Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Notre Hanita nous a quitté

24 Avril 2020 | 335 vue(s)
Catégorie(s) :
Israël

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

D'abord on critique, puis on dénie et pour finir on adopte. Laissons le temps au temps.

Conflit israélo palestinien, traitement médiatique, crise de l'information : analyse

Portrait de Sophie Taïeb
Incendie du tombeau de Joseph
|
16 Octobre 2015
Catégorie : Israël

Détruire la cité ancienne de Palmyre et faire brûler le tombeau de Joseph reviennent-ils vraiment au même ? Pas pour tout le monde.

Quand les larmes se transforment en espoir d'un monde meilleur.

Maxime Perez est journaliste, correspondant pour la presse française en Israel et spécialiste des affaires militaires pour la chaine i24News.
Marc Knobel Directeur des Etudes du CRIF à confié à Maxime Perez le soin de présenter une étude sur l'Opération Bordure Protectrice.

Lundi dernier, l’ancien Président de la République était en Israël. Une visite étrange, hybride où le mélange des genres s’ajoute à la confusion des rôles.

Les français d'Israël, et en particulier ceux qui ont immigré de France durant les quinze dernières années, ont en grande majorité souhaité la réélection de Benjamin Netanyahu.
Déçus par l'attitude des politiques français face à l'islamisme et l'antisémitisme, beaucoup voient en Bibi un dirigeant politique charismatique doté d'une capacité à affirmer avec une assertivité rare la cause d’Israël à la face du monde et savent que ses concurrents en politique n'ont pas cette compétence exceptionnelle.
De plus, comparant la réussite de l'économie d'Israël face à la faillite de l'économie française, ils ne comprennent pas pourquoi la plupart des médias israéliens et analystes politiques sont tellement critiques envers celui qu'ils considèrent à juste titre comme un héros du peuple juif. 

Le 17 mars dernier, les israéliens ont voté et réélu Benjamin Netanyahou.

Pages

Dans quelques jours, Israël se souviendra de tous ceux et toutes celles qui tout au long de sa jeune Histoire ont donné leur vie pour que naisse et grandisse l’État Juif. Comme chaque année,  cette journée du souvenir précédera la commémoration du jour de l’indépendance : Yom Haatzmaout.

Deux jours qui nous rappellent que pour mériter et fêter la création d’Israël, il faut d’abord se souvenir et honorer ceux et celles sans lesquels rien n’aurait été possible et encore aujourd’hui rien ne serait possible.

Cette année, sera une année particulière que nous ne pourrons oublier car pour la première fois depuis 72 ans, les cimetières militaires seront fermés. À chaque Yom à Zikaron , partout, les amis et les familles Ont l’habitude de se retrouver afin de refaire vivre le souvenir de cet ami, ce père , ce frère, ce fils ou cette fille qui n’est plus et que personne n’a oublié. Cette année, le Covid19 interdira ces déplacements et ces réunions fraternelles . Il empêchera ces rencontres physiques mais les cœurs et les âmes seront unis quoi qu’il arrive et certainement encore plus fort que jamais.

Il est si difficile d’accepter de ne pouvoir honorer ou accompagner un être cher. 

Ce sera le cas aujourd’hui, pour une grande dame, une pionnière, une combattante, la « maman des soldats »  comme tous l’appelaient, qui va rejoindre sa dernière demeure. Hanita Attias Keidar*, une des auteurs des plus belles pages de l’Histoire d’Israël,  sera enterrée à 11h, heure israélienne. Elle qui normalement aurait été accompagnée par des milliers de jeunes et moins jeunes, par des officiers et des personnalités politiques, sera rapportée en terre par quelques soldats et par son fils. Ironie du sort, drôle de fin pour une vie si remplie . 

Malgré cela, nous serons des milliers à travers le monde à penser et à prier pour cette dame dont la vie et le parcours résume les défis et l’histoire d’Israël. 

C’est sûrement pour cela que le ciel l’a rappelé dans cette période qui nous montre à la fois notre fragilité mais aussi nous rappelle que rien est acquis et que chaque jour il faut se battre et agir. Hanita va rejoindre tous les pères fondateurs et toutes les mères fondatrices d’Israël et ensemble ils nous montreront le chemin afin que l’an prochain et toutes les années à venir nous puissions avec bonheur fêter Yom Haatzmaout.

Repose en paix Hanita et, en ton nom, bon anniversaire et longue vie à l’État d’Israël !

Mon image

Gil Taïeb

*Hanita Attias Keidar est connue en Israël sous le titre affectueux de “grand-mère des soldats seuls”.