Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Yom HaZikaron

28 Avril 2020 | 30 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Pages

Opinion

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Le Crif souhaite un prompt rétablissement à Jean-Pierre Allali suite à son récent accident et espère le retrouver très vite en pleine forme.

Par Chloé Blum

Portrait de Invité
Blog du Crif - Noé, reviens !
|
11 Octobre 2018
Catégorie : France, Opinion

Pages

Alors que le soleil arrose tout le pays d’Israël et que partout, malgré le Covid-19, fleurissent les drapeaux bleu et blanc frappés de l’étoile de David et que dans chaque foyer on s’apprête à fêter demain soir et mercredi le 72ème anniversaire de l’Etat d’Israël , ce soir et demain le pays va s’arrêter et se recueillir.

Chaque année ce sont plus d’un million et demi d’Israéliens qui ont l’habitude de se rendre dans les cimetières militaires afin de fleurir et d’honorer la mémoire des 25 816 d’entre eux qui sont morts pour que soit créé et que vive l’Etat juif.

25 816 hommes, femmes et enfants qui depuis les premiers Yshouv de 1 860 ont défendu la terre d’Israël contre tous les ennemis qui à ce jour n’ont pas abandonné leur désir d’éliminer de la carte le seul état juif de la planète !

Pas une famille n’a été épargnée, pas un d’entre nous ne peut rester insensible à ce jour difficile.

Hier soir à 20h heure israélienne (19heure française), une longue minute, une puissante sirène a raisonné dans tout Israël et partout nous nous sommes levés et avons vibrer d’un même cœur.

Pas un bruit, pas un mouvement, mais du recueillement.

Une minute pour se souvenir, une minute pour revoir les visages de ceux qui ont disparu, une minute pour réfléchir et penser au prix de la liberté.
Une minute pour se réapproprier notre Histoire et notre destin commun.
Une minute pour se renforcer et promettre à ceux qui ne sont plus, qu’ils n’ont pas été oubliés et que leur sacrifice n’a pas été vain.

Demain matin une 2ème sonnerie retentira, où que vous soyez, arrêtez-vous, faites comme nos frères israéliens, recueillez-vous.

Demain, toute la journée, les familles des endeuillés avaient l’habitude d’être visitées. Fidèlement les amis traversaient le pays afin ne pourront parler et raconter ceux qui ne sont pas,
Cette année ce ne sera pas possible mais la fraternité et l’amour qui nous unis, sera si fort que partout nous serons ensembles.
Demain, toute la journée, par les mots et le souvenir, les 25 816 disparus seront présents. Ce ne sera qu’après nous être souvenus et recueillis que demain soir, nous aurons alors le droit et le devoir de nous réjouir et fêter dans la liesse le jour de l’Indépendance, au nom de ceux qui ne sont plus et pour l’avenir de nos enfants et des générations à venir.

Ce soir nous nous souvenons et comprenons, une fois de plus, que nous sommes un seul et même peuple.
Lorsqu’un de nous est blessé nous saignons,
Lorsqu’un de nous tombe nous pleurons tous,
Lorsqu’un de nous nait, il est notre enfant,
Lorsqu’Israël brille nous en sommes tous fiers,
Lorsque Tsahal défile nous sommes tous fiers d’avoir la chance d’avoir l’armée de défense du peuple juif.
Prions pour ceux qui ne sont plus et prions pour que le ciel protège chacun de nos enfants.

Gil Taïeb