Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Israël célèbre Yom Yerushalayim

10 May 2021 | 94 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Pages

Opinion

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Aujourd’hui débutent les festivités du Yom Yerushalaïm. Le jour où partout nous célébrons la ville éternelle, cœur du peuple juif. Le jour où le peuple juif a enfin pu renouer physiquement et spirituellement avec son lieu saint millénaire. Le jour où Israël a vu sa capitale être réunifiée pour l’éternité.

Jerusalem, la ville trois fois sainte mais capitale du roi David depuis plus de 3000 ans.

La ville est certes importante pour tous les croyants à travers le monde mais, elle est pleurée, espérée par le peuple juif qui prie pour elle depuis plus de 3000 ans.

La ville citée 660 fois dans notre Torah.

La ville à laquelle le peuple juif, où qu’il se trouve, a juré fidélité et prononce chaque année à Pessah : « l’an prochain à Jérusalem ».

Cette ville qu’aucun peuple n’a jamais revendiqué comme capitale tout au long de sa longue histoire. Cette ville qui n’a passionné les médias que depuis qu’elle a retrouvé ses enfants qui l’ont déclarée capitale de l’État d’Israël.

Cette ville où chaque pierre raconte l’Histoire. Cette « vieille ville » dont chaque rue porte les traces et les marques d’un passé si présent dans le cœur de tous les croyants. Cette ville qui  raconte Notre Histoire et dans laquelle nous pouvons, en fermant les yeux, entendre les prières, les joies ou les pleurs de ceux qui y ont vécu à travers les siècles. Cette ville qui depuis sa réunification par Israël, a de nouveau permis à tous les croyants du monde de venir et prier en toute liberté. Cette ville dans laquelle on entend parler toutes les langues, dans laquelle se croisent les appels à la prière lancés depuis les mosquées, dans laquelle nous croisons les processions chrétiennes ou orthodoxes et entendons la ferveur des prières du peuple juif. Cette ville sur laquelle les nations refusent de reconnaître la souveraineté de l’état d’Israël.

Cette capitale unique au monde qui est encore aujourd’hui contestée.

Mais, a-t-on vraiment encore besoin d’attendre la reconnaissance des nations ? Israël a-t-il encore besoin de quémander que sa capitale soit reconnue par ceux-là mêmes qui refusent encore pour certains d’admettre son existence ?

A-t-on encore besoin de montrer que Jérusalem tout en étant ouverte à tous, est et restera Juive ?

Je me fais ces réflexions lorsque je vois les images qui nous viennent de Jérusalem.

Celles de la ferveur, de la joie et du bonheur de tout un peuple qui honore sa capitale et celles diffusées en boucle dans les médias qui nous montrent des heurts pour deux maisons contestées !

Je l’affirme : Oui les juifs ont le droit d’être partout chez eux sur leurs terre si tel est le droit, mais a-t-on besoin de donner aux caméras du monde et aux terroristes en herbe, manipulés par le Hamas, une tribune?

Toutes les images montrent la préméditation de ce soulèvement palestinien et la haine qu’ils vouent à Israël

Les images, d’un lynchage de 2 israéliens évité de justesse grâce à l’intervention courageuse d’un policier, qu’aucune chaîne de télévision ne montrera, sont autant de preuves du besoin vital pour Israël de ne rien céder mais:

A-t-on besoin de tomber dans le piège organisé par les leaders terroristes pour affirmer haut et fort,  la souveraineté d’Israël sur tout Jérusalem ?

Au risque de déplaire ou de surprendre peut-être je dis Non !

Israël doit Agir et non réagir

La bataille, pour quelques mètres de propriété, est idéologique et  légitime mais n’est pas à la hauteur de la grandeur et du rayonnement de Notre Grande et belle Jérusalem Une, Indivisible et Éternelle

Israël doit rester forts, unis et plus intelligents que ces terroristes qui sont en train de perdre la bataille face à Israël qui est Grand et réussit !

Longue Vie à Jérusalem !

 

Gil Taïeb