Tribune
|
Publié le 10 Juillet 2015

L’ONU et Israël : deux poids, deux mesures ?

L’avocat et écrivain dénonce le silence de la presse sur l’acharnement de l’instance internationale vis­à­vis de l’État juif.
Par Gilles-William Goldnadel, publié dans le Figaro le 10 juillet 2015
 
La Cour pénale internationale est-elle raciste ? Cette question a été posée dans un quotidien du soir il y a quelques jours. Le contexte était les poursuites - pour l’heure très platoniques -contre le président soudanais pour génocide au Darfour. Suivait une réflexion étonnée : la plupart des poursuites contre les chefs d’État concernent l’Afrique.
 
Il me paraît aussi inconcevable que tristement significatif que ni ce journal français ni un autre ne manifestent la même curiosité intellectuelle devant le sort ancien, permanent, incontestable, réservé par l’ensemble des organisations internationales au seul État juif.
 
Je veux écrire encore que ce traitement particulier, relevant de la cérémonie rituelle, m’a toujours fait défense de sombrer dans la justification empressée des actes d’une nation ou d’un gouvernement forcément faillibles et critiquables par nature, mais sommés de s’expliquer constamment.
 
Quelques mots pour décrire une situation jamais exposée dans la presse hexagonale :
 
Depuis la création en 2006 du Conseil des droits de l’homme de l’ONU jusqu’à aujourd’hui, l’État juif, à lui seul, a fait l’objet de plus de condamnations (61) que l’ensemble de toutes les nations réunies (116). La Syrie d’Assad a été condamnée 15 fois, la Corée du Nord, qui affame son peuple, à 8 reprises ; l’Érythrée tellement effrayante que ses habitants la fuient en masse, 3 fois ; le Soudan génocidaire, 2 fois ; la Turquie qui détient le record d’emprisonnement de ses journalistes et qui occupe Chypre depuis 1974, jamais.
 
Cette situation surréaliste a contraint la représentante d’une Administration Obama, peu suspecte de complaisance aveugle envers l’État hébreu, de déclarer : « L’acharnement du Conseil vis-à-vis d’Israël dont les faits et gestes sont systématiquement à l’ordre du jour ne s’applique pas aux autres pays, même à ceux qui perpètrent les pires violations contre les droits de l’homme. »
 
Le juge Richard Goldstone fut chargé par l’ONU d’enquêter sur les crimes de guerre qu’aurait commis Israël lors de l’opération « Plomb durci » en 2009 contre le Hamas. La presse internationale a fait ses choux gras des premières conclusions du magistrat, sévères à l’encontre de Tsahal. Stéphane Hessel, dans son fameux best-seller planétaire, s’en est délecté.
 
Mais coup de théâtre, le 1er avril 2011, le  juge Goldstone fait son mea culpa dans le Washington Post : « Nous en savons bien plus aujourd’hui sur ce qui s’est passé durant la guerre de Gaza. Il n’y a aucun doute que des crimes délibérés ont été commis par le Hamas, qui utilisait des boucliers humains. En revanche, concernant l’État juif, qui a le droit de défendre ses citoyens contre les attaques venant de l’extérieur et qui a consacré d’importants moyens pour enquêter sur des incidents, il n’y a pas eu de politiques ciblant intentionnellement les civils. »
 
Qui peut soutenir sérieusement que le revirement du juge a reçu en Europe la publicité nécessaire ?... Lire la suite dans le Figaro du 10 juillet 2015.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.