Stéphanie Dassa

Directrice de projets

Blog du Crif - Les Pharisiens dans les Évangiles et dans l’Histoire, de Mireille Hadas-Lebel

23 Février 2021 | 503 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Voici le discours que j'ai prononcé après le vote de l'assemblée générale du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Là-bas, la crainte d'une menace russe est la principale raison qui exacerbe les passions identitaires.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Pages

Opinion

Par Chloé Blum

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Pages

Le 1er février dernier, lors de son discours à la Conférence des Evêques de France suite à la remise de la déclaration de l’Eglise Catholique « Lutter ensemble contre l'antisémitisme et l'antijudaïsme sera la pierre de touche de toute fraternité réelle " le Grand Rabbin de France Haïm Korsia avait dans les mains le livre très récent de Mireille Hadas-Lebel, « Les pharisiens ». 

Si en 1973 l’Eglise de France déclarait « Il faut affirmer que la doctrine des pharisiens n’est pas l’opposé du christianisme » il n’en demeure pas moins que précisément les références fréquentes aux pharisiens dans la liturgie chrétienne restent particulièrement négatives et les catégorisent dans les ennemis de Jésus.  Et il y a une réelle complexité à porter encore aujourd’hui cette critique dans un face à face avec les successeurs des pharisiens qui ne sont autres que…les Juifs. « Doit-on diaboliser les pharisiens pour réaffirmer la grandeur de Jésus ? Je ne pense pas » commentait le 1er février dernier le chef spirituel des Juifs de France. C’est pourquoi ce livre sur les pharisiens est important et nécessaire, parce que ce nom de pharisien « est familier à tout chrétien ». 

La démarche de l’auteure, historienne de renom spécialiste de l’histoire du judaïsme dans le monde antique s’appuie sur une « perspective universitaire ni polémique ni apologétique » et vise à « replacer le discours des évangiles sur les pharisiens dans son cadre historique et civilisationnel.».

Vice –présidente de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France, elle précise aussi que si son livre n’a pas « été dicté par son engagement (…) il en a été influencé». Pour cette vaste étude à la précision extrême elle s’est appuyée sur deux sources principales : Flavius Josèphe et les évangiles.

Divisé en deux larges partie, la première consacrée aux pharisiens dans l’Histoire, l’autre aux pharisiens dans les évangiles, l’étude érudite de Mireille Hadas-Lebel laisse apparaître qu’en définitive c’est des pharisiens dont Jésus était le plus proche. Ce groupe de Juifs exigeants, scrupuleux d’une observance stricte de la Torah n’était pas hypocrite ni mu par une fausse dévotion et Jésus n’a pas toujours ni systématiquement entretenu avec eux des rapports conflictuels.  Il s’avère que « son monde familier, celui où il évolue est le cercle des pharisiens ».  Les contestations qui émanent de Jésus à leur encontre porteraient plus sur l’application de préceptes halakhiques que sur des questions théologiques profondes comme celle de la résurrection. En ce sens Jésus était certainement plus proches des pharisiens que des sadducéens et probablement des esséniens. L’auteure pose tout de même cette question essentielle : « Si Jésus est si proche des pharisiens sur le plan de la doctrine, comment expliquer l’hostilité qu’il semble leur témoigner au point d’enfreindre, quand il s’agit d’eux, l’amour du prochain qu’il prône, un amour qui devrait aller jusqu’à son ennemi ? » Puis elle rappelle qu’« on ne soulignera jamais assez que les invectives sont propres au seul évangile de Matthieu, ce qui peut faire peser un doute sur l’authenticité de son témoignage ».

Voici une étude riche et savante, à la frontière et l’histoire et de l’exégèse qui lève un peu de cet épais mystère qui entoure la figure de Jésus et fouille par le menu les rapports qu’il entretenait avec ses coreligionnaires.

Un livre qu’on ne saurait que recommander et dont on espère que les conclusions toucheront les esprits et qui sait peut-être aideront à prolonger la révolution que l’Eglise a opéré voici déjà 56 ans.

Stéphanie Dassa

 

* Les Pharisiens dans les Evangiles et dans l’Histoire, Mireille Hadas-Lebel (Albin Michel, Février 2021, Édition brochée) 19.90 €