Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Le billet de Richard Prasquier - Rosh Hachana chez les Chiites

22 September 2022 | 179 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Pages

Opinion

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Le nouvel an chiite a eu lieu en août, au début du mois de Muharram, le premier du calendrier islamique. Le 10 du mois c’était la grande fête chiite de l’Achoura, et 40 jours plus tard, donc cette semaine, le pèlerinage de l’Arbaïn. Achoura et esser, Arbain et quarante, grande fête du 10 du premier mois, tout cela nous rappelle quelque chose.

Sur le milliard et sept cent millions de Musulmans dans le monde, 10%, soit 170 millions sont chiites si on inclue les Alevis en Turquie, les Alaouites en Syrie, les Houthis au Yemen, les Ahmadi en Inde et les ismaéliens au Pakistan.

Le groupe le plus important, ce sont les chiites duodécimains, pour qui le Messie est le douzième imam, 70 millions de chiites iraniens. 25 millions de chiites irakiens sans compter, entre autres, les chiites libanais qui ne dépassent pas 2 millions, mais dans lesquels il y a le Hezbollah…

Dans l’Islam sunnite, l’imam est celui qui dirige la prière, mais dans l’islam chiite où ce rôle est tenu par un mollah, l’imam  est le successeur de Mahomet, par Ali, premier imam -et quatrième calife-, cousin et gendre du Prophète.

Les imams descendent de Hussein, l’imam martyr, fils d’Ali. Le Mahdi, fils du 11ème imam, était, dit-on, apparu, enfant, aux funérailles de son père. Puis il a dû se réfugier dans un puits à Samarra et reste caché depuis lors, d’abord en contact avec des émissaires privilégiés puis en état d’occultation complète depuis l’an 941. Il reviendra après une période de chaos pour imposer  le paradis islamique au monde. L’espoir de ce retour, peut-être le Jour de l’Achoura, est à la base de la religiosité chiite.

Khomeini a pris pour lui une conception supplémentaire du titre d’imam, qui ne faisait pas unanimité dans le clergé, celle de représentant sur terre de l’imam caché. De ce fait, il devenait « impeccable », c’est-à-dire qu’il ne lui était pas possible de pêcher.

Après sa mort, Khamenei est devenu Imam ou Guide suprême. Il a des compétences théologiques modestes mais un redoutable sens du pouvoir. Les élections présidentielles jettent de la poudre aux yeux : les candidats sont sélectionnés, le vainqueur choisi à l’avance, les urnes bourrées et les protestations réprimées dans le sang sans hésitation, puisque s’opposer aux volontés du Guide, c’est s’opposer à la volonté divine.

Il y eut des présidents réformateurs, comme Khatami dans le passé et, soi-disant, Rouhani récemment, il y eut Ahmadinedjad, un crétin mystique qui a fini par déplaire à l’oligarchie dirigeante, mais personne n’a été un ultra-conservateur aussi assumé que Raïssi, ancien procureur aux mains couvertes du sang de prisonniers politiques. Son intransigeance lui servira d’argument auprès des électeurs du Comité des experts qui décidera du choix du futur Imam.

Qui peut être pire qu’un mollah ? dit un proverbe iranien, seulement un autre mollah. Cela étant, la sensibilité religieuse est si forte dans ce pays, notamment dans les campagnes et le sud déshérité de Téhéran que le régime jouit encore d’un notable appui populaire.

La plus grande manifestation religieuse annuelle du monde, c’est le pèlerinage chiite de Arbaïn à Kerbela en Irak. Il aurait rassemblé cette semaine 20 millions de personnes, huit fois plus que le pèlerinage du hadj à La Mecque.!

Arbaïn, c’est la fin du grand deuil de l’Achoura, ce jour où furent tués, à la bataille de Kerbela, Hussein et toute sa maisonnée, sauf un garçon qui devint la souche de la lignée. Le chiisme iranien, dont la fête principale est un désastre, garde une sensibilité de minoritaires, qui par méfiance,  s’autorisent le mensonge préventif, la taqiya, attachent une importance majeure aux questions de pureté, se réclament sans cesse d’une justice dont la volonté de l’imam serait le garant et ont l’orgueil de se croire le peuple élu, les vrais successeurs de ces Bene Israël qui ont reçu la Loi mais dont les descendants, les méprisables Bene Yahud ont falsifié les enseignements.

Cet antijudaisme porté par un fantasme de remplacement, n’est pas spécifique au chiisme, ni même à l’Islam: on peut rappeler le Verus Israël chrétien et la synagogue aux yeux bandés, mais il est exacerbé dans le discours des dirigeants iraniens. Leur haine envers ce qu’ils appellent « l’entité sioniste » n’a pas que des motivations religieuses. Dans le monde musulman, elle sert de socle à leurs rêves de grandeur.

Ebrahim Raisi vient de s’exprimer à la tribune de l’ONU. Il a brandi la photo du nouveau martyr chiite, le général Qasem Soleimani, victime particulièrement innocente, n’st-ce pas, de l’impérialisme américano-sioniste. Il a décrit son pays comme le paradis de la justice et des Droits de l’Homme. Pour les Droits de la Femme, dont la malheureuse Mahsa Amini est un si probant exemple, elle qui fut tuée parce que des cheveux dépassaient de son voile, l’ONU avait déjà apprécié : il a élu l’Iran à la Commission sur l’égalité des sexes. Doit-on en rire ?

Si on ajoute que ce jour est celui où Poutine a expliqué aux Russes qu’il était un humaniste en lutte contre les violations des Droits de l’Homme dont sont responsables les néo-nazis ukrainiens et leurs donneurs d’ordre américains, la date du 21 septembre devrait figurer au palmarès des pires guignoleries linguistiques de l’histoire.

Mais il ne s’agit pas de guignoleries. Il s’agit de préserver un monde où la parole garde un lien avec la vérité. Tâche de plus en plus difficile à l’époque des fake news…