Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Heureux comme un Juif en France ? Réflexions d’un rabbin engagé, par Yann Boissière

22 Mars 2021 | 371 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Francis Kalifat a bien connu Robert Castel, durant les dernières années de sa vie. Ce fut une très belle rencontre, il garde en mémoire de beaux souvenirs. Francis Kalifat était présent à son enterrement. 

Martine Ouaknine est adjointe au Maire de Nice, déléguée au devoir de mémoire, à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, conseillère métropolitaine et départementale, présidente honoraire du Crif Sud-Est.

Pages

Actualité

Pages

Antisémitisme

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Portrait de Jean Pierre Allali
LECTURES
|
24 Mai 2016
Catégorie : France, Antisémitisme

Malka Marcovich et Jean-Marie Dubois publient un ouvrage original sur un thème peu exploré jusqu'ici:la contribution de la société des transports parisiens à l'organisation de la déportation des Juifs de France aux heures sombres de l'Occupation nazie

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Là-bas, la crainte d'une menace russe est la principale raison qui exacerbe les passions identitaires.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Deux historiens français l’ont fait et publient ce mois d’avril en collection Que Sais-je Les 100 mots de la Shoah.

"La Place de la République ne vous appartient pas".

Dimanche dernier, des militants du Collectif Anti Boycott se sont rendu face à une manifestation BDS.

Quel est donc ce mouvement qui s'est vu offrir une tribune hier au journal télévisé de France 2 ?

Lundi 11 janvier, à Marseille, un jeune turc de 15 ans attaquait à la machette un enseignant juif portant une kippa. Une affaire qui devait provoquer une grande émotion, et qui a inspiré à Jérôme Fenoglio, le directeur du journal « Le Monde », un éditorial remarquable. En voici un extrait : « Ce mal, il faut le considérer pour ce qu’il est : le produit des noces mortelles entre djihadisme et antisémitisme. Le terrorisme fondamentaliste (…) reprend tous les stéréotypes du vieil antisémitisme européen, accommodé à la sauce de l’heure, mélange de théories du complot importées du Moyen-Orient et transportées par Internet ».

A force de tenir des raisonnements primaires, ami de Gôôôôche, tu es devenu primaire

Ce soir, jeudi 22 octobre, France 3 diffuse à 23h15 « Profs en territoires perdus de la République ? »

Pages

Opinion

Pages

Heureux comme un Juif en France ? Réflexions d’un rabbin engagé, par Yann Boissière (*)

 

« Gliklekh vi Got in Frankraykh », « Heureux comme Dieu en France ». L’adage yiddish est bien connu avec son corollaire : « Leibn vi Got in Frankfaykh », « Vivre comme Dieu en France ». Ou, comme le disait Henri Heine, en 1826,  dans ses « Tableaux de voyage » : « Leben wie Gott in Frankreich ». C’est ce concept qui fera dire, au père d’Emmanuel Levinas, du fin fond de sa Lituanie natale, après la réhabilitation du capitaine Dreyfus : « Un pays dans lequel on réhabilite un petit capitaine juif est un pays où il faut aller ». Et la famille Levinas émigrera en France.

Le rabbin Yann Boissière a choisi un titre similaire pour son livre mais il l’assortit d’un point d’interrogation qui traduit les préoccupations actuelles de la communauté juive de France.

Étonnant parcours que celui de Yann Boissière, catholique de naissance, mais très éloigné de la pratique religieuse, qui, après la mort de sa mère, en 1989 et une audition de Pierre-Henri Salfati, place des Vosges, sur le « Cantique des Cantiques », découvre le judaïsme qui lui va comme un gant : « C’est ça le judaïsme ? Mais c’est moi ! ».Dès lors, « La décision de me convertir au judaïsme est douce, nette et sans bavure ».

Yann Boissière se tourne alors vers le MJLF, Mouvement Juif Libéral de France, alors dirigé par les rabbins Daniel Farhi et Pauline Bebe. Un mouvement qui, en 2019, se rapprochera de l’ULIF-Copernic pour former le JeM (Judaïsme en Mouvement). Au bout de deux années de préparation, Yann Boissière est intégré dans le Klal Israël par un Beit-Din et, après sa conversion, s’engage fortement dans le MJLF-Est. En 1997, le voilà adjoint de la directrice du Talmud-Torah et, en 2007, il décide de devenir rabbin. Sa formation se fera à Paris, à Berlin et à Jérusalem. En 2011, il est ordonné rabbin à Bamberg en Allemagne avant de rejoindre, au MJLF, Delphine Horvilleur et Steven Berkowitz. « Je me sens porteur de la sensibilité libérale du judaïsme », aime-t-il rappeler. Car, à l’entrée dans le monde moderne, trois solutions se présentaient au peuple juif : l’assimilation, l’orthodoxie ou le libéralisme, la réforme en somme dans le sillage des travaux fondateurs du rabbin Abraham Geiger.

Deux sujets sociétaux sont particulièrement sensibles pour le judaïsme libéral : la patrilinéarité et l’égalité hommes-femmes.

Dans le petit livre bien documenté, qu’il vient de publier, le rabbin Boissière aborde le sujet délicat de l’inquiétude de la communauté juive avec la montée d’un antisémitisme virulent. À l’antijudaïsme chrétien et à la haine raciale portée par l’extrême-droite, se sont désormais ajoutés l’antisémitisme porté par la culture musulmane sur fond de conflit israélo-arabe et celui de la gauche extrême, libertaire ou altermondialiste axée sur une détestation profonde de l’État d’Israël. Et la pandémie de Covid-19 n’a pas arrangé les choses, les théories du complot accusant les Juifs d’être responsables de l’apparition et de la diffusion du virus se multipliant à travers l’Europe.

Tout cela fait que beaucoup de Juifs de France ont perdu patience, choisissant le départ, l’alya, pour Israël. Et si, entre 2012 et 2016, l’étiage des départs se situait aux environs de 2000 âmes, il atteint 8000 personnes en 2017. Alors, « que faire si Marine Le Pen accède au pouvoir : partir ou entrer en résistance ? »

Bref, « Les Français juifs doivent maintenant décider de continuer ou non leur histoire française ».

Des pages très intéressantes sont consacrées au dialogue judéo-chrétien et aux relations entre judaïsme et islam. « Le dialogue entre Musulmans et Juifs est donc à la fois naturel et complexe, marqué par le conflit mais aussi par une culture commune ».

On regrettera l’absence d’un chapitre sur les relations du judaïsme avec le bouddhisme et l’hindouisme. Mais la richesse de cet ouvrage est telle qu’on ne saurait bouder notre  plaisir à sa lecture.

À découvrir en urgence !

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Tallandier. Mars 2021. 158 pages. 15,90 €.

 

Le Crif vous propose aussi :