Tribune
|
Publié le 21 Janvier 2013

Un « code de conduite » pour mettre de l’ordre au Proche-Orient

 

Par Dore Gold

 

En 1996, j’étais conseiller diplomatique du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Je fus invité par le Royaume hachémite de Jordanie à un forum international à Amman. L’un des invités de marque était l’ancien Secrétaire d’État américain, Henry Kissinger, avec lequel j’ai eu le privilège de m’entretenir longuement. À cette époque, le processus de paix était au point mort suite à des attentats spectaculaires et l’explosion de bombes humaines dans les villes israéliennes.

 

Orfèvre des dossiers de la région et brillant diplomate, Kissinger m’avait suggéré d’adopter une autre approche : « Vous devez absolument appliquer “un code de conduite”! » me dit-il avec conviction.

 

Honnêtement, j’ignorais la signification de son idée. J’ai donc décidé dès mon retour à Jérusalem de lire les quatre volumes de ses Mémoires pour en pouvoir discuter par la suite. J’avais espéré trouver le terme « code de conduite » dans l’index de ses livres, mais il ne figurait pas. En parcourant les Mémoires, j’ai compris qu’il faisait allusion aux négociations qu’il avait entreprises avec l’Union soviétique sur la limitation des missiles stratégiques. Ces discussions ont abouti finalement à la signature du Traité Salt 1. Toutefois, il fallait l’appliquer à la lettre étant donné que Moscou a voulu étendre ses opérations militaires dans le Tiers monde, en Angola, et dans le sud-est de l’Asie. Kissinger a donc élaboré un document intitulé « Les principes de base dans les relations russo-américaines».

 

Selon lui, si Moscou agissait selon ce code de conduite, Washington pourrait examiner au fur à mesure ses intentions réelles au rythme des progrès accomplis et ainsi la Détente entre les deux superpuissances serait établie.

 

Pourra-t-on également appliquer l’idée du code de conduite élaboré par Kissinger au Proche-Orient ? Peut-on formuler un ensemble de règles pour les négociations futures avec les Palestiniens et ainsi savoir en temps réel si le processus de paix avance vraiment et quand l’Autorité palestinienne viole ses engagements ? Des questions particulières telles que l’incitation à la violence, le soutien aux organisations terroristes et leur hébergement, le contact avec des institutions internationales pour entreprendre des initiatives anti- israéliennes devraient être traitées sérieusement, en plus des questions clé à l’ordre du jour comme l’avenir des frontières, le problème des réfugiés ou l’avenir des implantations.

 

Pour pouvoir établir un code de conduite, il est impératif d’obtenir le soutien de Washington qui servirait de juge entre les deux parties.

 

Aujourd’hui plus que jamais, le code de conduite est nécessaire, en raison des turbulences dans le monde arabe et de la montée de leaders identifiés aux Frères musulmans. En Syrie, par exemple, la chute d’Assad pourrait amener au pouvoir des courants salafistes plus extrémistes encore qu’Al Qaïda.

 

En établissant des critères objectifs à un code de conduite acceptable et soigneusement planifié, nous pourrions suivre de près l’évolution des évènements. Il pourrait servir d’outil efficace pour distinguer entre les différents dirigeants, entre ceux qui obéissent à ses principes et les pays voyous qui l’ignorent.

 

Dans ce contexte, les “bons” seront autorisés à bénéficier du commerce international, du transfert technologique et même de la vente d’armes légale. Rappelons que l’idée de Kissinger a été incorporée dans un document de principe, lors de la Conférence de sécurité en Europe en 1975, mieux connu sous le nom de Déclaration d’Helsinki. Ceux qui ont appliqué les principes ont été invités à participer à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

 

Dans le cadre de l’accord de paix avec la Jordanie en 1994, Israël a souhaité une organisation similaire au Moyen-Orient et la suite est bien connue. Les nouveaux dirigeants dans notre région ne répondent pas aux normes internationales minimales et leur politique accélère un processus négatif qui mène au chaos et risque de déclencher un conflit armé nouveau dans la région.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.