Blog du Crif - Tempête Alex : la naturelle solidarité des associations juives, par Martine Ouaknine

23 October 2020 | 152 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 November 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Des visages sur nos morts
|
14 November 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Virginie Guedj-Bellaïche's picture
#JeNaiPasPeur
|
14 October 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Je suis Israélien, je suis Charlie
|
13 October 2015
Catégorie : Actualité

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Réaction suite à la nomination de l'Arabie Saoudite au Conseil des Droits de L'Homme.

L'Europe doit se mobilier pour le sort des réfugiés

Pages

Martine Ouaknine est adjointe au Maire de Nice, déléguée au devoir de mémoire, à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, conseillère métropolitaine et départementale, présidente honoraire du Crif Sud-Est.

Le Vendredi 2 octobre, en quelques heures, les 3 vallées de la Vésubie, de la Roya et de la Tinée qui composent le pittoresque paysage  entre mer et montagne, ont été dévastées.

L’avis d’alerte lancé par la Préfecture et accompagné de la fermeture de tous établissements scolaires avait pu paraître à certains, excessif, sauf quand les éléments se sont déchaînés, emportant tout sur leur passage : habitants, sauveteurs, maisons, véhicules et végétation et semant la désolation. 

Le spectacle stupéfiant de routes et de ponts coupés en deux, de rivières transformées en torrents avec une montée des eaux que rien ne semblait pouvoir arrêter. Plus de 100 maisons effondrées comme des châteaux de cartes et toute communication avec l’extérieur coupée pendant de très longues heures.

À la nuit tombée, s’ajoutaient les baisses de température et la crainte de ne pouvoir porter secours aux victimes.

Les nombreuses personnes sidérées et traumatisées, certaines ayant tout perdu, ont été rapatriées sur Nice, par les hélicoptères de l’aviation civile qui ont fait pendant plus de 15 jours, des rotations ininterrompues de 8h du matin à 22h.

Tous les villageois entendent revenir dans ces villes qui constituent leur identité même s’ils n’ignorent pas que la reconstruction sera longue et difficile avec l’objectif de se prémunir d’autres catastrophes. 

La mobilisation des élus a été à la hauteur de ce que ces villages de montagne représentent pour eux : une partie indissociable de leur patrimoine. Tous les services publics ; agents des métropolitains, du département, de la gendarmerie, les pompiers, les forces de police et de la sécurité civile, les agents préfectoraux ont été impressionnants par leur efficacité et leur dévouement.

Le Département des Alpes Maritimes, la Région Sud et la Principauté de Monaco ont voté des aides importantes. La Métropole a souhaité voter un budget conséquent d’un milliard d’euros non seulement pour reconstruire ces vallées et permettre à ses habitants de retourner y vivre, mais pour que ces villages redeviennent très vite la vitrine du tourisme alpin azuréen. 

Pour accompagner les personnes évacuées vers l’aéroport de Nice, la grande salle de concerts du Palais Nikaia de Nice a été transformée en centre de collecte des dons en nature. 

Une cellule d’aide et d’assistance a été mise en place à la Maison d’accueil des Victimes (MAV) de la Ville de Nice, autour d’une plateforme téléphonique unique et de 3 pôles accompagnement psychologique et social, logistique (rapatriement et hébergement avec une cellule dédiée à la reconstitution des documents d’état civil et la rescolarisation des enfants), - juridique (conseils aux sinistrés et démarches auprès des assureurs et services fiscaux, appel aux propriétaires de logements vacants de les mettre à disposition).

C’est aussi dans ce territoire privilégié baigné de soleil, avec une mer d’azur et un ciel lumineux que des pages de vies se sont écrites et on n’en rappellera que quatre d’entre elles, expliquant que la Communauté juive (Crif, Consistoire de Nice, FSJU national, B’nai B’rith Régional, Mouvement Massorti, Mouvement Habad, Keren Hayesod) ait spontanément tenu à manifester sa solidarité matérielle et financière envers une région qui fut le berceau d’accueil bienveillant de tant de juifs italiens, français ou apatrides venus se réfugier en zone libre ou rapatriés d’Afrique du Nord. 

  • La Communauté juive sera la première à voter massivement le rattachement du Comté de Savoie à la France et à apporter à l’économie un essor important notamment avec le port de Nice. 
  • André Jacob, architecte brillant (second Grand prix de Rome) et père de Simone Veil, s’installera en 1924 à Nice avec sa famille et réalisera de nombreux projets dans ces vallées avant d’être déporté en 1944. Ses petits fils inaugureront le mur des Justes édifié par la Ville de Nice,  La Ville de Nice a su affronter les démons du passé et engager un travail de mémoire très important avec le Département et les voyages de la mémoire depuis plus de 18 ans.
  • Serge Klarsfeld réfugié à Nice avec sa famille à l’âge de 8 ans, verra son père arrêté par la gestapo mais reviendra chaque année en pèlerinage pour transformer cette période douloureuse en œuvre pédagogique : une plaque sera posée en face de l’hôtel Excelsior, siège de la gestapo et Serge et Beate Klarsfeld ont largement contribué à la réalisation du Mur des Déportés inauguré par la Ville de Nice en 2020.  
  • Les douloureux souvenirs du passé ont été ravivés par le sort de Saint Martin Vésubie, ville nommée Juste parmi les nations, qui a sans doute le plus souffert de cette catastrophe. 

Une telle solidarité répond donc à l’un des préceptes de « justice » du judaïsme à l’égard d’un territoire qui lui tient à cœur, car terre d’accueil depuis toujours.  

 

Martine Ouaknine

Adjointe au Maire de Nice, déléguée au devoir de mémoire, à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, conseillère métropolitaine et départementale, présidente honoraire du Crif Sud-Est.