Tribune
|
Publié le 5 Avril 2012

Une exposition sur le Hamas à Angoulême : la honte!

Par Marc Knobel

 

Lorsque nous avons appris que l’association Charente Palestine Solidarité a sollicité le Maire (PS) d’Angoulême afin d’utiliser à titre gratuit l’espace municipal de l’Hôtel Saint Simon entre le 10 et le 14 avril 2012, pour y exposer des photographies du reporter Frédéric Sautereau sur le Hamas dans la bande de Gaza, notre sang n’a fait qu’un tour. Nous avons su, de plus, que la municipalité d’Angoulême s’était empressée de répondre favorablement à cette demande. À la stupeur s’est ajoutée la consternation. La mairie d’Angoulême se déshonore. Pourquoi ?

1)         Certes, les photographies qui ont été prises par M. Sautereau sont belles. Mais, lorsque le sujet est grave, il faut ajouter des commentaires, pas simplement succincts, biaisés ou trompeurs.

2)         Or, dans une courte présentation, le photographe se demande si ce mouvement ne sera pas avec le temps reconnu, comme l'a été le Fatah dans le passé ? Comment peut-on ainsi se projeter sans mentionner ce que révèle l’idéologie criminelle du Hamas ? Sans indiquer ce qu’est son fil conducteur : sa charte ? Sans parler des liens qui unissent ce mouvement au régime des Mollahs iraniens, à la Syrie du tueur sanguinaire Bachar el Assad, au Hezbollah et à différentes organisations terroristes islamistes ?

3)         Comment peut-on exposer sur le Hamas, sans mentionner que ce mouvement a pris le pouvoir dans la bande de Gaza après un coup d’État sanguinaire et fratricide ? Des milliers de Palestiniens ont été exécutés par le Hamas depuis qu’il s'est emparé du pouvoir, des milliers sont encore emprisonnés et torturés aujourd’hui. En quoi ce mouvement est-il légitime ?

4)         Comment peut-on exposer sur le Hamas, lorsque l’on oublie de mentionner la dimension religieuse de ce mouvement terroriste ? Elle est totalement occultée dans le texte de M. Sautereau. Or, le Hamas est avant tout un mouvement terroriste islamiste, dont l'idéologie s'exprime dans un texte fondamental, sa charte, qu'il refuse d'abroger depuis plus de 20 ans. Cette charte dit, entre autres, (il faut la lire complètement, ce que beaucoup de gens refusent de faire par confort intellectuel) que les temps venus, il reviendra à chaque musulman de tuer les Juifs (article 7), ces mêmes Juifs qui sont habituellement décrits comme des « fils de singes et de porcs ».

5)         Comment ne pas rappeler et citer les articles les plus compromettants de cette charte ? Ces articles suintent la haine, le racisme, l’antisémitisme. Cette charte est à elle seule une déclaration de guerre au peuple juif.

6)         Comment ne pas mentionner que le Hamas veut détruire l’État d’Israël et exterminer son peuple ?

7)         Comment peut-on présenter des photographies de soi-disant « combattants », comme si l’objet photographié était neutre ? Faut-il rappeler que ces terroristes ont ensanglanté Israël, pendant des décennies ? Ils ont commis des attentats meurtriers terribles contre des écoles, des autobus, des discothèques, des restaurants... Les kamikazes du Hamas ont semé la mort, la désolation et la terreur en Israël et à Gaza.

8)         Comment ose-t-on présenter cette exposition dans le cadre d’une quinzaine culturelle palestinienne ? Réduire la culture palestinienne au Hamas, n’est-ce pas déshonorer ce peuple ?

9)         Comment ose-t-on dans ces temps difficiles, présenter une exposition qui pourrait réveiller de vieux démons et importer le conflit israélo-palestinien en France ?

10)       Comment ose-t-on présenter une organisation reconnue internationalement comme terroriste d’une manière aussi neutre voire élogieuse, en oubliant de mentionner que cette organisation est inscrite dans la liste des organisations terroristes du Canada, des États-Unis, de l’Union européenne et du Japon ?

11)       Quel est ce jeu perfide, qui consiste à pleurer sur les morts en participant à un rassemblement silencieux à Angoulême à la suite de la tuerie de Toulouse, tout en exposant quelques jours plus tard, avec quel aplomb et quel culot, les photographies des pires antisémites. Le Hamas a tué des Juifs, veut tuer des Juifs, en appelle au meurtre des Juifs. Quelle différence avec le tueur de Toulouse ?

12)       Pour toutes ces raisons, nous constatons la petitesse de la décision de la municipalité d’Angoulême. Exposer des photographies sur le Hamas, c’est aller à l’encontre de toutes les valeurs, de tous les principes, c’est, d’un trait et d’un seul, piétiner la République.

13)       À l’heure où des islamistes dangereux sont appréhendés en masse par la justice en France, on se rappellera qu’à Angoulême, la municipalité n’a rien trouver à redire à une exposition sur le Hamas, jugeant qu’il n’y avait là lieu à aucune polémique.

Nos réseaux sociaux en direct

#CultureJ - "Ne m'oubliez pas" l'album photo personnel des enfants de la Shoah

Les enfants juifs étaient les premières victimes, lorsque les Allemands cherchaient à détruire les communautés juives en les assassinant ou en les déportant vers un camp d'extermination.

Les nazis considéraient que les enfants des guettos étaient improductifs. Nombreux étaient les enfants qui mourraient en raison du manque de nourriture, de vêtements ou de soins. Seule une minorité d'adolescents valides se voyait retenue pour les travaux du camp. L'instruction institué aux Allemands, était d'imposer aux enfants de huit à seize ans, de rudes tâches physiques, au même titre que les adultes. Les coups, les tortures, un labeur accablant, tout cela avait bientôt raison de chaque enfant ; Ils étaient alors abattus. Mais pour la plupart d’entre eux, Ils n’avaient aucune chance d’être sélectionnés pour le travail. D'autre enfants des camps, en particulier des jumeaux, étaient utilisés pour les expériences médicales nazies.

Ainsi, près d’1.5 million d’enfants ont été assassinés durant l’Holocauste, sans laisser de trace...

Adolfo García Ortega, célèbre écrivain et traducteur espagnol, cite dans son ouvrage "l’acheteur des anniversaire", « Les enfants ... ne laissent pratiquement aucune trace, ils n'écrivent généralement pas de lettres et ne laissent pas de témoignages écrits ou oraux ... Ils ont des amis mais ils sont aussi des enfants, ils vivent près de leur famille, de leurs parents et de leurs frères et sœurs. Et si les adultes disparaissent avec eux, personne ne les considérera jamais, même avec une pensée éphémère ».

Actuellement, le musée Yad Vashem, organise une exposition pour présenter les histoires personnelles de 8 enfants durant l'Holocauste. Chaque enfant est un monde entier. Des détails sur leur vie sont révélés dans les albums qu'ils ont laissé derrière. Ces albums offrent une fenêtre sur le monde de ces enfants : Des enfants souffrant de la persécution cruelle et implacable dans des conditions de vie qui défient l'imagination.
Mais les albums nous montrent aussi que malgré tout, les enfants restent des enfants : écrire des dédicaces à leurs amis et les embellir avec des illustrations heureuses, ou écrire sur l'amitié éternelle....

Les albums, miraculeusement restés intacts, ont été réalisés dans des ghettos, des camps de concentration et de travail, en fuite ou en cachette, dans différents pays d'Europe et d'Asie.

bit.ly/2jzufzr

#GUEST – Les Amis du Crif vous donnent rendez-vous pour une conférence-débat sur le thème :

"Quel avenir pour le paysage politique français ?"

Animée par Dominique De Montvalon avec nos invités :

Dominique Reynié,
Professeur de Sciences politiques à SciencePo, Directeur de Fondapol

Pascal Perrineau,
Professeur des universités,
Président des Alumni et Responsable du programme Vie politique à SciencesPo Cevipof

Brice Teinturier,
Directeur général délégué d'Ipsos France

Save the date : lundi 23 janvier 2017 de 19h30 à 22h à l'hôtel InterContinental Paris Le Grand, 2 rue Scribe, 75009 Paris.

Réservez vos places : bit.ly/2hRuOTG

#AmisDuCrif

#GUEST – Les Amis du Crif vous donnent rendez-vous pour une conférence-débat sur le thème :

"Quel avenir pour le paysage politique français ?"

Animée par Dominique De Montvalon avec nos invités :

Dominique Reynié,
Professeur de Sciences politiques à SciencePo, Directeur de Fondapol

Pascal Perrineau,
Professeur des universités,
Président des Alumni et Responsable du programme Vie politique à SciencesPo Cevipof

Brice Teinturier,
Directeur général délégué d'Ipsos France

Save the date : lundi 23 janvier 2017 de 19h30 à 22h à l'hôtel InterContinental Paris Le Grand, 2 rue Scribe, 75009 Paris.

Réservez vos places : bit.ly/2hRuOTG

#AmisDuCrif

#Guest - Brice Teinturier et la « demande de libéralisation du système »

Directeur général délégué d'Ipsos France, Brice Teinturier sera l’un de nos invités le 23 janvier prochain à notre soirée conférence-débat.

Brice Teinturier s’est exprimé suite à la primaire de la droite sur les dynamiques de campagne de deux candidats à la présidentielle se réclamant du libéralisme, François Fillon et Emmanuel Macron.

- François Fillon, la rupture libérale et les Français :

B.T : Le discours économique libéral de François Fillon est massivement approuvé par le corps électoral ayant participé à la primaire de la droite. Et même au-delà : il y a une évolution très nette de l’opinion des sympathisants de droite. C’est une demande en faveur d’une moindre régulation de l’économie par l’Etat, d’une débureaucratisation et d’une libéralisation du système. Il s’agit d’un mouvement progressif : les Français souhaitent qu’il y ait moins de fonctionnaires, qu’on laisse plus de libertés aux entreprises et qu’on enlève un certain nombre de normes. Ils ont le sentiment qu’ils ont souvent, en tant que citoyens, les bonnes solutions mais que le système politique les bloque. (…)

- Le vrai défi d’Emmanuel Macron :

B.T : La situation d’Emmanuel Macron est plus compliquée que celle de François Fillon. Il faut d’abord dire que sa dynamique n’est pas une bulle médiatique. Son émergence a des ressorts profonds. On aurait tort de déduire du succès de François Fillon que la demande de renouvellement politique dans ce pays n’est pas aussi puissante qu’on avait pu l’imaginer ; ce serait une grave erreur. Il y a une exaspération très forte depuis au moins trois ans. (…)

Pour l’intégralité de l’article @lemonde : bit.ly/2jeCuAW

Pour réservez vos places à l’occasion de la prochaine soirée des#AmisDuCrif c’est ici : bit.ly/2hRuOTG

Le parrain de la musique électronique jouera pour la première fois en Israël et veut attirer l’attention sur l’état de la mer Morte

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.