Tribune
|
Publié le 11 Mai 2012

Grève de la faim des prisonniers sécuritaires : parlons des faits

Par Yaron Gamburg, conseiller de presse et porte-parole de l’Ambassade d’Israël en France

 

L’Union Européenne a exprimé mardi son inquiétude pour les détenus palestiniens en grève da la faim. Le Comité international de la Croix-Rouge  (CICR) a demandé le transfert à l’hôpital de six détenus palestiniens. Les responsables de l’AP et du Fatah menaçaient déjà de lancer une troisième Intifada, une campagne de terrorisme contre Israël.

Beaucoup de bruit  pour rien. Plutôt que d’encourager le jeu de la propagande palestinienne, il faudrait que les parties qui se hâtent de s’exprimer apprennent quelques données de base sur le sujet des terroristes condamnés en Israël.

 

Premièrement, qui sont les grévistes de la faim ? Environ 1600 prisonniers palestiniens de haute sécurité dans les prisons israéliennes ont entamé une grève de la faim il y a trois semaines. Tous sont des détenus qui ont été condamnés ou sont en détention administrative (enquêtes en cours)  pour leur implication dans des activités terroristes. La plupart des prisonniers ont «du sang sur les mains», et ont été condamnés pour l’assassinat d’Israéliens innocents.

 

Les liens des prisonniers avec les organisations terroristes ? 750 prisonniers sont liés au Hamas, 360 sont membres du Fatah, 250 sont affiliés au Jihad mondial, et 170 sont membres du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). Parmi les leaders du mouvement de grève de la faim, certains sont tristement bien connus :

 

Abbas a-Sayyid, activiste du Hamas, condamné à 35 peines de perpétuité pour son rôle dans l’attaque de l’Hôtel Park à Netanya le soir de la Pâque juive en 2002 ; Sharrim Muhanned, activiste du Hamas, condamné à 29 peines de perpétuité pour son implication dans l’attaque de l’Hôtel Park ; Jamal al-Hur, activiste du Hamas condamné à cinq peines de perpétuité pour son implication dans l’attaque au Café Apropo à Tel-Aviv (1997) ; Wajdi Joda, militant de haut rang du «Front populaire de libération de la Palestine », a été impliqué dans l’attentat suicide du carrefour Geha (2003).

 

Quelques mots sur les droits et privilèges des prisonniers de haute sécurité dans les prisons israéliennes. Le service pénitentiaire d’Israël traite ces prisonniers conformément aux règles établies par les conventions internationales. Outre les droits fondamentaux, comme la capacité de pratiquer librement leur religion, de recevoir des visites des membres de la Knesset, d’un avocat et des représentants de la Croix-Rouge, les prisonniers jouissent de nombreux droits et avantages, y compris l’achat de nourriture, la possibilité de recevoir des journaux, des livres, l’accès à de nombreuses chaines de télévision. Les privilèges ne sont évidemment pas requis par les lois et conventions internationales.

 

En outre, tous les prisonniers, y compris ceux qui ont entamé une grève de la faim, reçoivent une surveillance médicale et des soins. Cela reflète la responsabilité du service pénitentiaire israélien de prendre soin des prisonniers, de leur santé et de leur bien-être. Dans chaque prison il y a une infirmerie qui est dotée d’un personnel médical qui maintient un œil attentif sur la santé des prisonniers. Les prisonniers ont droit à une consultation médicale supplémentaire, des traitements complémentaires et des visites avec les médecins spécialisés.

 

Une équipe nommée par le commissaire du service pénitentiaire israélien a pu traiter la  question avant même le début du mouvement des prisonniers : les demandes des prisonniers avaient été entendues et transmises à la plus haute autorité, le commissaire du Service pénitentiaire israélien. Il a examiné la question et a rédigé une liste de décisions qui ont été proposées aux prisonniers.

 

Ce qu’il faut savoir : c’est que dans le même temps, la partie palestinienne a cherché à tirer parti de la grève de la faim des prisonniers  et d’attiser les tensions. Par exemple, un membre éminent de l’autorité, Ziad Abu-In, a averti qu’une troisième Intifada pourrait éclater si les demandes des prisonniers n’étaient pas satisfaites. L’aile militaire du Fatah, a menacé de ”revenir à l’option militaire» si les prisonniers n’obtenaient pas tout ce qu’ils souhaitaient.

 

Parmi les diverses revendications de l’Autorité palestinienne et ses soutiens, la question de la détention administrative est souvent la plus centrale. Je souhaite clarifier cette question, une fois pour toutes, car le manque de connaissances sur ce sujet est utilisé systématiquement pour attaquer Israël.

 

La détention administrative est un outil utilisé lorsqu’il n’y a pas d’autres options disponibles et qu’il existe des renseignements concrets qui démontrent que le détenu représente une menace réelle pour la sécurité nationale. Le droit international reconnaît l’utilisation de la détention administrative dans les zones de conflit. La détention administrative est définie entre autres par l’article 78 de la 4ème Convention de Genève (1949). Un grand nombre de pays occidentaux, comme  la Grande-Bretagne, l’Irlande, l’Australie et les États-Unis, ont utilisé et utilisent la détention administrative.

 

La détention administrative n’est pas exclusivement utilisée contre les Palestiniens, mais aussi contre les Israéliens lorsque cela est jugé nécessaire. En 2011, 14 ordres de détention administrative ont été émis contre des Israéliens. De plus, le nombre d’ordres de détention administrative est en baisse: 3059 cas ont été dénombrés en 2007, le nombre a chuté à 855 en 2011. Le nombre de détenus administratifs se situe actuellement à environ 300. Les ordres de détention administrative sont soumis à un examen judiciaire rigoureux: par exemple, en 2009, la moitié des ordres de détentions ont été annulés par ordonnance de tribunal. Dans d’autres cas, il a été décidé par le tribunal de diminuer les temps de détention. Environ 16% des appels présentés par les avocats de la défense des détenus en 2009 ont été acceptés par les tribunaux militaires. Toutes les décisions relatives aux ordres de détention sont soumises à la surveillance et au contrôle de la Cour suprême (la plus haute instance juridique en Israël). En 2012, quelque 196 appels ont été soumis devant la Cour suprême relatifs à cette question.

 

Parmi  les 1600 prisonniers en grève de la faim, six détenus administratifs. Deux détenus notoires sont membres et activistes du Jihad islamique: Bilal Diav et Ta’ar Halhala, qui ont entamé une grève de la faim depuis mars. La Haute Cour de Justice a rendu sa décision le 7 mai 2012 rejetant leur demande étant convaincue par les informations recueillies que les deux détenus sont impliqués dans des activités terroristes, y compris le transfert de fonds depuis l’étranger pour financer des opérations terroristes dans la bande de Gaza. ”La détention administrative est une nécessité”, a déclaré la Haute Cour de Justice.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.