Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Blog du Crif - Israël et la bataille médiatique

02 Juin 2021 | 265 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Des visages sur nos morts
|
14 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
#JeNaiPasPeur
|
14 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Je suis Israélien, je suis Charlie
|
13 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Réaction suite à la nomination de l'Arabie Saoudite au Conseil des Droits de L'Homme.

L'Europe doit se mobilier pour le sort des réfugiés

Portrait de Olivier Rafowicz
Tel Aviv sur Seine
|
12 Août 2015
Catégorie : Actualité

La ville blanche sera à l'honneur demain sur les berges de Paris Plage

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été grièvement blessés vendredi lorsque des extremistes israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie.
Un acte abominable , Israel doit prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer le terrorisme juif.
 

Iran's Ayatollahs were behind the bloody attack that hit the Jewish community center in Buenos Aires in 1994 that killed 84 and injured 230.

Portrait de Invité
Droit de réponse
|
19 Juin 2015
Catégorie : Actualité

Hier Joel Amar nous a fait part de son analyse de la tribune d'A.B Yehoshua publiée dans Libération le 17 Juin dernier " Du bon usage du Boycott d'Israel".

Aujourd'hui, nous publions le " Droit de réponse " d' Alain Rozenkier, Président de " La Paix Maintenant"

Joel Amar analyse la tribune de l'écrivain A.B Yehoshua publiée hier dans Libération : " Du bon usage du Boycott d'Israel" 
Paru sur mediapicking.com

Pages

Opinion
Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Israël a perdu la bataille médiatique de Gaza. Cette conclusion, annoncée avec gourmandise par les medias qui y ont sciemment contribué, est actée avec résignation par l’Etat d’Israël et ressentie comme une profonde injustice par ses amis. Quant au Hamas qui prétend avoir remporté une grande victoire militaire, il déclare que malheureusement les Yahoud, Juifs ou Israël au choix - contrôlent les medias.

En fait, depuis plus de cinquante ans, à chaque guerre, c’est la même chose. Quels que soient les arguments de ceux qui le soutiennent, et l’Ambassadeur Daniel Saada joue remarquablement son rôle, c’est Israël le coupable. Le bon sens et la vérité s’effacent devant les assignations compassionnelles, le faible contre le fort, l’occupé contre l’occupant, même si c’est le faible qui avait déclenché le conflit en envoyant des roquettes sur des civils, même si l’occupé n’était pas occupé par une armée israélienne, laquelle a quitté les lieux depuis quinze ans, mais par le Hamas, un gang de Frères Musulmans terroristes.

Certains argumentaires publiés en défense d’Israël sont remarquables. Soigneux sur le plan historique, irréprochables dans leur engagement, ils n’esquivent pas les exactions à l’égard des Palestiniens quand il y en a eu et savent combattre les critiques et accusations. Ils sont indispensables pour alimenter en faits ceux qui sont proches d’être convaincus, ceux qui veulent prendre le temps de l’analyse, ceux qui se méfient des manipulations émotionnelles et plus généralement ceux dont le regard sur le conflit n’a pas déjà été préempté par l’emprise idéologique.

Mais ils ne servent à rien dans la bataille médiatique, qui exige émotion et concision : un match avec des images, des formules, des raccourcis et de l’indignation, beaucoup d’indignation. Les officines anti-israéliennes en fournissent à revendre. Que les photos viennent de Gaza ou de Syrie importe peu. Un enfant mort et une mère en détresse font toujours l’affaire. Les israéliens n’aiment pas exposer leurs cadavres.

Dans cette guerre là, c’est Israël qui ressemble à une ville assiégée que des projectiles extérieurs, ceux de la bonne pensance, bombardent de slogans aussi définitifs qu’approximatifs. Ces missiles là sont réutilisables et leur répétition finit par créer un effet d’évidence. Contre eux un dôme de fer serait le bienvenu…

Ces roquettes verbales, vous les connaissez, Israël état colonial, état raciste, état occupant, état criminel, tueur d’enfants, victime devenue bourreau. Encore plus abjects, Israël « pire que les nazis » ou « état génocidaire » destinés à dévoyer le souvenir de la Shoah, sont pour l’instant réservés aux aficionados de la haine d’Israël, qui espèrent peu à peu les incruster dans le public.

Le terme « Etat d’apartheid » fait partie de ce florilège et a eu du succès auprès de notre Ministre des Affaires Etrangères. Curieux apartheid où les conférences diplomatiques, les tribunaux ou les staffs hospitaliers réunissent une proportion importante d’arabes. Et s’il ne s’agit que de disparités sociales, malheureusement indiscutables, mais où la France n’a pas beaucoup de leçons à donner, pourquoi ne pas les appeler par leur nom ?

Depuis longtemps la guerre médiatique utilise à l’égard des Juifs accusations infondées, clichés, insultes et caricatures  qui furent  les instruments des massacres et des expulsions. Aujourd’hui, puissamment relayé sur les réseaux, porté par des militants organisés et financés, le « name and shame » anti-israélien manipule par exemple l’émotion et l’humanisme hémiplégique de beaucoup d’étudiants américains, source majeure d’inquiétude pour l’avenir.  S’il n’est pas trop tard pour lutter contre la haine, ce combat aussi passera par des jeunes  militants sionistes aguerris aux méthodes de communication de notre temps. Certains commencent à le faire fort bien. Il en faudrait plus, beaucoup plus…

 

Richard Prasquier