Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Maroc, le royaume des peintres, de Maurice Arama

10 Octobre 2018 | 158 vue(s)
Catégorie(s) :
France

La semaine dernière, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) proposait dans sa newsletter et sur ses réseaux sociaux un contenu qui a fait polémique.

Mon discours prononcé au dîner du Crif Grenoble-Dauphiné, le 22 octobre 2017.

Mon discours à la cérémonie d'hommage aux Juifs engagés volontaires qui s'est tenue le 15 octobre 2017 au cimétière de Bagneux.

Dans ce courrier, j'ai félicité Audrey Azoulay pour son élection. J'ai également attiré son attention sur les positions récentes de l'Unesco sur Jérusalem et commente les relations passées de l'organisation avec le Crif.

Mardi 10 octobre 2017, j'ai été reçu par le Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères pour un long tour d'horizon.

Portrait de Invité
#BlogDuCrif - Devoir de mémoire
|
20 Septembre 2017
Catégorie : France

Il y a 76 ans, le 15 décembre 1941, 69 hommes ont été fusillés au Fort du Mont Valérien à Suresnes, dans les Hauts de Seine par les autorités d’occupations allemandes. Ces hommes, français et étrangers, furent arrêtés par les forces de polices françaises de la Préfecture de police du département de la Seine (à l’époque).

Je vais vous raconter l’histoire de Moritz Singer, mon oncle, le frère de ma mère, un de ces fusillés.

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

Pages

Opinion

Découvrez ma lecture du livre de Ginette Kolinka, "Retour à Birkenau".

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pages

Maroc, le royaume des peintres, de Maurice Arama*

Voici un très beau livre, un ouvrage superbe, un livre d’art. Natif de Meknès, historien d’art, ancien directeur de l’Ecole des Beaux-Arts de Casablanca, peintre réputé, Maurice Arama a choisi de nous présenter le Maroc à travers les peintres qui y ont vécu ou séjourné pendant quelque temps. Des peintres venus de tous les horizons pour fixer sur leurs palettes les couleurs chatoyantes et les visages uniques de ce pays qui demeure, dans la mémoire de l’auteur, comme un Eldorado perdu.

Après une introduction très enrichissante, on en vient à l’essentiel de l’ouvrage : un véritable dictionnaire des « peintres du Maroc ». Une encyclopédie de plus de cinq cents noms, le tout agréablement illustré de magnifiques reproductions d’œuvres choisies.

L’ordre alphabétique a été choisi nous permettant d’aller de Carlos Abascal (1878-1948), peintre espagnol à Carl Wuttke (1849-1927), paysagiste allemand.

On découvre avec étonnement que nombre de célébrités ont vécu au Maroc où elles ont exercé leurs talents artistiques : Le britannique Francis Bacon, le germano-polonais Balthasar Klossowski dit Balthus, Salvador Dali, le grand d’Espagne, le franco-russe Nicolas de Staël, le néerlandais Kees, Cornelius Theodorus Marie dit Van Dongen, l’italo-tunisien Moses Levy et même l’homme d’Etat Winston Leonard Spencer Churchill, peintre à ses heures perdues. Parmi les Français, on remarque Alfred Dehodencq, auteur du fameux tableau « L’exécution de Sol Hatchuel », Eugène Delacroix, Raoul Dufy, Jean-Louis Gérôme, André Hambourg, Henri Matisse ou encore Louis Toffoli. Sans oublier le Français Georges Washington qui dut son nom à l’amour de son père pour le grand Américain.

Le judaïsme est omniprésent dans les œuvres présentées, les personnages juifs ayant été croqués avec délectation par les peintres du Maroc entre le 19ème et le 20ème siècles.

En témoignent les belles reproductions d’Eugène Delacroix : « Noce juive dans la Maroc » (1839), et « Musiciens juifs de Mogador » (1847), de Jean-Jules-Antoine , Lecomte de Nouÿ : « Le samedi dans le quartier juif de Tanger » (1855) et « La lecture de la Bible au Maroc » (1882), de Charles-Emile Vernet-Leconte : « Femme juive de Tanger » (1868), d’Auguste Delacroix : « Juive en costume traditionnel » (1834), de Raymond Crétot-Duval : « La porte du Mellah de Salé », d’Yves Brayer : « En famille au Mellah de Meknès » (1930), de Louis Brindeau de Jarny : « Le Mellah, Tagadvit n’bour », de Jean-Léon Gérôme : « Portrait d’un Juif marocain », d’Auguste-Alexandre Hirsch : « Tétouan, Juive à la fontaine » (1871), de Gustave de Jonghe : « Femme juive à Tanger veillant sur son enfant endormi », de Francisco Lameyer y Berlinguer : « Le mariage juif à Tanger » (1875), de Charles-Zacharie Landelle : « Juive de Tanger » (1874), de John Frederick Lewis : « Juive à Tanger » (1832-1833), d’Alexandre Lunois : « La mariée juive marocaine » et d’Henri Pontoy : « Le Mellah de Fès ».

Magnifique. Un enchantement !

Jean-Pierre Allali

(*) Editions Non Lieu. 2017. 374 pages  - Grand format. 49 €.