Tribune
|
Publié le 4 Mai 2012

Grande-Bretagne et Écosse: le conflit du Moyen-Orient s'invite au débat politique Diabolisation, délégitimation : le maillage. Le cas de la Grande-Bretagne

L'emprise qu'ont les organisations anti-israéliennes se présentant comme pro-palestiniennes en Grande-Bretagne est confondante. S'y ajoute la cour effrénée et sectaire que font certains hommes politiques de gauche à la population musulmane du Royaume-Uni qu'ils entendent séduire en manifestant une haine profonde envers Israël et les Juifs. Cela se manifeste aujourd'hui à Londres à l'occasion de l'élection du nouveau maire de la capitale, mais de mille et une autres manières également là où le boycott anti-israélien est légal.

Une décision de boycott britannique de produits israéliens qualifiée d'historique

 

C'est avec une satisfaction évidente que l'agence de presse palestinienne Maan News rapportait le 29 avril dernier que selon le quotidien britannique The Guardian le distributeur de nourriture le plus important de Grande-Bretagne Co-Op vient de décider de « boycotter quatre compagnies qui exportent des produits venant de colonies israéliennes illégales....ce qui devrait concerner des contrats  d'un montant d'environ 350.000 £ ». Décision qui renforce un boycott déjà en place.

 

Ces compagnies israéliennes sont Agrexco, Arava Export Growers, Adafresh et Mehadrin.

 

Un porte-parole palestinien cité estime que les compagnies ainsi boycottées participent de « la colonisation de terres palestiniennes occupées qui est en cours et du vol de notre eau ». Ajoutant : « commercer avec de telles compagnies constitue un soutien majeur pour le régime d'apartheid d'Israël contre le peuple palestinien ».

 

Un membre du « Boycott Israel Network » - Réseau de boycott d'Israël – se félicitait que « Co-Op a été à la pointe pour que soit prise cette décision historique qui tient les sociétés pour responsables des violations israéliennes des droits de l'homme des Palestiniens ».

 

Rappel de Mann News : la campagne BDS doit se poursuivre jusqu'à ce que Israël...accepte de « mettre un terme à l'occupation des territoires palestiniens, accorde aux réfugiés leur droit au retour et en finisse avec la colonisation illégale ».

 

Autre rappel de l'agence de presse : « début 2000 Salam Fayyad a lancé le Fonds de la Dignité nationale » dont le but est de « mettre un terme à la vente de produits de colonies illégales ». Avec distribution de brochures détaillant les marques à proscrire. Bien que cela ne soit pas précisé, il faut se souvenir que toutes ces campagnes sont financées par les donateurs étrangers et donc les contribuables occidentaux. http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=480586

 

The Guardian termine son article en notant que les responsables israéliens accusent ces campagnes de boycott d'être menées pour « délégitimer » Israël, rappelant qu'une loi a été votée en juillet dernier qui permet de poursuivre en justice ceux qui appellent au boycott. http://www.guardian.co.uk/world/2012/apr/29/co-op-israel-west-bank-boycott?newsfeed=true

 

Quant au réseau « Boycott Israel Network », il appelle sur son site à écrire, à la Co-Op pour féliciter le distributeur de sa décision http://www.boycottisraelnetwork.org/?p=1059 Il précise, qu'il regroupe tous ceux qui entendent mener campagne http://www.boycottisraelnetwork.org/?page_id=2 pour répondre à un appel lancé par les Palestiniens en 2005. Ce sont 170 partis politiques, organisations, syndicats et mouvements palestiniens qui sont à l'origine de cet appel au boycott – là encore, soulignons que la plupart de ces organisations sont subventionnées par l'Occident -. Ils représentent, nous dit-on « les réfugiés, les Palestiniens dans les TPO – Territoires palestiniens occupés- et les citoyens palestiniens d'Israël. » http://www.boycottisraelnetwork.org/?page_id=225

 

On s'étonne, d'ailleurs, que tant d'énergie et de moyens soient consacrés par des Britanniques qui ont quantité de problèmes les touchant de près à ce boycott. Au mépris de leur intérêt bien compris.

 

La haine d'Israël et des Juifs un des éléments invoqués dans l'élection du nouveau Maire de Londres....ou du député George Gallaway

 

Tout aussi étonnante est cette composante du débat politique autour de l'élection du nouveau Maire de Londres car il s'agit de la haine d'Israël et des Juifs. Un sujet qu'examine Alex Joffe pour Ynetnews. http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4222885,00.html Deux candidats sont face à face : le Maire actuel, Tory Boris Johnson et un ancien Maire socialiste Ken Livingstone. Ce dernier avait qualifié un journaliste juif de « gardien de camp de concentration »ou dit lors d'un récent meeting politique que « les Juifs sont trop riches pour voter » pour lui. Il compte parmi ses amis Hugo Chavez ou un prédicateur musulman extrémiste Yusuf al-Qaradawi. Celui-là même qui avait été invité par l'UOIF pour sa grand-messe du Bourget, mais dont l'entrée avait été interdite en France par Nicolas Sarkozy http://www.lefigaro.fr/international/2012/03/26/01003-20120326ARTFIG00427-sarkozy-contre-la-venue-de-youssef-al-qaradawi.php

 

Des accusations bien réelles, mais qui provoquent la fureur de Ken Livingstone. Il prétend aujourd'hui que, concernant sa prise à partie d'un journaliste juif « l'on a fait des histoires pour rien », il dément avoir dit que les Juifs sont trop riches pour voter pour lui, alors que des participants au meeting politique qui l'ont entendu ont écrit au chef du Parti travailliste, Ed Miliband, lui-même juif, pour s'en plaindre. Quant à son amitié avec le prédicateur sunnite, elle prive selon lui qu'il serait « en avance sur son temps ». Ce qui ressort d'un article paru dans un autre quotidien britannique The Telegraph. http://www.telegraph.co.uk/news/politics/london-mayor-election/9229285/Ken-Livingstone-fury-at-concentration-camp-guard-jibe-was-a-huge-fuss-over-nothing.html

 

Alex Joffe souligne par ailleurs que Ken Livingstone a accordé un million de £ au Forum Islamique d'Europe. Forum extrémiste qui, par exemple, comme le relevait The Guardian, coorganisait en juillet 2011 une rencontre avec Raed Salah, un Palestinien qui aurait écrit un poème pour le Hamas dans lequel il qualifiait les Juifs de « microbes » ou de « singes », ainsi que d'assassins « de femmes enceintes et de bébés »http://blogs.telegraph.co.uk/news/andrewgilligan/100092424/extremist-ife-sponsors-a-man-who-calls-jews-germs-and-monkeys/

 

Un groupe de soutien musulman pour la candidature de cet antisémite travailliste était créé en 2008 et milite activement aujourd'hui pour la réélection de l'ancien Maire. Il accuse  la Maire actuel d'avoir « insulté les femmes, les Noirs et les musulmans » http://muslimsforken.blogspot.fr/

 

Ken Livingstone n'est d'ailleurs pas le seul homme politique anti-israélien et antisémite à être plébiscité par des organisations musulmanes. Alex Joffe mentionne le cas de George Gallaway, du Parti du Respect, qui vient d'être élu député. La raison d'être de ce nouveau Member of Parliament pour Bradford West où le vote musulman compte est la « cause palestinienne ». Lire la haine d'Israël. À titre d'exemple il participe aux convois « Viva Palestina » où les soutient http://www.thejc.com/news/uk-news/66842/viva-palestinas-gaza-aid-route-through-syria , estime que le Hezbollah n'est pas un mouvement terroriste et a reçu des mains du dirigeant du Hamas, Ismaël Hanyeh, un passeport palestinien.

 

Il a accusé Israël de procéder à « un nettoyage ethnique », d'être, entre autres, un « état terroriste », d'être vénal. Et, selon lui, c'est le Sionisme qui a provoqué l'antisémitisme de la Shoa http://prisonplanet.com/Pages/Sept05/130905Galloway.htm

 

Dans sa récente campagne il s'est flatté à mots couverts – il n'a jamais confirmé s'être converti à l'islam, semble-t-il - d'être un vrai musulman puisqu'il ne boit pas, alors que son opposant, lui, boirait, etc. http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/04/02/la-victoire-de-george-galloway-depute-pro-hamas-bouscule-la-politique-britannique_1679251_3214.html Arguments qui ont pris, semble-t-il...

 

Ce député qui ouvre certains meetings en lançant « Allah Ouakbar » soutient la candidature de Ken Livingstone à Londres http://www.thejc.com/news/uk-news/66689/galloway-im-openly-campaigning-ken-livingstone Il a épousé sa quatrième femme, autre militante de Viva Palestina, jeune musulmane indonésienne néerlandaise, juste après son élection http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2012/apr/04/george-galloway-maverick-approach-marriage Ils ont participé ensemble à des voyages de propagande anti-israélienne, y compris en Indonésie http://www.vivapalestina.org/indonesia/

 

Le Premier ministre écossais Alex Salmond participe de la diabolisation d'Israël

 

Dans la lutte conduite actuellement par l'Écosse pour se détacher du Royaume-Uni et accéder à son indépendance totale Alex Salmond, actuel Premier ministre écossais – First Minister- joue un rôle primordial. Or, ce dirigeant du Parti National Ecossais - SNP - affiche des positions anti-israéliennes claires. Ainsi soutient-il la campagne BDS. Il avait qualifié l'épisode du Marmara – des soldats israéliens violemment attaqués en abordant un navire d'une pseudo « flottille humanitaire » avaient dû se défendre contre leurs agresseurs – « d'atrocité en haute mer ».Et demandait « des sanctions contre Israël ».http://www.bdsmovement.net/2011/scottish-first-minister-6963#.T6EIgVJqM0U

 

Mais il n'avait pas attendu cet épisode pour demander une révision des relations commerciales avec Israël. C'était en 2010 alors qu'Israël avait été accusé d'avoir utilisé de faux passeports britanniques dans une opération qui aurait été menée à Dubaï.http://www.thejc.com/news/uk-news/30218/alex-salmond-calls-israel-trade-rethink

 

D'aucuns s'inquiètent du soutien apporté par le SNP au Hezbollah ou au Hamas http://biasedbbc.proboards.com/index.cgi?board=grump&action=display&thread=1323 Eton constate un déclin préoccupant de la population juive écossaise....http://www.thejc.com/news/uk-news/29617/special-report-the-decline-scotlands-jews

 

Il faut dire que la manifestation anti-israélienne bimensuelle autorisée devant le nouveau Parlement  écossais à Édimbourg a de quoi inquiéter...Des manifestants brandissant drapeaux palestiniens, panneaux en anglais ou en arabe et distribuant des tracts diabolisant Israël, se prononçant contre une frappe contre l'Iran, etc.sont encadrés par des forces de police qui viellent au non-déroulement de la manifestation. Des manifestants, portant pancartes, traversent même la rue pour entrer dans la cour extérieure du Palais de Holyrood où la reine Élisabeth II a sa résidence officielle en Écosse Trouble manifeste pour les visiteurs du site qui ne semble émouvoir personne...Le nombre d'organisations parties prenantes de cette manifestation est étonnant http://www.edinburghstw.org.uk/

 

Ce type de manifestation anti-israélienne institutionnalisée se déroule dans d'autres villes écossaises, bien évidemment, ce qui indique le degré de pénétration de cette idéologie...

Nos réseaux sociaux en direct

St Michel avec Europalestine

#MemoireJ - "La ville sans juifs", diamant noir du cinéma, cherche ses sauveurs

La cité d'Utopia est en crise, la révolte populaire gronde, son maire imagine une solution: expulser les juifs.

Cette troublante anticipation politique, sortie en 1924, est le film muet "le plus important" du cinéma autrichien mais il y a urgence pour le sauver.

"La ville sans juifs", tourné à Vienne en pleine flambée de l'antisémitisme et du péril nationaliste, a longtemps frustré les cinéphiles.

Amputée de nombreuses scènes, la version du film en noir et blanc connue des archives autrichiennes n'était à l'évidence pas celle qui avait défrayé la chronique lors de sa sortie.

Jusqu'à la découverte fortuite d'une nouvelle version par un collectionneur anonyme il y a un an en France.

Le visionnage de la pellicule jaunie a fait bondir le cœur des équipes de la Filmarchiv Austria, la cinémathèque autrichienne: de nombreuses scènes manquantes, qui restituent à cette satire sa force politique et documentaire, se sont révélées à l'écran. Mais le film d'époque, en nitrate de cellulose, est en très mauvais état.

"Ce document se décompose, il faut le sauver et le rendre accessible, non seulement pour son caractère historique mais pour son message actuel, contre l'exclusion et les murs que l'on construit", explique Nikolaus Wostry, directeur des collections de la Filmarchiv.

Dans des scènes douloureusement prophétiques, des colonnes de juifs quittent la cité, baluchon à la main, sur des routes enneigées. L'exil ou la mort seront le sort, à partir des années 1930, de plusieurs acteurs juifs du film de Breslauer.

Mais la fiction, elle, se termine sur un "happy end": le déclin économique qui frappe Utopia après le départ des juifs est tel que le décret d'expulsion est aboli, permettant le retour des exilés. Une fin qui avait disparu de la copie tronquée du film, mais redécouverte dans la nouvelle version.

Lire l'article Courrier picard: bit.ly/2fSJihX

La grand-messe annuelle de la cybersécurité s'est tenue courant novembre 2016 Tel-Aviv. Plus de 80 pays y étaient invités et 160 entreprises israéliennes présentées. L’Usine digitale a sélectionné cinq start-ups innovantes et d...

C'est dimanche et on vous attend nombreux !
https://www.facebook.com/events/301669970226907/
#ConvCrif

"J'avais des larmes aux yeux quand j'ai entendu ce qu'il se passait" a raconté le rabbin - arabes israéliens, Incendies

#Actu - Russie : Deux patineurs se déguisent en déportés juifs, le Crif réagit

Le Président du Crif, Francis Kalifat a écrit à l’ambassadeur de Russie en France pour exprimer sa protestation après la scandaleuse séquence diffusée dans les médias russes mettant en scène deux patineurs vêtus d’une tenue rayée et de l'étoile jaune des prisonniers des camps de concentration et d'extermination nazis.

L'acteur russe Andrei Burkovsky et la médaillée d'or de danse sur glace aux JO de 2006, Tatiana Navka, épouse du porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov se sont fendus d'une chorégraphie légère et joyeuse lors de l'émission russe de télé réalité « Ice Age » ce samedi 26 novembre.

De nombreuses personnes ont exprimé leur indignation et le Crif a également tenu à partager sa consternation face à cette séquence.

« Il est inacceptable de banaliser le drame vécu par 6 000 000 d’hommes, femmes et enfants lâchement assassinés au seul motif qu'ils étaient juifs et dont la seule sépulture réside dans le souvenir respectueux de leur calvaire », écrit Francis Kalifat.

Le Président du Crif a donc demandé au nom de toutes les victimes et de l’ensemble de la communauté juive, des regrets et des excuses de la part de Mme. Tatiana Navka et son partenaire ainsi qu’une sanction ferme du porte-parole du Kremlin Mr. Dmitri Peskov, son époux.

Coca-Cola a officiellement ouvert mercredi sa première usine dans la bande de Gaza, qui pourrait offrir du travail à des centaines de personnes dans l'en…

#MemoireJ – Commémorations de l’exode des juifs des pays arabes

Depuis 2014, le 30 novembre marque la journée de Commémoration de « l’exil et l’expulsion des Juifs des Etats arabes et de l’Iran », une loi signée par l’ancien Président Shimon Peres.

Une date à la signification particulière, le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale de Nations Unies approuve le plan de partition des territoires de la Judée-Samarie et la création d’un État juif (rejeté par les nations arabes).

Le 30 novembre 1947, les attaques contre des juifs dans les pays Arabes sévissent, la situation s’aggravant de jour en jour, des milliers d’entre eux se retrouvant assaillis et expulsés.
850 000 juifs des pays arabes et musulmans (Libye, Maroc, Algérie, Tunisie, Iran, Syrie, Irak, Liban Yémen, Égypte...) ont alors émigré contraints ou par choix au lendemain de la création de l’État d’Israël.

Plusieurs facteurs expliquent cet exode : montée du nationalisme arabe qui mène, lors de la décolonisation, à l’exclusion sociale de certaines populations minoritaires, les difficultés économiques qui poussent les Juifs à chercher un meilleur avenir à l’étranger, les persécutions dans le contexte du conflit israélo-arabe, l’envie de s’installer en Israël par idéal politique et/ou religieux.

Ce rejet de la population juive aura pris différentes formes selon les pays et les époques. De la discrimination juridique en Syrie, à la dénationalisation en Égypte en passant par la spoliation économique et sociale en Libye et au Yémen... Tous les pays arabes sont concernés, dont la Tunisie et le Maroc.

Cet exode marquera la fin d’une présence juive plurimillénaire dans certains de ces pays.

Les descendants de ces réfugiés réclament aujourd’hui justice auprès de l’ONU afin de rétablir la vérité et de reconnaitre le statut de « réfugiés » à leurs familles.

Les chercheurs de l'Université de Tel Aviv ont découvert comment diagnostiquer Alzheimer par un simple test sanguin. Du fait de...

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.