Blog du Crif - Sébastien Selam repose désormais en Israël, Meyer Habib

31 Mars 2022 | 363 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Mardi 10 octobre 2017, j'ai été reçu par le Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères pour un long tour d'horizon.

Portrait de Invité
#BlogDuCrif - Devoir de mémoire
|
20 Septembre 2017
Catégorie : France

Il y a 76 ans, le 15 décembre 1941, 69 hommes ont été fusillés au Fort du Mont Valérien à Suresnes, dans les Hauts de Seine par les autorités d’occupations allemandes. Ces hommes, français et étrangers, furent arrêtés par les forces de polices françaises de la Préfecture de police du département de la Seine (à l’époque).

Je vais vous raconter l’histoire de Moritz Singer, mon oncle, le frère de ma mère, un de ces fusillés.

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Pages

Actualité

Pages

Opinion

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Pages

La dépouille de Sébastien Selam a été enterrée ce mercredi matin au cimetière de Vatikim, à Netanya ; Emmanuel Macron avait reconnu le caractère antisémite du meurtre en 2018. Nous ne l'oublions pas.

 

Dans la nuit du 19 novembre 2003, Sébastien Selam était lâchement égorgé et tué dans l’indifférence générale par son voisin et ami d’enfance islamiste, victime de la haine antisémite qui frappa ce jeune DJ en pleine ascension.

Celui qu’on appelait le DJ LamC était doté d’un grand talent musical et fréquentait les milieux les plus célèbres du hip-hop parisien. Lancé par Cathy et David Guetta, il était promis à une immense carrière artistique.

Son meurtrier, Adel Amastaibou, sans doute jaloux, délinquant franco-marocain condamné peu avant son meurtre pour avoir menacé de mort un rabbin et une femme juive enceinte, a été jugé irresponsable pénalement en 2006 du fait d’une “bouffée délirante aiguë au moment du meurtre” ! Triste coïncidence avec l’affaire Sarah Halimi !

Après avoir égorgé Sébastien Selam, il avait revendiqué son homicide par ces mots qui ne laissent aucun doute sur son intention : “J’ai tué un Juif ! J’irai au Paradis. Allah m’a guidé”.

À l’instar du meurtrier de Sarah Halimi, dont j’ai présidé la Commission d’enquête parlementaire avec les failles que l’on connaît et dont on commémorera les cinq ans de la disparition lundi, Adel Amastaibou “alimentait son délire d’une thématique antisémite ambiante”, selon les mots du même expert psychiatrique, Daniel Zagury.

Très vite, le meurtrier de Sébastien Selam est sorti de l’hôpital psychiatrique, exactement comme Kobili Traoré, et est retourné vivre dans l’immeuble de sa mère Juliette, dans le 10e arrondissement de Paris, qui doit supporter de croiser quotidiennement l’assassin de son fils.

La maman m’ayant contacté pour l’assister dans cette affaire, j’ai décidé d’écrire en avril 2018 une lettre au Président de la République pour que la France reconnaisse l’évident caractère antisémite du meurtre.

15 ans pour que soit reconnue la qualifiaction de “crime antisémite”

Peu de temps après mon courrier, le 30 mai 2018, le Président de la République a affirmé après plus de quinze ans de combat qu’il s’agissait bien d’un crime antisémite. Il m’avait alors répondu que notre communauté nationale était toujours “profondément affectée par les crimes à caractères antisémite tels que celui de Sébastien Selam”. Enfin !

Avant Ilan Halimi, avant l’école Ozar Hatorah de Toulouse, avant l’Hypercasher, avant Sarah Halimi et Mireille Knoll, le DJ Selam fut la première victime tuée par l’antisémitisme en France depuis la Shoah.

À la demande de sa mère Madame Juliette Selam, son corps a été transféré ce matin en Israël au cimetière de Netanya, où j’ai prononcé avec beaucoup de gravité et de tristesse l’éloge funèbre de son fils. Toutes les victimes de l’antisémitisme en France de ces vingt dernières années à l’exception de Mireille Knoll reposent aujourd’hui sous la terre sainte d’Israël.

Un reportage diffusé sur i24news sera consacré à l’enterrement de Sébastien Selam ce soir.

Triste journée où après l’inhumation de Sébastien, j’ai visité les parents et la famille de Shirel Aboukrat littéralement détruits par l’assassinat de leur petite fille.

À l’heure où une vague d’attentats islamistes frappe Israël et a déjà fauché onze vies en une semaine, triste destin du peuple juif de craindre pour son existence même sur sa terre sacrée.

Que son souvenir sacré soit source de bénédictions.

Meyer Habib, député de la 8ème circonscription des Français établis hors de France.

 

Whats-App-Image-2022-03-31-at-12-03-49

FPGRCx6-Xo-AQQhwm