La Chronique (pas très casher) de Raphaëla - Laissez-nous sortir (d'Egypte) !"

25 Mars 2021 | 329 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Pages

Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

Pages

Opinion

Le Crif souhaite un prompt rétablissement à Jean-Pierre Allali suite à son récent accident et espère le retrouver très vite en pleine forme.

Par Chloé Blum

Portrait de Invité
Blog du Crif - Noé, reviens !
|
11 Octobre 2018
Catégorie : France, Opinion

Pages

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaëla ! Sur ce blog, Raphaëla vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Laissez-nous sortir (d'Egypte) !"

C’est reparti.

Un an après la sortie du désert la plus mobile de nos vies, la fête préférée des constipés est de retour. Au programme, pain azyme et herbes amères… Avouez que c’est vendeur ! Comme si cette année n’avait pas déjà été assez fade...

De toute façon, vous n’avez toujours pas récupéré ni le goût ni l’odorat, et c’est tant mieux parce que le premier seder aura lieu chez Tatie Michelle qui cuisine aussi bien que je parle Ivrit - c’est-à-dire très mal. Enfin ça, c’est si vous parvenez à vous rendre chez Tatie Michelle ! Car avant de pouvoir sortir d’Égypte, il va déjà falloir sortir de chez soi sans se prendre une amende. Cette année encore, rejoindre sa terre promise pourrait s’avérer beaucoup plus compliqué que prévu, surtout si on me confirme que « manger des boulettes » ne constitue pas un motif de déplacement impérieux.

En tout cas, streimel au gouvernement en ce qui concerne les règles du jeu ! Rien à dire, nos érudits n’ont pas fait mieux en rédigeant les règles de casherout. Jusqu’à présent on était déjà entre le Jumanji et Fort Boyard mais là, je dois avouer que la carte « tu ne sortiras pas de chez toi le week-end » à quelques jours de Pessah, je ne l’avais pas vu venir. On frôle l’antisémitisme…

Mais ,c’est bien connu, nous les juifs, nous adorons les bonnes blagues et on va s’adapter. De toute manière, il est hors de question pour moi de repasser par la folie du seder en Zoom - qui d’ailleurs constitue sûrement la plaie la plus redoutable que nous avons eu à affronter cette année.

En attendant de trouver une bonne excuse pour le jour J, je me replonge dans Le Judaïsme pour les nuls histoire de me rafraîchir la mémoire.

 

"Je ne prends plus l’avion, je ne vais plus en boîte de nuit ou au musée et je me prends une amende quand je sors de chez moi à 19h12. Pour la liberté retrouvée, on repassera."

 

Première étape de préparation à cette semaine sans miettes, se débarrasser du hamets. J’en profite pour glisser un message d’avertissement à nos ami.e.s non-juifs. Si votre voisin Schlomo (allons-y les clichés) essaye de vous vendre un paquet de Pepito entamé qu’il jure de vous racheter la semaine prochaine, pas de panique, tout est normal ! En poussant les recherches un peu plus loin, je découvre également une liste fort intéressante des produits non autorisés pendant la fête. Parmi eux, la nourriture pour animaux ! Je me demande si cette liste s’adresse aux Loubavitch qui mangent du Whiskas, ou au chat du rabbin...

Je reprends ensuite ma lecture avec le déroulé du Seder et j’arrive très vite au moment crucial des questions posées par les quatre enfants. D’ailleurs, vous noterez qu’il s’agit de quatre garçons. Pas très 2021, mais passons. Moi, je choisis d’ores et déjà de me mettre dans la peau de l’enfant relou. Vous savez, celui qui pourrait être le gosse de Jean Castex. Et je m’imagine les questions que je pourrais poser samedi soir. Par exemple, as-t-on vraiment le droit d’être quatorze autour de la table de Tatie Michelle ? Ou encore… Papa, à partir de quel âge peut-on considérer que tu es une personne vulnérable ?

Je me rappelle ensuite du gros point positif de la soirée de Pessah : les quatre coupes de vin pour, je cite, « la liberté retrouvée » ... Je ne prends plus l’avion, je ne vais plus en boîte de nuit ou au musée et je me prends une amende quand je sors de chez moi à 19h12. Pour la liberté retrouvée, on repassera.

En finissant ce rapide aperçu de la Haggadah, je me dis que finalement, Pessah, qu’est-ce que c’est si ce n’est un Pharaon qui se prend pour Jupiter et force des gens beaucoup plus nombreux que lui - mais qui ne se rebellent pas des masses - à bosser du matin au soir, sans jamais avoir le droit de se détendre..? Alors, loin de moi l’envie de jouer les Moïse mais, s’il-te-plaît Manu, laisse sortir notre peuple !

La question que je me pose c’est, même si nous arrivons un jour à sortir de cet Égypte qu’est le Corona, retiendrons-nous les erreurs du passé ? Et nous les juifs, prendrons-nous cette fois le temps de faire cuire notre pain ?