Yonathan Arfi

Le nouveau Président du Crif, un militant juif et citoyen

Blog du Crif - Eric Zemmour : la double peine des Juifs français

20 Septembre 2021 | 1679 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Pages

Actualité

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Voici le discours que j'ai prononcé après le vote de l'assemblée générale du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Pages

Opinion

Par Chloé Blum

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Pages

Eric Zemmour ne s'encombre pas de la nuance : tout ce qui dépasse, détonne, dissonne, doit être supprimé.  C'est la quête d'une France rabougrie et monochrome. Et malheureusement, les Juifs, ça ne rentre pas bien dans les cases... Certains disent même que nous avons été inventés pour ça.

Les Juifs sont d'ailleurs doublement victimes du discours d'Eric Zemmour : une fois victimes de ce qu'il dit, une autre du lieu d'où il s'exprime. Une fois, politiquement, une autre, symboliquement.

Sur le plan politique, ce qu'il propose a le goût et l'odeur des vieux classiques de l'extrême-droite. Eric Zemmour attaque à tous les temps. Au passé, d'abord : "Pétain a sauvé les Juifs français" (Octobre 2019), fantaisiste révision de l'Histoire.

Au présent ensuite : "la Kippa est une sorte de selfie religieux" (Janvier 2016) ou hier matin en voulant "obliger à donner des prénoms français". Les Eytan, Déborah, Ilan, Rivka, Amir, Shirel, Gad... et les Français qui portent la kippa apprécieront.

Au futur, enfin, puisque Eric Zemmour s'arroge même le droit de déterminer la légitimité de nos lieux de sépulture. Même morts, nous sommes coupables. Pour Eric Zemmour, se faire enterrer en Israël, c'est de l'évasion funéraire !    

Sur le fond, rien de bien nouveau. Eric Zemmour, ce sont les provocations de Jean-Marie Le Pen avec le look de Bruno Mégret.

Mais le prix le plus élevé que les Juifs paient n'est pas seulement la remise sur le devant de la scène de ces vieilleries politiques. Non. Le plus insupportable vient du fait que ces provocations soient l'expression d'une personnalité largement identifiée comme juive.

Je ne cherche pas à analyser le rapport d'Eric Zemmour à son identité juive. Ce rapport intime lui appartient et je réclame pour chacun, et donc pour lui aussi, le droit d'échapper à toute assignation identitaire. Ce qui est certain, en revanche, c'est que ses propos ne trouveraient pas un tel écho s'ils n'étaient pas formulés par une personnalité perçue comme juive.

Les linguistes et communicants le savent, l'identité du locuteur compte dans la réception du message. Et en l'espèce, qu'une personnalité portant un nom juif, fasse la promotion des discours d'exclusion visant notamment les juifs et les musulmans, donne une légitimité inédite au propos. Qu'il le veuille ou non, Eric Zemmour contribue à apporter à l'extrême-droite ce que Marine Le Pen cherche depuis longtemps : un certificat "casher" dont elle espère qu'il lui apporte une légitimité nouvelle.

Cette dimension là peut paraître secondaire par rapport aux propos de Zemmour, mais pour moi, elle est la plus inacceptable. Celle qui me fait le plus mal.

En tant que Juifs, nous ne sommes bien entendu pas responsables des propos d'Eric Zemmour. Mais nous avons la responsabilité de nous mettre en travers de leur chemin.

Yonathan Arfi