Philippe Meyer

Président du B'nai B'rith France

Blog du Crif - "Si je t’oublie Jérusalem…"

15 Décembre 2021 | 190 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

 

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires ! 

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Pages

Actualité

Pages

Israël

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Un ouvrage sympathique et émouvant à découvrir.

Une grande passion pour Israël et pour le peuple juif.

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

D'abord on critique, puis on dénie et pour finir on adopte. Laissons le temps au temps.

Conflit israélo palestinien, traitement médiatique, crise de l'information : analyse

Pages

Opinion

À l’heure de la réconciliation Jérusalem-Ankara, retour sur l’histoire des Juifs de Turquie.

Patricia Sitruk est membre du Comité directeur du Crif

Pages

Ce 1er décembre 2021, l'assemblée générale de l’ONU a voté par 129 voix pour, 11 contre et 31 abstentions une résolution proposée par l’Autorité Palestinienne et des pays arabes, demandant que le Mont du Temple à Jérusalem soit nommé exclusivement par son appellation arabe, niant tout lien entre ce lieu central de la civilisation juive et le peuple juif. Et ceci est intervenu en pleine fête de Hanouka qui célèbre la réinauguration du Temple de Jérusalem après la victoire des Maccabées il y a près de vingt-deux siècles. Une provocation, un affront.

Parmi les 129 voix, il y eut à nouveau celle de la France. Imperméable à l’évolution de la donne géopolitique dans la région, la diplomatie française demeure revêtue de ses vieux habits usés et empêtrés dans son logiciel périmé. Les intérêts économiques, démographiques et électoralistes font le reste. 

Mais au-delà de ce vote inique, qui n’est ni le premier, ni sûrement le dernier, c’est ce décalage entre les paroles et les actes qui devient insupportable. On prononce de grands discours contre l’antisémitisme. On commémore bougie à la main les victimes juives de l’islamisme radical. On déclare son amitié à Israël devant les caméras et les photographes. On adopte la définition IHRA de l’antisémitisme qui lie ce mal absolu à l’antisionisme. Et finalement, on vote ce texte honteux.

Non Monsieur le président de la République, on ne combat pas l’antisémitisme en s’alliant à la meute antisioniste dans les instances internationales et en se soumettant à son diktat.

Non Monsieur le ministre des affaires étrangères, on ne combat pas l’antisémitisme et on ne construit pas la paix en maintenant une diplomatie à charge contre Israël, en cédant au mensonge et au révisionnisme de l’histoire d’Israël et du peuple juif, en parlant d’apartheid en Israël.
Le combat contre l’antisémitisme passe avant tout par la cohérence des propos et le courage des actes. Ce 1er décembre à l’ONU, la France a manqué de l’une et de l’autre.

A l’issue de tout mariage juif, le marié casse un verre après la récitation du psaume 137 « Si je t’oublie Jérusalem … », réaffirmant notre lien éternel et inaltérable à la ville de la paix. Ce 1er décembre à l’ONU, la France a une fois de plus oublié Jérusalem, envoyant un signal inquiétant pour l’avenir.

Philippe Meyer, Président du B’nai B’rith France

(Article paru dans l’édition du 16 décembre 2021 d’Actualité Juive)