Jean Pierre Allali

Jean-Pierre Allali

Lectures de Jean-Pierre Allali - Le dernier carré des « fils et filles », par Claude Bochurberg

26 Avril 2023 | 165 vue(s)
Catégorie(s) :
Opinion

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

Le dernier carré des « fils et filles », par Claude Bochurberg (*) 

 

Ostéopathe réputé, journaliste, écrivain, fils d’André Bochurberg, né le 12 décembre 1910 à Paris, sous-officier dans l’armée française et déporté par le convoi 73, Claude Bochurberg est indéfectiblement lié au combat pour la mémoire de la Shoah. Compagnon de la première heure de Beate et Serge Klarsfeld, il milite inlassablement au sein de l’Association des Fils et Filles de Déportés Juifs de France. 80 ans après le départ des derniers convois de déportés juifs de France pour les camps de la mort, les derniers témoins disparaissent. Parmi eux, Annette Zaidman qui nous a quittés dans la nuit du 2 au 3 octobre 2022 et à laquelle ce livre est dédié. Un livre en forme d’hommage à tous ces héros. Comme le dit fort justement, en préambule, Serge Klarsfeld, « Confrontée avec l’âge et l’affaiblissement, la volonté de notre Dernier Carré de tenir jusqu’au bout est exceptionnelle ».

Souvenons-nous de Milo Adoner, l’infatigable « Missiou Milou » disparu le 4 mars 2020, de Charles Liché, Addy Fuchs, André et Micheline Chomand, Jo Nisenman, Charles Testyler, Georges Ostier, Charles Baron, Walter Spitzer, Georges Casuble, Lazare Domniez, Albert, « le colosse » et Fanny Hochbaum, Jo Wajsblat, Georges Wojakowski, « Jojo », Michel Polinowski (décédé à l’âge de 101 ans), Maurice Lippe, Henri Zajdenwerger, Henri Bulawko…

Ce petit recueil est aussi l’occasion d’évoquer la figure de militants trop tôt disparus : le Rabbin Daniel Fahri, « homme de pensée et d’action », Jacques Toros, natif de Rio, dit « Jacquot El Toro », Tommaso Zanzotto, époux d’Éliane Rawicz, dont le père, Max, fut déporté dans les Pays Baltes, Edwige Plaut, épouse de Paul Delcampe. Gabrielle Balseiro, ancienne institutrice et archiviste efficace, Monique Epsteinas, Hubert Cain, Christiane Lacroix, Louise Cohen, et bien d’autres.

La mémoire, c’est aussi l’œuvre de pierre, nous dit Claude Bochurberg en référence au Mur sur lequel sont gravés les noms de 4 000 enfants juifs raflés le 4 juillet 1942 et qui est érigé au sein du Jardin des enfants du Vél d’Hiv, rue Nélaton à Paris, le nouveau Mur des noms au Mémorial de la Shoah, inauguré en 2020 par le Président Emmanuel Macron ou encore le Monument de Roglit en Israël et le Mur des Noms de Nice. Sans oublier les nombreuses plaques mémorielles à travers tout le pays.

Le philosophe Vladimir Jankélévitch est abondamment cité tout comme Martin Buber. Un agréable cahier iconographique illustre l’ouvrage

La pierre, les écrits, les fichiers informatiques, tout se conjugue pour que le souvenir de nos héros demeure à jamais.

Émouvant !

 

Jean-Pierre Allali

 

(*) Édité présenté et édité par Serge Klarsfeld, F.F.D.J.F, octobre 2022, 80 pages