Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lecture de Jean-Pierre Allali - Souviens-toi de nos enfants, de Samuel Sandler et Emilie Lanez

19 Juillet 2018 | 196 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Une stèle en mémoire des victimes de la Shoah qui n’ont pas de sépulture, "ni ici, ni ailleurs", a été inaugurée dans le cimetière parisien de Bagneux.
Une cérémonie solennelle - et sous haute sécurité - qui, à Bagneux, dix ans après la mort d’Ilan Halimi, séquestré et torturé dans la cité de la Pierre-Plate parce qu’il était juif, était d’autant plus symbolique.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Les vidéos de la mort, par Marc Knobel
|
21 Juillet 2016
Catégorie : France

Dans quel monde vivons-nous et de quelle inhumanité est faite le monde ?

Retour sur le déchaînement de haines antisémites qui s’est produit l’été 2014, en France.

Pages

Opinion

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Le Crif souhaite un prompt rétablissement à Jean-Pierre Allali suite à son récent accident et espère le retrouver très vite en pleine forme.

Par Chloé Blum

Portrait de Invité
Blog du Crif - Noé, reviens !
|
11 Octobre 2018
Catégorie : France, Opinion

Pages

Souviens-toi de nos enfants, de Samuel Sandler et Emilie Lanez*

Le 19 mars 2012, 25 du mois hébraïque de adar, à l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse, un drame épouvantable s’est déroulé qui marquera à jamais la communauté juive de France. Ce jour-là, un individu dont il convient de taire le nom, un islamiste gangréné par sa haine des Juifs, n’a pas hésité à tuer de sang-froid un enseignant, Jonathan Sandler et ses deux enfants, Gabriel et Arié avant d’assassiner une petite écolière, Myriam Monsonégo, 8 ans. Il blessera également Aaron Bijaoui, 15 ans.

Avec un courage et une détermination inouïs, aidé par une journaliste, Emilie Lanez, Samuel Sandler, père de Jonathan et grand-père de Gabriel et Arié, a décidé de prendre la plume pour narrer, au quotidien les heures et les jours qui ont suivi l’innommable. Les sentiments de son épouse, Myriam, de Jennifer, la sœur aînée de Jonathan et de son mari, Michael, d’Eva, la maman des enfants suppliciés et de Léa Marcou, sœur de Samuel. Et la petite Liora, 7 ans, la sœur de Gabriel et d’Arié. Qu’il est dur de dire tout cela ! «  Le 19 mars 2012, je suis mort une première fois », avoue le grand-père déchiré.

Les autorités religieuses juives tentent du mieux qu’elles peuvent de soulager la douleur des Sandler : Joël Mergui, président des Consistoires, Gilles Bernheim, Grand rabbin de France et son secrétaire, le rabbin Moché Lewin, Michel Gugenheim, Grand rabbin de Paris, le rabbin de Toulouse, Harold Weill et le Grand rabbin Haïm Korsia.

Avec des mots simples mais touchants, Samuel Sandler raconte la découverte de la  dépouille de Jonathan à l’hôpital, le transfert des corps des victimes en terre d’Israël.

Sans oublier le président de la République, Nicolas Sarkozy et François Fillon ou encore le ministre de la Justice, Michel Mercier et celui des Affaires étrangères, Alain Juppé.

Le 21 mars, l’enterrement a lieu au cimetière de Givat Shaul à Jérusalem.

Dans des pages d’une écriture magnifique, Samuel Sandler revient sur son enfance, sur son grand-père, Maurice, négociant en cuirs, né en Prusse Orientale aux confins de la Lituanie et sur sa grand-mère, Clémentine Metzger. Il évoque son père, Robert, né en Allemagne, à Mannheim et sur sa mère, Henriette Ledermann. Samuel Sandler fera sa bar-mitzwah à Paris alors que ses parents travaillent au Foyer Israélite de la rue de Médicis, au Quartier Latin. Plus tard, la famille aménagera au Chesnay.

Des pages véritablement émouvantes sont consacrées au procès, en octobre 2017, du frère de l’assassin. Malgré sa requête, Samuel Sandler ne pourra pas éviter de croiser le regard de cet homme jugé pour complicité d’assassinat. Une épreuve terrible : « Je me sens barbouillé, ma peau me pique et j’ai l’impression que ce type silencieux me nargue…Une rage bestiale, inconnue, m’agite ». Et voilà que la mère de l’assassin, minuscule et voilée fait son entrée. Elle tapote affectueusement la vitre du box où est installé son fils et lui adresse un baiser de la main. Trop c’est trop ! « Mon cœur s’arrête de battre, une nausée m’envahit ».

Samuel Sandler s’est promis de tenir. « A la lisière du monde, devenu mon propre fantôme, je m’oblige à tenir debout pour porter haut la mémoire des miens. La vôtre, mes enfants, dont les chemins sont justes. Et je me souviens des jours anciens, les nôtres ».

Un témoignage hors du commun, un très bel ouvrage qui a obtenu le prix de la Licra 2018. A lire absolument.

Jean-Pierre Allali

 

(*) Editions Grasset. Février 2018. 128 pages. 14 €.