Blog du Crif - "Les adieux au Général" de Judith Cohen Solal et Jonathan Hayoun, ou quand le temps se fige

09 Novembre 2020 | 193 vue(s)
Catégorie(s) :
Opinion

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Pages

"Les adieux au Général" de Judith Cohen Solal et Jonathan Hayoun, ou quand  le temps se fige  

 

Les « baby boomers » savent où ils étaient et ce qu’ils faisaient quand ils ont appris que l’homme avait marché sur la lune, , ou bien, avec les plus jeunes , quand ils ont su que les « twin towers » étaient attaquées. L’annonce de la mort du Général de Gaulle , survenue le 9 novembre 1970 et connue le lendemain, a provoqué la même sidération tant chez les puissants d’alors que dans l’opinion publique. Non que l’événement ait pu être considéré comme une surprise : Charles de Gaulle avait 80 ans lorsqu’il est décédé, un bel âge à l’époque pour un homme recru d’épreuves. Néanmoins, même retiré du pouvoir depuis 18 mois, « le Général » semblait immortel et appelé à jouer éternellement la statue du Commandeur . Il avait beau avoir déclaré lors d’une conférence de presse « Rassurez-vous, je finirai bien par mourir » , on finissait par ne plus y croire. 

 Sa disparition, à la suite d’une rupture d’anévrisme, donne lieu à une série de réactions que décrivent très finement Judith Cohen Solal et Jonathan Hayoun.

Si la famille, Yvonne de Gaulle en tête, met immédiatement en branle les dernières volontés du Général, celles-ci se heurtent au désir de Georges Pompidou, nouveau président de la République, d’organiser des obsèques nationales. Les relations devenues difficiles entre de Gaulle et son successeur depuis mai 1968 n’arrangent rien, et le livre décrit bien les frictions incessantes entre l’Elysee et les proches du grand disparu. L’ouvrage nous révèle aussi bien les réactions attristées et émues des Français que celle des grands de ce monde, de la Reine Elisabeth au Président Richard Nixon en passant par David Ben Gourion. On découvre également les réactions quelques peu alambiquées du Parti Communiste, les larmes de Romain Gary, l’attitude respectueuse des habitants de Colombey avec qui le Général avait finalement peu de relations, ou les émotions des Compagnons de la Libération venus à plus de 300 au cimetière du petit village. Le contraste avec la cérémonie à Notre-Dame, tenue sans la famille mais en présence de 80 chefs d’Etats ou de gouvernements, est saisissant . Les deux auteurs rendent très bien compte de tout ce qui passe entre le 9 et le 12 novembre 1970, et on a , sous les yeux, les réactions, à la fois très humaines et fort différentes, d’un Malraux , d’un Michel Debre ou d’un Maurice Couve de Murville. Une belle plongée, bien écrite, dans une Histoire encore proche et déjà lointaine.

 
Gérard Unger 

« Les adieux au Général » , de Judith Cohen Solal et Jonathan Hayoun, chez Robert Laffont.