Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Blog du Crif - Relations diplomatiques avec Israël : Regards sur les Juifs du Kosovo

04 Février 2021 | 227 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Halte à la discrimination d'Israel, le CRIF proteste suite à la décision d'étiqueter les produits israeliens. 

Suite à l'annonce de l'adoption de la directive de l'E.U sur l'étiquetage des produits israéliens le Crif a réagit à travers un communiqué, j'ai voulu dénoncer la décision française et l'obessession israelienne.

J'ai répondu aux questions de Sputnik news.

« Si on parlait de la France ? Français, juifs et citoyens » : c’est le thème de la 7e Convention nationale du Crif le dimanche 4 décembre au Palais des Congrès de Paris.

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Donald Trump est un excentrique narcissique qui au cours de sa campagne électorale a fait du mensonge une arme redoutable.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Portrait de Jean Pierre Allali
ADIEU SHIMON
|
29 Septembre 2016
Catégorie : Actualité

L'ancien président de l'État d'Israël, mon ami Shimon Peres, prix Nobel de la Paix 1994 est mort dans la nuit du 28 septembre 2016. Il avait 93 ans.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Pages

Illustration: En 1929, les fidèles devant la synagogue de Pristina.

 

Décidément, depuis quelques mois, l’État juif multiplie les succès diplomatiques.

Après les Accords d’Abraham impliquant les Émirats Arabes Unis et le Bahreïn, le rapprochement avec le Soudan puis avec le Maroc, voici qu’à la suite d’une véritable première mondiale, une négociation par Zoom, en raison de la pandémie de Covid-19, le 1er février 2021, le Kosovo - État européen à majorité musulmane, indépendant depuis 2008 - a reconnu Israël et annoncé son intention d’installer son ambassade à Jérusalem.

L’étonnante négociation Zoom a réuni le ministre israélien des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, son homologue kosovare, Meliza Haradinaj-Stublla et Matthew Palmer, envoyé spécial américain pour les Balkans occidentaux. Pleins feux sur le Kosovo et regards sur la petite communauté juive de ce pays.

 

Le Kosovo constitue la preuve vivante de la dislocation, en quelques années, de la Yougoslavie du maréchal Tito. Les différentes entités qui la composaient : Bosnie-Herzégovine, Croatie, Macédoine, Monténégro, Serbie et Slovénie  se sont séparées devenant autant d' États indépendants et voilà que le 17 février 2008, à la suite d'une guerre atroce entre l'armée yougoslave, d'une part et l'armée de libération du Kosovo épaulée par l'OTAN, d'autre part, guerre qui a fait des milliers de victimes, une province de la Serbie, le Kosovo, capitale Pristina ( Prizren) s'est à son tour séparée, constituant en somme une séparation dans la séparation. Avec une spécificité supplémentaire : 15% du pays, la partie nord, le Kosovo-et-Métochie, peuplée de Serbes, refuse d'accepter le nouveau pouvoir.

Le Kosovo, désormais République indépendante, n'est pas reconnu par tous les États. En mars 2020, sur les 193 États membres de l’ONU, 92 avaient reconnu le Kosovo, 96 étaient contre et 5 se sont abstenus. Le Kosovo, ce sont environ 11 000 km2 et 2 millions d'habitants. En 2021, la présidente intérimaire est Vjosa Osmani et le Premier ministre, Avdullah Hoti.

90 % des habitants du pays sont des musulmans sunnites avec une minorité bektachie. Mais on trouve aussi, au Kosovo, des Albanais, des Bosniaques, des Serbes, des Turcs, des Gorans, des Roms ashkalis et des Roms égyptiens, des Musulmans salafistes, des Protestants, des Catholiques, des Chrétiens orthodoxes et...des Juifs.

Retour sur l'histoire des Juifs kosovars

Au meilleur moment démographique de son histoire, la communauté juive du Kosovo a compté un millier d'âmes.

Comme c'est le cas pour l'ensemble de l'ancienne Yougoslavie, les Juifs qui ont vécu au Kosovo, sont, pour l'essentiel, venus d'Espagne et du Portugal pour échapper à l'Inquisition. Ils ont vécu, au long des siècles, en bonne intelligence avec la population majoritaire, exerçant les métiers les plus divers. Longtemps, le bazar juif de Pristina, à l'intérieur du « Bezistan », a été une attraction locale. La synagogue, dite « Havra Sinagoga », se trouvait au bout du bazar.  Bâties pendant la période ottomane, vers 1800, les synagogues du pays ont été rasées sous le régime communiste. Le principe de la construction d'une nouvelle synagogue sous l'égide de la « Maison d'Israël au Kosovo » a été acté en 2016 par le conseil municipal de Pristina et a pratiquement abouti en 2021 même si la population juive n’est plus que de quelques dizaines d’âmes. Un musée juif devrait également voir le jour.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Juifs ont été en sécurité au Kosovo qui a été une terre d'asile pour des Juifs venus de pays voisins. De nombreux Justes kosovars et albanais ont, d’ailleurs, sauvé des Juifs de la tourmente nazie.

Plus près de nous, en mai 2013, dans le cadre d'une « Semaine de la Tolérance », une plaque en souvenir des Juifs assassinés pendant la Shoah a été inaugurée à Pristina. Selon les dirigeants de la communauté juive, 258 Juifs de Pristina furent déportés dans un camp de Belgique et 92 d'entre eux y trouvèrent la mort.

Ces dernières années, des commémorations de Hanouka ont réuni dans des hôtels de Pristina des Juifs et des Musulmans.

La communauté juive, qui a longtemps été dirigée par Votim Demiri, le « patriarche », a accueilli avec ferveur la nouvelle de l’établissement de relations diplomatiques entre Jérusalem et Pristina.

Une page nouvelle s'ouvre désormais.

Jean Pierre Allali