Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lecture de Jean-Pierre Allali - Souviens-toi de nos enfants, de Samuel Sandler et Emilie Lanez

19 Juillet 2018 | 196 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Ce sont toutes les plumes que l'on veut briser...

Une compilation exhaustive, à ce jour, des articles et des interviews que j'ai données à la presse française et internationale.

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Portrait de Jean Pierre Allali
LES STADES ET LE DATA
|
25 Mai 2016
Catégorie : France

Marc Perelman, auteur d'un livre percutant sur le passé trouble du célèbre architecte Le Corbusier, est aussi un spécialiste des excès du monde du football et, en général, des stades. Dans un petit ouvrage bien documenté, il se penche sur l'influence des "data" sur le public.

 

 

Portrait de Jean Pierre Allali
LECTURES
|
24 Mai 2016
Catégorie : France, Antisémitisme

Malka Marcovich et Jean-Marie Dubois publient un ouvrage original sur un thème peu exploré jusqu'ici:la contribution de la société des transports parisiens à l'organisation de la déportation des Juifs de France aux heures sombres de l'Occupation nazie

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

La cérémonie se déroulera demain mardi 19 avril à 17h30 au Mémorial de la Shoah à Paris en présence des ambassadeurs de Pologne et d’Israël.

A l'heure où le Front National réalise des scores historiques, la fête de Hanoukah rappelle que les forces politiques qui ne respectent pas les particularismes sont dangereuses

L'EI ne lésine pas sur les moyens et diffuse sur Internet sa propagande ignominieuse...

Il faut croire que certaines alertes ne veulent pas être entendues à temps

Souvent l’on oublie de parler d’eux

Pages

Opinion

Fausses rumeurs, photos ou vidéos truquées… les fausses informations, ou fake news, inondent le net. La désinformation va parfois plus loin, prenant la forme de théories à l’apparence scientifique.

Pages

Souviens-toi de nos enfants, de Samuel Sandler et Emilie Lanez*

Le 19 mars 2012, 25 du mois hébraïque de adar, à l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse, un drame épouvantable s’est déroulé qui marquera à jamais la communauté juive de France. Ce jour-là, un individu dont il convient de taire le nom, un islamiste gangréné par sa haine des Juifs, n’a pas hésité à tuer de sang-froid un enseignant, Jonathan Sandler et ses deux enfants, Gabriel et Arié avant d’assassiner une petite écolière, Myriam Monsonégo, 8 ans. Il blessera également Aaron Bijaoui, 15 ans.

Avec un courage et une détermination inouïs, aidé par une journaliste, Emilie Lanez, Samuel Sandler, père de Jonathan et grand-père de Gabriel et Arié, a décidé de prendre la plume pour narrer, au quotidien les heures et les jours qui ont suivi l’innommable. Les sentiments de son épouse, Myriam, de Jennifer, la sœur aînée de Jonathan et de son mari, Michael, d’Eva, la maman des enfants suppliciés et de Léa Marcou, sœur de Samuel. Et la petite Liora, 7 ans, la sœur de Gabriel et d’Arié. Qu’il est dur de dire tout cela ! «  Le 19 mars 2012, je suis mort une première fois », avoue le grand-père déchiré.

Les autorités religieuses juives tentent du mieux qu’elles peuvent de soulager la douleur des Sandler : Joël Mergui, président des Consistoires, Gilles Bernheim, Grand rabbin de France et son secrétaire, le rabbin Moché Lewin, Michel Gugenheim, Grand rabbin de Paris, le rabbin de Toulouse, Harold Weill et le Grand rabbin Haïm Korsia.

Avec des mots simples mais touchants, Samuel Sandler raconte la découverte de la  dépouille de Jonathan à l’hôpital, le transfert des corps des victimes en terre d’Israël.

Sans oublier le président de la République, Nicolas Sarkozy et François Fillon ou encore le ministre de la Justice, Michel Mercier et celui des Affaires étrangères, Alain Juppé.

Le 21 mars, l’enterrement a lieu au cimetière de Givat Shaul à Jérusalem.

Dans des pages d’une écriture magnifique, Samuel Sandler revient sur son enfance, sur son grand-père, Maurice, négociant en cuirs, né en Prusse Orientale aux confins de la Lituanie et sur sa grand-mère, Clémentine Metzger. Il évoque son père, Robert, né en Allemagne, à Mannheim et sur sa mère, Henriette Ledermann. Samuel Sandler fera sa bar-mitzwah à Paris alors que ses parents travaillent au Foyer Israélite de la rue de Médicis, au Quartier Latin. Plus tard, la famille aménagera au Chesnay.

Des pages véritablement émouvantes sont consacrées au procès, en octobre 2017, du frère de l’assassin. Malgré sa requête, Samuel Sandler ne pourra pas éviter de croiser le regard de cet homme jugé pour complicité d’assassinat. Une épreuve terrible : « Je me sens barbouillé, ma peau me pique et j’ai l’impression que ce type silencieux me nargue…Une rage bestiale, inconnue, m’agite ». Et voilà que la mère de l’assassin, minuscule et voilée fait son entrée. Elle tapote affectueusement la vitre du box où est installé son fils et lui adresse un baiser de la main. Trop c’est trop ! « Mon cœur s’arrête de battre, une nausée m’envahit ».

Samuel Sandler s’est promis de tenir. « A la lisière du monde, devenu mon propre fantôme, je m’oblige à tenir debout pour porter haut la mémoire des miens. La vôtre, mes enfants, dont les chemins sont justes. Et je me souviens des jours anciens, les nôtres ».

Un témoignage hors du commun, un très bel ouvrage qui a obtenu le prix de la Licra 2018. A lire absolument.

Jean-Pierre Allali

 

(*) Editions Grasset. Février 2018. 128 pages. 14 €.