Bruno Halioua

Président de la Commission Souvenir du Crif

Blog du Crif - J'ai témoigné au procès contre la campagne BDS "Teva, j'en veux pas"

28 January 2022 | 433 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Pages

Opinion

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Procès contre le BDS à la Cour d'Assises de Lyon

J’ai été cité comme témoin avec Richard Prasquier dans le procès qui oppose Avocats sans frontières (représentée par Aude Weill Raynal) au BDS.

L’ambiance était tendu avec les supporters du BDS devant l’entrée de l’enceinte.

J’ai témoigné devant la cour d’Assises des difficultés auxquelles les médecins de l’AMIF sont confrontés avec les patients qui leur présentent des cartes vitales avec le sticker du BDS « TEVA J’EN VEUX PAS !! ».

J’ai expliqué que j’ai eu l’occasion d’être confronté à cette situation inconfortable. Ne nous leurrons pas la présentation d’une carte vitale avec ce type de sticker antisioniste témoigne très souvent de la volonté de narguer le médecin supposé être juif et donc « sioniste ». Cela donne lieu à un climat de froideur mais aussi à des échanges verbaux violents voire à des insultes et même à des menaces voilées… Comme par hasard le refus d’accepter ce type de carte vitale est suivi de commentaires anonymes hostiles sur les réseaux sociaux à la suite de leur refus.

teva

Récemment, un palier a été franchi. Un médecin a été filmé par son patient pendant qu’il expliquait calmement son refus d’accepter ce type de carte Vitale. Il a eu la triste surprise de voir cette vidéo circuler sur internet avec un cortège ignoble de commentaires antisémites. Son nom a été livré en pâture, avec les conséquences éventuelles que l’on peut facilement imaginer.

J’ai expliqué devant la Cour que la tradition hippocratique qui fonde l’éthique médicale met de côté l’expression d’opinions politiques dans la relation de soins. Cela ne doit pas concerner uniquement le médecin. Lorsque le patient cherche en présentant sa carte Vitale à obtenir une facilité de paiement administrative, il ne devrait pas en bénéficier pour exprimer publiquement une position contraire à la loi. Il devrait pouvoir être possible d’interdire d’apposer des stickers sur la carte Vitale.

J’ai insisté sur l’importance de ne pas importer le conflit israélo-palestinien dans la relation medecin patient.

À ce propos on remarquera qu’il n’y a jamais eu de stickers en faveur des Yezidis, des Ouighours et des Rohyngias…

teva-proc-s

Bruno Halioua