Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Le Covid-19 : cet ennemi invisible

16 Octobre 2020 | 27 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

Pages

Actualité

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Dimanche 13 janvier 2019, le Crif a organisé un voyage de mémoire à Auschwitz-Birkenau. Ensemble, au cours de cette journée, nous avons honoré le devoir de mémoire qui nous incombe et sommes devenus les témoins des témoins.

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Pages

Opinion

Découvrez ma lecture du livre de Ginette Kolinka, "Retour à Birkenau".

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pages

Après avoir croisé la Covid, c’est avec un immense plaisir que je vous retrouve en cette veille de shabbat qui verra l’entrée en vigueur du couvre-feu annoncé par le président Macron. Un terme terrible qui en dit long sur la situation actuelle.

Depuis cette annonce, comme à chaque annonce depuis le début de cette pandémie, les commentaires vont bon train. Les prises de parole se multiplient et nous assistons à une succession d’analyses qui se contredisent souvent. Ce bal des « je sais tout » ne fait que participer à une confusion qui perturbe tous nos concitoyens qui vivent avec plus ou moins d’inquiétude une situation qui les fragilise, perturbe leur quotidien et obscurcit leur lendemain.

Il est grand temps pour tous ceux qui se disent spécialistes ou experts de se taire !

Le pil-poul des scientifiques doit se poursuivre dans les laboratoires de recherche ou dans les cercles d’études. Le poker menteur de certains politiciens ne semble pas leur faire prendre conscience du trouble qu’ils occasionnent et de la mise en danger de la vie !

La Vie ! C’est bien de cela dont il s’agit. Comme tous le savent le virus tue ! Et lorsqu’il ne tue pas, il frappe plus ou moins fort ceux qui le rencontrent ou le croisent.

La panoplie des signes va de l’absence de signes au lit d’hôpital.

C’est à tous ceux qui ont souffert ou qui pleurent un être disparu qu’il faut penser avant de parler.

Certes on nous a menti par crainte d’avouer une impuissance ou parfois une incompétence. Nous aurons l’occasion de faire cette analyse lorsque nous serons sortis de cette « guerre ».

Six mois sont passés et nous constatons encore les effets de toutes ces erreurs et errements. 

Aujourd’hui, nous connaissons mieux notre ennemi, nous connaissons mieux les moyens d’en limiter la morbidité.

Tout le corps médical est sur le pont et se bat au quotidien mais cette bataille n’est pas encore gagnée. Les conséquences économiques sont graves voire dramatiques mais la France est unique et exemplaire dans son soutien financier et l’accompagnement qu’elle a mis en place.

En cette veille de shabbat et du couvre-feu, soyez forts, prenez du recul et profiter de ce moment privilégié que représente le shabbat pour vous ressourcer et vous dépolluer d’une information en continu qui dans 90 % des cas ne cherche qu’à faire de l’audimat.

Le couvre feu est une mauvaise passe de plus mais demain sera meilleur. Gardez le moral, vivez pleinement chaque minute et chaque jour. Redécouvrons les plaisirs simples et essentiels. Soyons plus que jamais solidaires des plus faibles ! Protégez-vous et protégez ceux que vous aimez

Vivez pleinement malgré cet ennemi invisible.

Soyez en bonne santé.

 

Gil Taïeb