagnons djihadistes. Nul, en effet, ne pouvait ignorer l’amplitude du danger que constituaient, d’une part, la remise en liberté d’Abou Iyadh en 2011 et, d’autre part, la passivité de l’Etat tunisien à l’occasion des violences qu’Ansar al-Chari’a a perpétrées au cours des deux dernières années. Alors, au moment où nous écrivons, que la police traque le leader djihadiste, il est légitime de craindre qu’il ne soit trop tard et de redouter les sombres perspectives qu’a ouvertes l’attaque du 14 septembre. En effet, il serait malhonnête de nier que l’invasion de l’Ambassade des États-Unis constitue un tournant majeur dans la Tunisie post-révolutionnaire et que cet incident risquerait d’avoir des retombées quasiment fatales pour l’économie, la diplomatie et le tourisme tunisiens.

 

Habib M. Sayah

 

Source : Institut Kheireddine, 16 septembre 2012, article original en lien.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.