Tribune
|
Publié le 1 Mars 2012

Des propos inacceptables sur la radio publique

Par Haim Musicant

 

AUDIO Il parait que c'est de l'humour. Lundi 27 février 2012, France-Inter a diffusé son émission quasi quotidienne "A votre écoute, coûte que coûte". Les deux animateurs, deux psychothérapeutes  Philippe et Margaret de Beaulieu interrogent une femme qui annonce son intention de partir s'installer en Israël avec sa famille.

Pendant sept minutes, tous les poncifs y passent. Philippe de Beaulieu qui se présente comme "assez" antisioniste dit qu'il ne va pas créer une colonie au Kenya parce qu'on y a retrouvé les traces des premiers Homo Sapiens .Il ajoute qu'il faut se mettre à la place des Palestiniens, dont la situation ressemble à Paris occupé par les Allemands. Un peu plus loin, cette affirmation: "Les Juifs sont riches "et ce lapsus: "On ne peut pas parler de ce sujet sans qu'on soit pris pour un antisioniste, alors qu'on est antisémite", avant que ce propos ne  soit rectifié.

 

Je n'ai rien compris. En écoutant le podcast, je suis tombé comme beaucoup dans le panneau. Il s'agit d'une émission parodique  qui est diffusée depuis le 16 janvier. Les Beaulieu n'existent pas. Ce sont deux comédiens qui animent l'émission.

 

Mais je ne dois pas avoir beaucoup d'humour. Cette émission ne m'a pas fait rire ni sourire. Qui aurait pu deviner qu'il s'agissait d'un programme à prendre au deuxième ou au troisième degré? Comment peut-on diffuser une telle émission sans le moindre avertissement? Et des propos antisémites resteront toujours des propos antisémites.

 

Philippe Val, qui dirige France-Inter, a montré de longue date qu'il est absolument insoupçonnable; le combat contre l'antisémitisme, l'antisionisme et tous les racismes est le combat de sa vie. C'est pourquoi je l'ai interviewé sur cet incroyable pataquès survenu dans sa chaîne :

 

« Le second degré est difficile à manier, mais il faut parier sur l’intelligence et la sensibilité des auditeurs », explique Philippe Val. Le directeur de France-Inter révèle  qu’il a fallu plusieurs mois de préparation avant de lancer l’émission "A votre écoute, coûte que coûte" qui, insiste-t-il, s’intègre dans une tranche de divertissement, de onze heures à midi trente. Il reconnait que si on podcaste juste l’émission, elle est retirée du contexte. Mais il ne voit pas la possibilité de placer un avertissement avant ce podcast et renvoie à la biographie des pseudo-animateurs de l’émission sur le net, qui les fait apparaitre comme des catholiques intégristes.

 

Très vite, la presse écrite et télévisée a mis en évidence l’aspect volontairement  caricatural de cette émission. Philippe Val fait confiance aux deux animateurs de l’émission, qui sont en réalité deux comédiens, tout comme les auditeurs qui téléphonent. (Ndlr: les Beaulieu seraient en réalité interprétés par Zabou Breitman et Laurent Lafitte).

 

Philippe Val insiste sur la tradition de France-Inter qui a toujours fait de la place à l’humour, rappelant que Pierre Desproges y a exercé ses talents et qu’il a diffusé l’émission « Les flagrants délires »."

 

Pour Philippe Val: "jamais je n'aurais mis à l'antenne une émission louche". Cette émission dégonfle des horreurs et permet de désamorcer le discours antisémite, raciste, etc. Il comprend qu’isolés du contexte, certains propos ont pu horrifier les auditeurs, mais il insiste : c’est une émission d’humour. Il reconnait que cette émission est fondée  sur le même principe que celle d’Orson Welles qui en 1938, avait fait croire aux auditeurs américains à une invasion des martiens. Mais il répète la philosophie de cette émission : ridiculiser les gens qui disent les choses les plus horribles. Et Philippe Val de conclure : « Le plus grand ennemi de la communauté juive, c’est la bêtise qui engendre la méchanceté. Cette émission est une machine à détruire la bêtise qui conduit à la barbarie. Il n’y a aucune ambigüité. »

 

Pour écouter l’émission et lire les réactions des auditeurs, cliquez ici.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.