Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Longue vie à Jérusalem !

07 Juin 2021 | 161 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

L’Amitié judéo-chrétienne de France - dont plusieurs militants du Crif sont membres du Comité Directeur - a tenu dimanche 29 janvier son Conseil national, l’occasion pour nous de donner quelques nouvelles du front du dialogue.

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Un livre de Victoria Klem

Suite au vote le 16 décembre 2016 du conseil municipal de Clermont-Ferrand au vœu présenté par les groupes communistes, Front de gauche et Europe écologie, vœu relatif au boycott des produits israéliens fabriqués dans « les territoires palestiniens occupés », le Maire de Clermont-Ferrand a fait paraître dans le journal local la Montagne un communiqué. La présidente du CRIF Auvergne-Rhône- Alpes lui répond…

Au lendemain des déclarations du ministre israélien de la défense, lundi 26 décembre, qualifiant la conférence de paix sur le Proche-Orient qui doit se tenir prochainement à Paris de nouveau « procès Dreyfus », le Crif a condamné des propos « maladroits ».

 
 
 

J'ai répondu aux questions d'Olivier Lerner dimanche 4 décembre lors de notre Convention Nationale

Halte à la discrimination d'Israel, le CRIF proteste suite à la décision d'étiqueter les produits israeliens. 

Suite à l'annonce de l'adoption de la directive de l'E.U sur l'étiquetage des produits israéliens le Crif a réagit à travers un communiqué, j'ai voulu dénoncer la décision française et l'obessession israelienne.

J'ai répondu aux questions de Sputnik news.

« Si on parlait de la France ? Français, juifs et citoyens » : c’est le thème de la 7e Convention nationale du Crif le dimanche 4 décembre au Palais des Congrès de Paris.

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Donald Trump est un excentrique narcissique qui au cours de sa campagne électorale a fait du mensonge une arme redoutable.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Pages

Opinion

Scoop : l’appel au boycott est illégal en France

 

Et vous, comment définiriez-vous l’humour juif ?

Pour vous donner le goût des vacances, le Crif vous fait voyager et lance sur ses réseaux la campagne "Juifs du Monde". Ensemble, partons à la découverte des populations juives du monde, de leurs histoires et de leurs traditions. Aujourd’hui, embarquement immédiat pour Hong Kong !

Pages

Le 7 juin est une date mémorable dans l’histoire d’Israël et du peuple juif. Il y a 54 ans, le 7 juin 1967, alors qu’Israël se bat sur trois fronts depuis le 5 juin, les parachutistes Israéliens entrent dans Jerusalem et reprennent possession du Kotel.

Après des millénaires de séparation et de prières, les enfants de Sion, poussés dans un conflit avec la Jordanie, se retrouvent aux pieds du lieu le plus saint du judaïsme. Après avoir bataillé dans les rues sinueuses de la vieille ville, les troupes du Général Uzi Narkis offrent au peuple juif le plus beau des cadeaux. Quelques pierres abandonnées qui pleuraient et qui retrouvent enfin leurs enfants qui depuis la destruction du second temple n’ont jamais cessé de prier et d’espérer ces retrouvailles. Personne ne peut oublier les paroles et la voix vibrante du Général Motta Gur, qui annonçait « Har à Baït Ba Yadenou » : « le Mont du Temple est entre nos mains ». Religieux ou pas, tous ont ressenti l’importance du message et de cet instant.

54 ans après, nous sommes tous les héritiers de ce joyau et les enfants de ces parachutistes libérateurs. Gardons en tête et dans nos mémoires toutes les images, les sons, les prières, les larmes et les rires de ce moment historique.

Jerusalem, la ville trois fois sainte a repris tout son sens et sa valeur depuis ce 7 juin 1967 en devenant non seulement la capitale réunifiée d’Israël mais ce lieu ouvert et accessible à tous.

54 ans sont passés et pourtant trop nombreux sont encore ceux qui nient au peuple juif sa capitale éternelle.

Trop nombreux sont ceux qui aimeraient à nouveau éteindre cette ville qui brille et illumine le monde.

54 ans après le 7 juin 1967, la bataille de Jérusalem n’est pas encore terminée.

Que tous l’entendent : beaucoup de choses peuvent se discuter et être négociées mais Jamais Jérusalem

Longue vie à Jérusalem !

 

Gil Taïeb