Bruno Halioua

Président de la Commission Souvenir du Crif

Blog du Crif - J'ai témoigné au procès contre la campagne BDS "Teva, j'en veux pas"

28 Janvier 2022 | 429 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Mardi 10 octobre 2017, j'ai été reçu par le Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères pour un long tour d'horizon.

Portrait de Invité
#BlogDuCrif - Devoir de mémoire
|
20 Septembre 2017
Catégorie : France

Il y a 76 ans, le 15 décembre 1941, 69 hommes ont été fusillés au Fort du Mont Valérien à Suresnes, dans les Hauts de Seine par les autorités d’occupations allemandes. Ces hommes, français et étrangers, furent arrêtés par les forces de polices françaises de la Préfecture de police du département de la Seine (à l’époque).

Je vais vous raconter l’histoire de Moritz Singer, mon oncle, le frère de ma mère, un de ces fusillés.

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Pages

Actualité

Pages

Opinion

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Pages

Procès contre le BDS à la Cour d'Assises de Lyon

J’ai été cité comme témoin avec Richard Prasquier dans le procès qui oppose Avocats sans frontières (représentée par Aude Weill Raynal) au BDS.

L’ambiance était tendu avec les supporters du BDS devant l’entrée de l’enceinte.

J’ai témoigné devant la cour d’Assises des difficultés auxquelles les médecins de l’AMIF sont confrontés avec les patients qui leur présentent des cartes vitales avec le sticker du BDS « TEVA J’EN VEUX PAS !! ».

J’ai expliqué que j’ai eu l’occasion d’être confronté à cette situation inconfortable. Ne nous leurrons pas la présentation d’une carte vitale avec ce type de sticker antisioniste témoigne très souvent de la volonté de narguer le médecin supposé être juif et donc « sioniste ». Cela donne lieu à un climat de froideur mais aussi à des échanges verbaux violents voire à des insultes et même à des menaces voilées… Comme par hasard le refus d’accepter ce type de carte vitale est suivi de commentaires anonymes hostiles sur les réseaux sociaux à la suite de leur refus.

teva

Récemment, un palier a été franchi. Un médecin a été filmé par son patient pendant qu’il expliquait calmement son refus d’accepter ce type de carte Vitale. Il a eu la triste surprise de voir cette vidéo circuler sur internet avec un cortège ignoble de commentaires antisémites. Son nom a été livré en pâture, avec les conséquences éventuelles que l’on peut facilement imaginer.

J’ai expliqué devant la Cour que la tradition hippocratique qui fonde l’éthique médicale met de côté l’expression d’opinions politiques dans la relation de soins. Cela ne doit pas concerner uniquement le médecin. Lorsque le patient cherche en présentant sa carte Vitale à obtenir une facilité de paiement administrative, il ne devrait pas en bénéficier pour exprimer publiquement une position contraire à la loi. Il devrait pouvoir être possible d’interdire d’apposer des stickers sur la carte Vitale.

J’ai insisté sur l’importance de ne pas importer le conflit israélo-palestinien dans la relation medecin patient.

À ce propos on remarquera qu’il n’y a jamais eu de stickers en faveur des Yezidis, des Ouighours et des Rohyngias…

teva-proc-s

Bruno Halioua