Marc Lévy

Représentant du Crif en Israël

Blog du Crif - Yom Hashoah à Roglit en Israël

29 Avril 2022 | 135 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Pages

En Israël l’on ne commémore pas la Shoah, mais le « Yom HaShoah veha Guevoura », car l’on adjoint au terme « Shoah » l’héroïsme de la vaillance de toutes les formes de résistance, la « Guevoura ».

Cette commémoration a lieu à Roglit, au pied des monts de Judée, au mémorial édifié en 1981 par l’Association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France de Serge Klarsfeld.

Après deux années d’interruption due à la pandémie, la commémoration était remarquablement coorganisée par Valéry Spira pour les FFDJF et Shlomo Balsam pour "l’association des enfants cachés Aloumim".

Mme Spira qui n’a pas connu son grand-père déporté lors de la « rafle des notables » a su   nous restituer ce que furent ces journées terribles.

Shlomo Balsam qui a consacré sa vie à la Shoah et qui, pour sensibiliser les jeunes leur fait écouter la chanson de Jean Jacques Goldman « Comme toi » a lu la lettre de celui-ci expliquant l’avoir écrite pour lutter contre la représentation traditionnelle des déportés en pyjama rayé, qui fait oublier leur visage d’avant !

La France était représentée par l’ambassadeur SE Éric Danon et par les Consuls Généraux Madame Florence Mayol-Dupont à Tel-Aviv et Monsieur René Troccaz à Jérusalem.

Dans son discours, Monsieur Danon a su sortir du cadre mémoriel pour affronter les nouveaux visages de l’antisémitisme : la haine islamiste et l’antisionisme. Il a rappelé l’engagement du Président Macron et des pouvoirs publics sur les terrains judiciaire, scolaire et universitaire. Il a enfin annoncé des initiatives législatives pour imposer aux géants du numérique le retrait « au plus vite des contenus haineux ».

Parce que « les témoins des témoins deviennent des témoins », trois jeunes filles du lycée de Guivat Washington d'Ashdod ont lu trois lettres écrites par des jeunes filles avant leur déportation dont elles ne sont pas revenues.

Jean-Pierre Stroweis a ensuite présenté son importante réalisation :la mise en ligne du « Mémorial de la Déportation des juifs de France » accompagnée d’un puissant moteur de recherche qui permet le recoupement avec d’autres bases de données.

Enfin, Gérard Pompers a lancé un appel à témoignage pour le Musée Mémorial du combattant juif 1939-1945 qui ouvrira en juin prochain à Latroun, lieu des dures batailles pour la route de Jérusalem lors de la guerre d’indépendance.

Commencée avec la sirène du souvenir -parce que les mots sont littéralement impossibles- la commémoration s’est achevée par le kaddish, la Marseillaise et la Hatikvah qui signifie l’espérance.

 

Marc Lévy, Représentant du Crif en Israël

Memorial-of-the-Holocaust-in-France-in-Israel