Tribune
|
Publié le 7 Janvier 2013

Exit Autorité palestinienne, entre « l’État de Palestine »

Par Hélène Keller-Lind

 

C'est par décret que le Président, non réélu, palestinien annonce la fin de l'Autorité palestinienne, remplacée par « l’État de Palestine », pour se conformer, dit-il, à la décision de novembre dernier de l'ONU, cela même si le statut accordé alors n'était que d’État observateur non membre. Décret envoyé à toutes « ses ambassades » dans le monde. Mahmoud Abbas souligne dans le même temps que l'OLP  reste le représentant unique et légitime du peuple palestinien. Se pose alors la question de la possible entrée du Hamas en son sein. 

Décret présidentiel d'un « Président » non élu et pied de nez au Conseil de Sécurité

 

C'est par un décret présidentiel en bonne et due forme, même si le « Président palestinien » n'a plus de mandat pour cause de reports successifs de la tenue d'élections en temps et en heure, que la fin de l'Autorité palestinienne a été annoncée le 5 janvier 2013. Autre annonce : celle-ci est remplacée désormais par « l’État de Palestine ». Le décret précise que cela est suite au vote de l'ONU de fin novembre. Par une vaste majorité, son Assemblée générale avait accepté la requête de Mahmoud Abbas qui avait postulé fin 2012 pour un statut d’État observateur non membre étant donné que l'entrée de « la Palestine » à l'ONU n'avait pas été acceptée l'année précédente par le Conseil de Sécurité onusien.

 

Par ce décret de début janvier 2013 aux allures d'entourloupette, Mahmoud Abbas vient donc de faire un pied de nez à ce Conseil puisqu'il s'autodéclare Président d'un État tout court. Ce qui finalement n'a rien d'étonnant étant donné que son entourage politique pense et proclame qu'il appartient à « la Sainte Trilogie », aux côtés de « Jésus, Yasser Arafat » http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=34227 . À un tel personnage, rien d'impossible, donc.

 

Primauté de l'OLP, et le Hamas dans tout ça ?

 

L'affaire est rapportée par l'agence de presse palestinienne officielle Wafa News. Qui ajoute que dans ce même décret Mahmoud Abbas précise que « l'OLP [ Organisation de libération de la Palestine crée en 1964 ] reste le représentant unique et légitime du peuple palestinien » http://www.wafa.ps/arabic/index.php?action=detail&id=145913 .

 

Rappel intéressant sur fond de signaux laissant penser qu'une unité Fatah Hamas pourrait être à l'ordre du jour, comme l'ont montré les célébrations récentes d'anniversaires respectifs dans la Bande de Gaza comme en Judée Samarie, avec une énorme fête du Fatah attirant près d'un million de participants à Gaza. Fatah qui avait expulsé en 2007 à l'issue de combats fratricides sanglants,  http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=34315 Exactions suivies d'arrestations, tortures et autres brutalités réciproques dont on ne parle plus chez les Palestiniens. L'unité se construisant contre un Israël accusé de tous les péchés.

 

Remplacer Israël par « la Palestine », une même volonté du Hamas et du Fatah exprimée différemment

 

Actuellement le Hamas ne fait pas partie de l'OLP, mais il a été fortement question ces derniers que le mouvement terroriste y entre. Mouvement dont le chef politique, Khaled Meshal, depuis la Bande de Gaza où il se rendait pour la première fois récemment, réitérait sa volonté de détruire Israël et de le remplacer par « la Palestine ».

 

Volonté qu'exprime d'ailleurs aussi Mahmoud Abbas depuis des lustres, mais en plus soft, dans ses médias, ses écoles, ses discours en arabe, bref par tous les moyens possibles à sa disposition, mots croisés y compris. Ce que vient de relever dernièrement Palestinian Media Watch qui notait que, selon le quotidien officiel palestinien Al-Hayat Al-Jadida, la ville israélienne de Bersheva se trouverait en Palestine http://www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8265

 

Sur le nouveau logo de l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas devenue « État » http://www.crif.org/fr/revuedepresse/ramallah-abbas-impose-aux-administrations-lusage-du-logo-etat-de-palestine/34311 on trouve d'ailleurs une carte de « Palestine » couverte du pointillé d'un keffieh. Cette carte est clairement en grande partie celle d'Israël. Ce qui n'a rien de nouveau, mais cela prend aujourd'hui une ampleur toute particulière.

 

Quant à l'entrée du Hamas au sein de l'OLP, cela poserait bien entendu une question essentielle pour les démocraties et Israël : comment continuer à échanger, voire négocier ou signer des accords avec une organisation dont l'une des composantes est sur la liste des mouvements terroristes de plusieurs États européens, des États-Unis ou du Canada...

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.