Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Le billet de Richard Prasquier - Varlam. Un peu plus qu’un petit chat…

16 Mars 2023 | 108 vue(s)
Catégorie(s) :
Opinion

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

Comment ne pas penser à Israël, quand l’Iran vient de se renforcer sur la scène internationale entrant dans le seuil nucléaire et signant avec l’Arabie Saoudite un accord parrainé par la Chine ? Dans cette situation, il est invraisemblable, insupportable et quasiment suicidaire d’accentuer les clivages pour pousser des agendas personnels sectoriels ou même sectaires qui n’ont d’autre effet que d’affaiblir le pays.

Mais l’article du Président du Crif, Yonathan Arfi, résume si bien ce que je pense que je n’ai rien à y ajouter. J’engage vos auditeurs à le lire et à le méditer.

Et, du coup, je me permets une diversion pour écrire sur le petit chat Varlam. Il a pour maître Michaël Prazan, dont chacun connaît les remarquables documentaires. Trouvé moribond dans les étendues glaciales de la Yakoutie sibérienne pendant le tournage sur les Goulags fait avec l’historienne Assia Kovriguina, Varlam donne son nom au livre que j’ai lu sur les conseils de mon amie Éliane Klein, où Prazan analyse avec sensibilité et précision les liens qui se tissent entre un homme qui n’aime pas les chats et un chat indifférent aux hommes. Varlam est la métaphore d’une survie dans des conditions improbables, là où une température de -50° est banale et -30° est considérée comme tiède et, le livre permet mieux que le film de faire sentir ce froid qui est le premier facteur de déshumanisation, comme l’a écrit Varlam Chalamov, à qui le petit chat doit son nom.

 

Varlam Chalamov, l’auteur, entre autres, des Récits de la Kolyma, est reconnu aujourd’hui comme un immense écrivain, alors que longtemps sa réputation a été étouffée par celle de Soljenitsyne. Chalamov a survécu comme « zek », c’est le nom des prisonniers du Goulag, aux pires conditions pendant 14 ans dans la Kolyma, cette région presque inhabitée de l’extrême est de la Sibérie. Une fois libéré, cet homme inconnu de tous correspondait de poète à poète avec Boris Pasternak, futur Prix Nobel et recevait dans un bureau de poste perdu au fond de la Sibérie, le manuscrit du Docteur Jivago…

 

Le livre de Michael Prazan est une plongée dans le Goulag, comme l’avait été son documentaire. Grâce à la ténacité des militants de l’Association Memorial, fermée en décembre 2021, au témoignage des survivants et au travail des historiens, on connaît aujourd’hui l’ampleur de ce crime majeur que fut le système des goulags, bagne dans des conditions effroyables, qui a fonctionné massivement pendant une trentaine d’années et qui, associé aux exécutions de masse, notamment au cours de la grande purge, aux déportations de population et aux famines organisées, comme le Holodomor en Ukraine, a fait de Staline un des plus grands assassins de l’histoire. Les goulags sont l’extension, multipliée par mille, du système de déportations des indésirables que Pierre le Grand avait institué en Russie, que Dostoïevski a décrit dans les Souvenirs de la Maison des Morts, que Lénine, qui en avait lui-même subi une version « soft » dans sa jeunesse, a considérablement durci et que Staline a poussé au paroxysme.

 

Le goulag n’est pas, Prazan le rappelle, un processus d’extermination pour éradiquer une humanité dite inférieure, comme il en fut des Juifs et des Tsiganes pendant la Shoah. L’esclavage dans les goulags résulte de choix économiques qui sont la sinistre caricature de la déshumanisation que les marxistes reprochaient aux capitalistes ou impérialistes : il s’agissait d’exploiter le travail des hommes pour en tirer le maximum de bénéfices, dans des régions au riche potentiel minier mais dont les conditions décourageaient le volontariat. La mort des travailleurs n’était qu’un épiphénomène tant que la force de travail pouvait être renouvelée. 

On trouve facilement des justifications idéologiques : l’intérêt supérieur du prolétariat soviétique, fer de lance de la révolution mondiale, était un argument tellement efficace qu’on a vu des zeks libérés redevenir des militants communistes acharnés ou des victimes crier « Vive Staline ! » avant d’être fusillées sur ses ordres.

 

Beaucoup de Russes considèrent qu’il ne sert à rien de culpabiliser sur l’histoire et on se doute que ce n’est pas une priorité du régime poutinien. Je pense que c’est un devoir moral, mais aussi un besoin pour la survie de notre espèce, que d’analyser sans fioritures et fausses excuses ce que l’homme a pu faire à l’autre homme, en espérant que cela rende plus difficiles les mensonges pour justifier une récidive. Mais je suis moins optimiste que dans le passé sur les vertus préventives de la pédagogie mémorielle.

Il faut aussi se demander pourquoi les crimes staliniens ont bénéficié de la relativisation et de l’esquive, et pas seulement dans l’immédiate après-guerre, quand la gloire de Staline était à son comble, mais sa paranoïa aussi. 

Curieusement, c’est un universitaire d’Israël, alors la Palestine mandataire, qui fut le premier à écrire sur les Goulags. Julius Margolin avait rendu visite à sa mère en Pologne en septembre 1939. Bloqué par la guerre, réfugié en URSS il fut envoyé au Goulag jusqu’en 1945. À son retour en Palestine, il écrivit le Voyage au pays des Ze-Ka, mais ce livre fut longtemps refusé de publication…

Pour finir, une constatation d’évidence : des pays où on enferme les prisonniers politiques, avec ou sans travail forcé et parfois dans des conditions analogues à celles du Goulag, il en existe plusieurs sur la planète : je citerai la Chine, l’Iran, la Russie, la Corée du Nord, la Birmanie, mais ce n’est pas exhaustif…

Aucun de ces pays n’est une démocratie. Et cela, Léa, c’est un des arguments qui me poussent à être furieusement démocrate…

 

Richard Prasquier, Président d'honneur du Crif 

 

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -

 

 

À lire aussi :

Crif - Édito du Président du Crif : Regard juif de France sur la crise en Israël