Blog du Crif - Commémoration des attentats de l'Hyper Cacher à Sarcelles

09 Janvier 2023 | 295 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Pages

Actualité

« Si on parlait de la France ? Français, juifs et citoyens » : c’est le thème de la 7e Convention nationale du Crif le dimanche 4 décembre au Palais des Congrès de Paris.

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Donald Trump est un excentrique narcissique qui au cours de sa campagne électorale a fait du mensonge une arme redoutable.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Portrait de Jean Pierre Allali
ADIEU SHIMON
|
29 Septembre 2016
Catégorie : Actualité

L'ancien président de l'État d'Israël, mon ami Shimon Peres, prix Nobel de la Paix 1994 est mort dans la nuit du 28 septembre 2016. Il avait 93 ans.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Pages

Opinion

Par Chloé Blum

Pages

Le Crif, représenté par Ariel Amar et René Taïeb, était présent à la cérémonie de commémoration des attentats de l’Hyper Cacher, et à la Mémoire de Yohan Cohen, à Sarcelles le 8 janvier 2023. Ci-dessous le discours prononcé par Ariel Amar à cette occasion.

 

"Chère famille Cohen, 

Chère famille Hattab, 

Chère Madame Rosa Bittoun, 

Monsieur le Sous-préfet,

Madame l’Ambassadrice,

Monsieur le Député,

Monsieur le Maire,

Monsieur le Grand-Rabbin,

Monsieur le Président du Consistoire central de France,

Madame la Conseillère régionale,

Monsieur le délégué du CRIF,

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,

 

Voilà déjà huit ans que je me suis rendu Porte de Vincennes dès la prise d’otage à l’Hyper Cacher.

Voilà déjà huit ans que Yohan Cohen, Yoav Hattab, Philippe Braham et François-Michel Saada Z’L, ont été assassinés parce que Juifs, parce qu’Israël, parce que républicains, parce qu’amalgames et parce que n’importe quoi.

Voilà déjà huit ans que je vous ai accompagné aux obsèques à Givat Shaul, à Jérusalem.

J’ai observé votre dignité et votre souffrance, sachez que votre souffrance est aussi la nôtre, toujours aussi présente.

Leur Mémoire restera à jamais gravée dans nos cœurs et dans l’Histoire de France.

Aujourd’hui en France et en Europe l’antisémitisme gagne du terrain, l’antisionisme fait des ravages.

La parole antisémite se décomplexe, elle se libère, elle tue.

Dans bien des milieux, en France, le simple fait d'être désigné comme Juif, nous colle une cible dans le dos.

Pire encore, des « irresponsables politiques », n’hésitent pas à importer des conflits et des causes qui les dépassent et dont ils ont une méconnaissance totale.

Les raccourcis et les amalgames sont leur fonds de commerce.

Peu leur importe l’exacerbation de la tension sociétale ici en France, les conséquences sont désastreuses.

On vient chercher des Juifs chez eux, je pense bien-sûr à Mireille Knoll, à Sarah Halimi, et je pense également aux enfants qu’on est venu tuer à Toulouse dans leur école.

Cela fait mal à dire, mais aujourd’hui en France des Juifs ont peur parce qu’ils sont nés Juifs.

C’est tout simplement insupportable !

La parole du Crif a toujours été pondérée, réfléchie, clairvoyante et avant-gardiste.

On nous traite de paranoïaques, nous le sommes peut-être un peu, mais nous avons toutes les raisons de l’être.

Savez-vous que dans les écoles juives ici en France, les enfants qui passeront leur bac, cette année, n’auront jamais connu l’insouciance en arrivant à l’école ou à la synagogue, sans protection militaire ou policière,  ̶  imaginez le traumatisme !

Les Juifs ne sont pas les seules cibles, dès la séquence d’attentats qui a frappé la France les 7, 8 et 9 janvier 2015 nous avions clairement compris que les Juifs ne seraient désormais plus les seules cibles du terrorisme islamiste.

Le terrorisme est aveugle, chaque citoyen est désormais une cible, tous les attentats qui ont suivi depuis nous le prouvent ; le Bataclan, la Promenade des Anglais, Magnanville, Saint-Étienne du Rouvray, la Basilique de Nice, Samuel Paty… la liste est trop longue pour que je puisse tous les citer dans le temps qui m’est imparti.

Pour autant, nous ne perdrons ni notre Humanité, ni notre désir de fraternité.

Les commémorations demeurent essentielles, car il faut rappeler la mémoire de nos disparus mais c’est aussi, une injonction qui nous est faite pour poursuivre le combat, en travaillant, tous ensemble, à ce que ces drames ne se reproduisent plus, en travaillant, tous ensemble, pour faire société.

Les pouvoirs publics ont déjà beaucoup fait et nous voulons croire qu’ils feront plus encore.

Pour notre part nous faisons preuve de résilience et nous continuerons, à nous projeter un avenir en France, en développant des projets comme les centres du judaïsme qui fleurissent à Paris, à Levallois, à Boulogne, et ailleurs en France.

J’en profite pour saluer M. René Taieb du comité directeur du Crif qui ne ménage pas ses efforts pour aider et dynamiser le tissu associatif et communautaire dans le Val-d’Oise.

Sachez qu’au Crif nous continuerons sans relâche à lutter contre toutes les formes d’antisémitisme et d’antisionisme tant qu’il y aura, en France, des Juifs qui seront obligés de raser les murs pour se sentir en sécurité.

Nous le devons aux victimes, nous le devons à leur famille et nous le devons à la France."

Ariel Amar 

Découvrez l'intégralité du discours d'Ariel Amar en vidéo

À lire aussi : Sarcelles a rendu hommage à Yohan Cohen, première victime d'Amedy Coulibaly à l'Hyper Cacher