Gérard Fellous

Expert et consultant auprès des Nations Unies et de l'EU

70 ans après Aushwitz, l'antisémitisme gangrène encore l'Europe...

29 Janvier 2015 | 711 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Compte-rendu d'un magnifique livre de Benjamin Stora qui raconte son enfance juive à Constantine.

 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Pages

Actualité

J'ai répondu aux questions d'Olivier Lerner dimanche 4 décembre lors de notre Convention Nationale

Halte à la discrimination d'Israel, le CRIF proteste suite à la décision d'étiqueter les produits israeliens. 

Suite à l'annonce de l'adoption de la directive de l'E.U sur l'étiquetage des produits israéliens le Crif a réagit à travers un communiqué, j'ai voulu dénoncer la décision française et l'obessession israelienne.

J'ai répondu aux questions de Sputnik news.

« Si on parlait de la France ? Français, juifs et citoyens » : c’est le thème de la 7e Convention nationale du Crif le dimanche 4 décembre au Palais des Congrès de Paris.

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Donald Trump est un excentrique narcissique qui au cours de sa campagne électorale a fait du mensonge une arme redoutable.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Portrait de Jean Pierre Allali
ADIEU SHIMON
|
29 Septembre 2016
Catégorie : Actualité

L'ancien président de l'État d'Israël, mon ami Shimon Peres, prix Nobel de la Paix 1994 est mort dans la nuit du 28 septembre 2016. Il avait 93 ans.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Pages

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

En ce 27 Janvier 2015, marquant la 70e commémoration de la libération du camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne, où un million de Juifs, enfants, femmes, hommes vieux ou jeunes, furent exterminés, originaires de différents pays d’Europe, sur six millions pour l’ensemble de la Shoa, ni les Juifs, ni l’ensemble des Européens n’ont encore réussi à panser leurs plaies, car leur incommensurable douleur commune est sans cesse ravivée en ces années 2 000.

Quantitativement et de par leur nature, les manifestations d’antisémitisme (menaces et violences) se sont aggravées au cours des dix dernières années partout en Europe, et singulièrement en France : C’est le constat que je fais, après avoir été l’instigateur et le rédacteur des Rapports annuels sur « La lutte contre le racisme et la xénophobie » que la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) a remis à neuf Premiers ministres entre 1990 et 2006, ainsi qu’à l’origine, avec Jean Kahn, de la création de l’Observatoire européen des phénomènes racistes et antisémites.

L’Europe souffre aujourd’hui de nouvelles formes d’antisémitisme évolutives qui ont une double origine :

· En premier, une transposition en France, de même que dans l’ensemble des pays européens, du conflit israélo-palestinien, en une sorte de confusion entre antisionisme et antisémitisme.
· Les mutations des extrêmes-droites européennes qui ont donné naissance à des partis populistes.

Mais cette double pseudo légitimation de l’antisémitisme a encore évolué au cours des derniers mois.

 

En fonction du terrorisme islamique

Si  on examine l’évolution de l’antisémitisme en France, qui s’est accru de 101% en 2014 par rapport à l’année précédente, on constatera qu’il n’a pas évolué de manière linéaire. Les assassinats de Merah à Toulouse, de Nemmouche à Bruxelles, et de Coulibaly à Vincennes ont été suivis de pics d’antisémitisme, de même que lors des attaques du Hamas contre Israël.

La nature de cet antisémitisme s’est de même aggravée : En 2014, le ministère de l’Intérieur enregistrait 851 actes de violence, contre 423 pour  l’ensemble de 2013.

C’est le terrorisme de l’Etat islamique-Daech qui a fait passer l’antisémitisme dans une autre dimension, celle qui vise directement les Juifs, partout où ils se trouvent, sans user du prétexte du conflit israélo-palestinien. Ainsi, pour le seul mois de Janvier 2014, 85 actes antisémites ont été recensés en France, soit autant que durant l’ensemble de  l’année 1999 (82 actes). On avait constaté ce phénomène en 2012, après la tuerie de Merah à l’école juive de Toulouse, lorsque 10 jours après le drame, le service de protection de la communauté juive avait recensé 90 actes antisémites, dont un grand nombre « commis en faisant référence au soutien ou à l’identification à Merah », selon les services spécialisés.

 

Si l’accroissement des violences physiques antisémites de 130% est  sensible en 2014, l’immense majorité de cet antisémitisme concerne des insultes, des menaces, des dégradations tels que des tags. Cette banalisation de l’antisémitisme a pris des formes très insidieuses,  telle cette « pudeur » de certains reporters qui se sont obstiné à situer le massacre de la porte de Vincennes, dans un « Hyper Cacher », il est vrai du nom de l’enseigne de l’épicerie, mais sans jamais indiquer que c’était un commerce juif, fréquenté par des Juifs, et qu’il s’agissait de tuer le plus grand nombre de Juifs possible. On a même vu, une assemblée de notables très respectables mettre à l’ordre  du jour de ses travaux, l’examen de « l’attaque contre un hypermarché ».  Les observateurs spécialisés ont dû battre leur coulpe d’avoir ignoré jusque- là que le djihadisme de Daech était entré en « guerre contre la grande distribution ».

La seconde caractéristique de cette extension de l’antisémitisme est qu’elle touche la quasi-totalité des pays du Conseil de l’Europe.

Le Conseil de l’Europe, mobilisé à depuis avril 2014, a adopté à l’unanimité (26 juin 2014) une Recommandation qui, sous le titre : « Lutter contre l’antisémitisme en Europe »,  se déclare « vivement préoccupé par la banalisation d’une part et l’aggravation de l’antisémitisme sous des manifestations anciennes et nouvelles d’autre part qui frappent la quasi-totalité des Etats membres».  La Conférence des Organisations internationales non gouvernementales (OING) du Conseil de l’Europe, parmi lesquelles  nombre d’organisations juives, qui en a pris l’initiative,  estime également que « l’antisémitisme constitue une grave menace et une agression  contre la démocratie, les valeurs universelles des droits de l’homme et la cohésion sociale, fondées sur le respect de la dignité humaine ».

Cette recommandation adressée aux 47 Etats membres ainsi qu’aux institutions européennes (Conseil des ministres, Assemblée parlementaire, Congrès des pouvoirs locaux, ainsi que tous les organes compétents du Conseil de l’Europe), se déclare « convaincue que l’Europe dont l’histoire est marquée par l’antisémitisme et qui, il y a 70 ans, a été frappée par le génocide spécifique que fut la Shoah se doit aujourd’hui de condamner et de combattre fermement l’antisémitisme ».

Une étude/ rapport sur les faits et la typologie en Europe
Cette recommandation était justifiée par notre étude/rapport sur « La montée de l’antisémitisme en Europe dans les années 2 000 ». ( Etude disponible sur le site gerardfellous.fr).

Elle établit que statistiquement et qualitativement les manifestations d’antisémitisme se sont très sensiblement aggravées, partout en Europe. Bien que nombre d’Etats n’en font toujours pas un décompte  précis, les institutions européennes, qu’il s’agisse de l’Agence des droits fondamentaux ou de l’ECRI, tout comme des organismes indépendants, attestent de cet accroissement, dont les détails dont donnés avec précisions, y compris dans des pays qui n’ont aucune tradition en la matière.