Tribune
|
Publié le 26 Avril 2013

Est-il légitime de ne pas assortir le versement de fonds à l'Autorité palestinienne de conditions dès lors que celle-ci persiste à vouloir payer des « salaires » aux terroristes en prison ?

 

Par Hélène Keller-Lind

 

Non seulement l'Autorité palestinienne verse-t-elle des « salaires » conséquents aux terroristes palestiniens jugés, condamnés et emprisonnés, mais elle s'en targe et en fait une priorité, les considérant comme ses fonctionnaires. Dès lors continuer à lui verser l'argent des contribuables pour, de fait, encourager le terrorisme est-il légitime ? C'est la question que pose l'ONG Palestinian Media Watch et nombre de Parlementaires. Une question que devraient se poser, semble-t-il, tous les Parlementaires des pays démocratiques donateurs.

 

Des fonds des contribuables occidentaux pour payer des terroristes...

 

Les Parlements norvégien et britannique ont évoqué cette question finalement cruciale : est-il acceptable et légitime de verser des fonds sans condition à l'Autorité palestinienne dès lors que celle-ci utilise une partie de ces fonds, et une partie non négligeable  puisque cela représente près de 4 millions d'€ mensuels, pour payer ce qu'elle qualifie de « salaires » à des terroristes qui ont été dûment jugés et condamnés à des peines de prison en Israël http://www.desinfos.com/spip.php?page=ispip-article&id_article=33410http://www.desinfos.com/spip.php?page=ispip-article&id_article=33410?

 

On notera d'ailleurs que ces « salaires » sont plus élevés que ce que perçoivent les fonctionnaires palestiniens. Ce qui envoie un message clair à la population : mieux vaut se lancer dans le terrorisme, présenté par ailleurs comme prestigieux et religieusement souhaitable, que dans la fonction publique. Message qui compte dans une société où le chômage est élevé et les revenus, hormis ceux des dirigeants et des leurs, bas.

 

Une partie également conséquente de ces dons étant utilisée pour un enseignement systématique multiforme à la haine d'Israël et des Israéliens, mais aussi des Juifs. Ce qui se fait, entre autres, par un matraquage télévisuel visant souvent les enfants http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=35629 ou la glorification d'assassins présentés en héros http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=35660

 

Des élus commencent à s'en émouvoir, l'Autorité palestinienne persiste

 

Des Sénateurs américains, des Parlementaires norvégiens http://palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8606 et britanniques http://palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8636 s'en sont émus. L'Autorité palestinienne, elle, confirme et persiste. Le vice-ministre aux Affaires des Prisonniers, pour qui ces prisonniers – terroristes- sont « notre joie », et le Président du Club des Prisonniers déclarant que quand bien même les dons versés seraient suspendus ou supprimés ces « salaires » et subventions aux prisonniers continueraient à être versés au même titre que le salaire des fonctionnaires palestiniens. Ce que relève l'ONG Palestinian Media Watch qui suit minutieusement ces dossiers http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8857

 

Il faut dire que ce type de déclaration est sans doute encouragé par l'attitude de certains interlocuteurs occidentaux à l'instar du ministre des Affaires étrangères norvégien qui, en dépit de ces faits, annonce des subventions accrues pour le régime de Mahmoud Abbas ... Annonce tempérée toutefois par une interrogation du ministre qui se demande si les efforts des donateurs peuvent perdurer en l'absence de négociations.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.